Les trois voyages du HMS Beagle

Lundi 22 août 2016 à 17h05

Rien à voir avec une race de chiens. Le beagle ou HMS Beagle, est le nom d’un navire britannique qui a contribué à l’élaboration d’une des plus grandes théories scientifiques du monde ; une théorie qui a même totalement bouleversé notre façon de penser. C’est en effet sur ce navire que Charles Darwin a mis au point les bases de sa théorie de l’évolution « De l’origine de l’espèce », au 19ème siècle. Après la Calypso du commandant Cousteau, Nautisme.com revient sur l’histoire d’un bateau qui a fait l’Histoire.

Rien à voir avec une race de chiens. Le beagle ou HMS Beagle, est le nom d’un navire britannique qui a contribué à l’élaboration d’une des plus grandes théories scientifiques du monde ; une théorie qui a même totalement bouleversé notre façon de penser. C’est en effet sur ce navire que Charles Darwin a mis au point les bases de sa théorie de l’évolution « De l’origine de l’espèce », au 19ème siècle. Après la Calypso du commandant Cousteau, Nautisme.com revient sur l’histoire d’un bateau qui a fait l’Histoire.

Lors de sa conception, rien ne prédisposait le HMS Beagle, à devenir un navire mythique. Navire de la classe cherokee, appartenant à la Royal Navy, il est mis à l’eau pour la première fois en mai 1820 sur la Tamise. En juillet, il prend part au couronnement du roi Georges V et devient le premier navire à passer sous le London Bridge. Ensuite, plus rien : pendant près de 5 ans, il est laissé à l’abandon. Le Beagle est plus un navire d’apparat et la Royal Navy peine à lui trouver une utilité.

Pourtant en 1825, le Beagle est réhabilité. L’artillerie est réduite, un mât est ajouté et voilà le Beagle transformé en navire de recherche ! Ses débuts en tant que navire d’exploration scientifique sont difficiles. En 1826, le bateau part pour son premier voyage, direction la Patagonie et la Terre de feu, avec à sa tête le commandant Pringle Stocks. Mais le voyage tourne court. Le commandant, victime de la solitude, tombe en dépression et tente même de suicider !

En 1831, un nouveau commandant le remplace, un jeune aristocrate Robert FitzRoy, qui deviendra l’un des premiers météorologues du monde. Pour éviter qu’un drame comme celui de Pringle Stocks se produise, le commandant choisit de partir en compagnie d’un jeune homme, tout juste diplôme de théologie à l’Université de Cambridge : Charles Darwin, qui devient le naturaliste du groupe. Le Beagle part pour son second voyage, qui durera 5 ans du 21 décembre 1831 au 2 octobre 1836. Ce voyage va permettre à Darwin, alors âgé de 22 ans, de développer et de confirmer les théories qu’il avait probablement commencé à esquisser quelques années auparavant. Pourtant élevé dans une tradition créationniste, comme les gens de son époque, et aspirant initialement à devenir pasteur, ce voyage va changer sa vision de l’origine du monde et celles des futures générations.
L'expédition prévue initialement pour deux ans en dura finalement presque cinq. Le bateau les conduira un peu partout dans le monde : au Brésil, au Chili, à Tahiti, en Australie….

De décembre 1831 à février 1832 , le bateau fait le voyage de Plymouth (Angleterre) jusqu’à Bahia (Brésil) où Darwin est choqué par l’esclavage « On avait amené cet homme à une dégradation plus grande que celle du plus infime de nos animaux domestiques.» écrit-il. De février 1832 à octobre 1835 , le bateau explore l’Amérique du Sud.

A partir d’octobre 1835, l’équipage part explorer les îles Galápagos. C’est sur ces îles que Darwin va développer l’une de ses théories les plus intéressantes, celle de la "sélection naturelle", de la survie des mieux adaptés en observant comment chacune des îles a engendré des espèces de pinsons génétiquement différentes et adaptées à leurs environnements spécifiques. En octobre 1836, le Beagle et son équipage rentre en Angleterre. Darwin ramène un journal de voyage de près de 770 pages et des milliers d’échantillons récoltés durant les expéditions. Vingt-trois ans plus tard, en 1859, son livre L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la Préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie est publié, avec l’impact que l’on connait sur la science.

Pendant ce temps-là, le Beagle continue sa route. En 1837, le Beagle réalise son troisième voyage afin d’étudier la côte australienne sous les ordres du commandant John Clements Wickham.
En 1845, le navire continue sa carrière mais en tant que garde-côte sur la rivière Roach pour la Royal Navy ! Il réalise notamment des opérations de surveillance de contrebande. Il est renommé W.V-7. En 1870 , c’est la fin du Beagle. Il est vendu à afin d’être démantelé. Son bois est utilisé pour construire une ferme…

Par la suite, le nom de Beagle fut donné à de nombreux navires anglais qui ne connurent malheureusement pas la même renommée. Aujourd’hui, une seconde vie est en quelque sorte donnée au bateau puisqu'une réplique à l’identique de celui-ci est en train d’être construite par le musée de Nao Victoria Museum au Chili.

"J'ai toujours senti que je devais à ce voyage la première formation ou éducation de mon esprit. Je fus conduit à m'occuper de diverses branches de l'histoire naturelle, et ainsi s'accrut ma puissance d'observation, bien qu'elle ait toujours été assez développée.»
Charles Darwin
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.