Transat en double – Il y a 25 ans, la victoire d'un sacré duo !

Course au large
Lundi 31 mai 2021 à 12h27

Les premiers concurrents de la Transat en double Concarneau – St Barth 2021 viennent d’arriver à Gustavia, avec la victoire du Teamwork de Nils Palmieri et Julien Villion. Ils avaient 9 ans en 1996 et la transat se courait alors en monotype Figaro premier du nom. La course, pour sa troisième édition, portait le nom d’une mutuelle qui a fait défaut depuis, préférant le charme trouble de la « petite reine » à l’air vivifiant du grand large. Alain Gautier et Jimmy Pahun ajoutaient cette année-là, une ligne singulière à deux palmarès hors du commun. Un quart de siècle plus tard, les deux complices naviguent sur des plans d’eau bien différents, mais quels destins !

Jean Tanguy, Jummy Pahun et Alain Gautier en 1996 ©Thierry Martinez
Les premiers concurrents de la Transat en double Concarneau – St Barth 2021 viennent d’arriver à Gustavia, avec la victoire du Teamwork de Nils Palmieri et Julien Villion. Ils avaient 9 ans en 1996 et la transat se courait alors en monotype Figaro premier du nom. La course, pour sa troisième édition, portait le nom d’une mutuelle qui a fait défaut depuis, préférant le charme trouble de la « petite reine » à l’air vivifiant du grand large. Alain Gautier et Jimmy Pahun ajoutaient cette année-là, une ligne singulière à deux palmarès hors du commun. Un quart de siècle plus tard, les deux complices naviguent sur des plans d’eau bien différents, mais quels destins !

Le 13 avril 1996, les deux compères ont bien quelques certitudes. Alain Gautier, après avoir brillé en Figaro au temps du half-tonner (victoire en 1989) est le vainqueur du second Vendée Globe en 1992-1993. Jimmy Pahun, lui est un homme d’équipage, un leader de bande. Un régatier plus qu’un coureur au large, aux succès déjà multiples du Spi Ouest France (10 victoires à ce jour) au Tour de France à la Voile, sa grande spécialité.  Mais ils ont aussi un bateau à apprivoiser et dix-huit duos redoutables qui n’ont aucune intention de s’en laisser compter le 13 avril 1996 sur la ligne de départ. Ils sont tous là, Michel Desjoyeaux et Rolland Jourdain, Jean Le Cam et Florence Arthaud, Franck Cammas et Jean-Luc Nélias, Serge Madec et Marc Guillemot, ou encore Jacques Caraës et Bruno Jourdren pour ne citer que les plus célèbres. Liste à laquelle il convient d’ajouter les frères Philippe et Luc Poupon, qui jouent un sacré bon coup météo le long des côtes Portugaises et s’échappent pour remporter la première étape. Car oui, au siècle dernier, les marins font escale à Madère. Et ils en repartent, non pas tous ensemble en même temps, mais précisément 84 heures après leur arrivée, afin que le premier de l’autre côté de l’Atlantique soit déclaré vainqueur de l’épreuve sans le moindre calcul.

Déjà l’option Nord !

Nautisme Article
© Thierry Martinez

Arrivés sixièmes avec 4h19 de retard sur les leaders, 2h derrière les cadors de la classe, des écarts énormes en monotype Figaro, les chevaliers de « Brocéliande », leur sponsor, sont dans le dur. Mais seulement le tiers de la course a été parcouru, alors qui sait ? Les deux compères sont le symbole de ce qu’une course en double se gagne dans la complémentarité, peut se nourrit dans les contraires. Le grand (1,95 m) Jimmy fait mentir les mauvaises langues dans les dures conditions rencontrées après Madère. Il se bat, s’accroche, se fait mal, jusqu’à 14 heures par jour à la barre physique de ce mono-safran. Le « petit » (1,67 m) mais fin stratège météo « Gaugau », les envoie dans le dur, au près, sur une route Nord, vers le centre de la dépression, avec des vents jusqu’à 40 nœuds. Alors que les Poupon font le grand tour par le Sud à la recherche des Alizés, la route Nord est qualifiée alors de « pragmatique » par Éric Mas de METEO CONSULT. Elle s’avèrera surtout payante sur le long terme. Car il fallait y croire quand ils comptaient jusqu’à 49 milles nautiques de retard sur la tête de la flotte emmenée alors par un certain Franck Cammas. Mais avec la rotation du vent et l’éclosion des spis, le duo du Morbihan accélère, bat des records - 223 milles en 24h - et glisse au Nord de l’armée de Finistériens du Sud, pourtant réputée invincible. Au petit matin de leur 25ème jour de mer, ils devancent le duo Le Cam / Arthaud d’une bonne heure dans la baie de Gustavia. L’association aussi amicale que dissemblable a réussi son pari et ravi son sponsor, Jean Tanguy, PDG de Brocéliande, de cette belle opération médiatique à coût raisonnable.

Deux personnages, deux parcours…

Car quand il s’agit de communiquer, les deux compères ne sont pas moins bons qu’à la barre. L’humour et la gouaille de Jimmy, les analyses précises d’Alain font le miel des journalistes présents et présageaient certainement de leur avenir. Jimmy continue à naviguer bien sûr mais passe aussi derrière le micro, pour Canal+ aux Jeux Olympiques notamment. Il anime avec son talent de bateleur, debout derrière le comptoir, une émission qu’aucun passionné de Course Au Large ne pouvait manquer, le fameux « Café de la Marine » installé dans les entrailles de la Cité de la Voile Éric Tabarly à Lorient. D’abord investi localement dans sa commune de Port Louis, sa verve mène en 2017 l’autodidacte sans diplôme jusqu’au Palais Bourbon… Député du Morbihan ! Il en faut du talent pour tirer les bons bords dans un monde politique où les changements de vent sont réputés violents et l’adversité beaucoup moins fairplay que sur l’eau. Alain Gautier lui, ne s’est pas éloigné des plans d’eau. Ténor de la défunte classe des trimarans Orma à la barre de Foncia, il se découvre une âme de team manager et de coach de talent auprès d’Ellen McArthur. Une fonction qu’il occupe aujourd’hui au sein du Team MACSF, suivant au plus près le parcours en Imoca de la jeune Isabelle Joschke. Les terrasses étant de nouveau ouvertes, on retrouverait bien les deux « garçons » le temps de quelques cafés pour « refaire le monde » comme disait Jimmy dans son émission.

Nautisme Article
Alain Gautier avec Isabelle Joschke© Team MACSF

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.