Alizée, bloquée aux Philippines « le gouvernement français a fait un travail remarquable »

Carnet de voyage
Mercredi 15 avril 2020 à 12h43

Il y a quelques jours nous avons recueilli le témoignage d'Ophélie, bloquée aux Philippines pendant 3 semaines et livrée à elle-même depuis le début du confinement. Puis nous avons discuté avec Alizée, qui a la chance de vivre une expérience très différente.

"Le quatrième jour j'ai débarqué sur une toute petite île entre El Nido et Coron." ©Alizée Vauquelin
Il y a quelques jours nous avons recueilli le témoignage d'Ophélie, bloquée aux Philippines pendant 3 semaines et livrée à elle-même depuis le début du confinement. Puis nous avons discuté avec Alizée, qui a la chance de vivre une expérience très différente.

À 26 ans, cela fait bientôt un an qu'Alizée, globe-trotteuse et navigatrice voyage dans le monde. À l’annonce de la fermeture des frontières françaises, elle s’est retrouvée coincée aux Philippines et nous partage son expérience.

Quel a été votre parcours jusqu'aux Philippines ?

« Il y a 11 mois j’ai quitté mon travail et cela fait deux mois que je voyage en Asie du sud-est. Après la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, je suis arrivée aux Philippines le 5 mars 2020. J’étais alors décidée à passer 4 mois en Asie. Si tout s’était passé comme prévu j’aurai dû visiter la Malaisie et le Japon avant de quitter définitivement l’Asie. Et lors de la fermeture des frontières internationales, je n’avais pas de vol retour vers l’Europe. »

Nautisme Article
"Pendant trois jours sur le bateau je n'avais aucun réseau donc je n'avais pas le moyen de me tenir au courant de ce qu'il se passait."© Alizée Vauquelin

Comment avez-vous appris que les Philippines fermaient leurs frontières ?

« Quand tout a débuté, j’étais en croisière avec 20 autres passagers. Pendant trois jours, je n’avais aucun réseau sur le bateau donc je n'étais au courant de rien. Le quatrième jour, j’ai débarqué sur une toute petite île entre El Nido et Coron. Une fois sur l’île, on nous a expliqué que pendant la nuit le président avait fermé le pays, et donc que nous étions tous coincés sur cette île car les bateaux avaient reçu l’ordre de ne plus naviguer. Mais exceptionnellement, un bateau avait le droit de voyager pour nous rapatrier sur l’île de Coron. Après quelques temps à Coron, nous avons rejoint l’île de Cebu qui possède un aéroport, dans le but de rentrer chez nous. Lorsque nous sommes arrivés à Cebu nous avons appris que tous les vols de retour allaient être annulés… »

Nautisme Article
Pour pouvoir se déplacer il fallait passer par des « check points » gardés par les forces militaires des Philippines.© Alizée Vauquelin

Quel a été le rôle de la France dans votre rapatriement ?

« A Cebu, j’ai commencé à appeler les ambassades. Évidemment le premier soir, je n’avais aucune réponse. À ce moment-là j’envoyais uniquement des mails avec les noms des Français qui étaient sur l’île. Le lendemain, j’ai tenté d’acheter des billets d’avion mais les indications données étaient très incertaines. À certains moments on nous disait que les avions ne décollaient plus et quelques jours plus tard, le gouvernement annonçait que l’on pouvait encore rentrer chez nous par voies aériennes. Les informations étaient régulièrement contradictoires. Cependant malgré cette situation chaotique, j’ai été surprise par l’efficacité du gouvernement français. Un travail remarquable a été fait concernant la communication avec l’armée locale. Nous avons reçu des mails de l’ambassade de France et ils publiaient régulièrement sur leur page Facebook des informations pour nous tenir au courant. Pour pouvoir se déplacer il fallait passer par des « check points » gardés par les forces militaires des Philippines. C’est là où l’ambassade de France à jouer un rôle crucial en nous octroyant un laissez-passer. Nous avions juste à montrer nos papiers français et les soldats nous cédaient le passage alors que pour les autres touristes c’était très compliqué de circuler et de se rendre à l’aéroport. »

Nautisme Article
"La France était l'un des rares pays avec l'Allemagne à proposer des vols pour les ressortissants européens."© Alizée Vauquelin

Comment s’est passé votre rapatriement en France ?

« Quelques jours après l’annonce de la fermeture des frontières, le 21 mars, nous avions reçu un premier mail qui était une offre de vol de rapatriement pour la France. Même si tout le monde n’a pas pu aller dans ce vol car il était réservé pour les personnes prioritaires, la France était l’un des rares pays avec l’Allemagne à proposer des vols pour les ressortissants européens. Un planning a été publié sur la page Facebook de l’ambassade française aux Philippines qui annonçait très précisément les dates et heures des vols proposés par l’ambassade à un prix très raisonnable. »

Qu'est-il advenu des personnes avec qui vous étiez sur le bateau ?

« Concernant le groupe de 20 touristes avec lesquels j’ai vécu ces aventures, il ne reste là-bas que 2 Américains. Leur ambassade ne leur a apporté aucune aide et ils sont donc bloqués aux Philippines jusqu’à ce que les USA ouvrent à nouveau leurs frontières. Pour l’instant ils logent dans un Airbnb et ont été extrêmement bien accueillis par une famille de Philippins, ce sont des personnes extrêmement généreuses et serviables. »

Justement, quelle était la réaction de la population envers les touristes pendant le « shut down » ?

« Les Philippins ont été incroyables, ils nous ont beaucoup aidé et ils n’ont pas hésité à offrir à manger aux personnes qui dormaient dans les aéroports. J’ai été agréablement surprise par leur gentillesse. La mairie de Moalboal (Ndlr : ville de l’île de Cebu) a notamment orchestré toute la logistique pour que nous puissions nous rendre à l’aéroport en bus. Beaucoup de choses ont été faites pour nous aider. »

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.