Emmanuel De Oliveira, Président de la SNSM : « le dévouement des Sauveteurs en mer est sans limite ! »

Culture nautique
Lundi 20 avril 2020 à 12h30

Depuis plusieurs semaines et en dépit de la réduction des activités en mer, réservées désormais aux seuls pêcheurs professionnels, les sauveteurs bénévoles de la SNSM continuent de porter secours et assistance 24h/24. A la tête de l'association depuis décembre dernier, le vice-amiral d'escadre Emmanuel De Oliveira nous détaille les actions des St Bernard des mers et tire un premier bilan...

©SNSM
Depuis plusieurs semaines et en dépit de la réduction des activités en mer, réservées désormais aux seuls pêcheurs professionnels, les sauveteurs bénévoles de la SNSM continuent de porter secours et assistance 24h/24. A la tête de l'association depuis décembre dernier, le vice-amiral d'escadre Emmanuel De Oliveira nous détaille les actions des St Bernard des mers et tire un premier bilan...

Comment s'organise la SNSM depuis le début de la crise du coronavirus ? 

"Dans toutes nos stations de sauvetage, les Sauveteurs en mer ont maintenu l'alerte, prêts à répondre aux demandes du CROSS ou du MRCC, et à prendre la mer en quelques minutes pour porter secours. Mais les Sauveteurs sont aussi secouristes, justement. Leur action s'est redéployée à terre, au service des malades et de la population. En de multiples points du territoire, les stations et les centres des nageurs sauveteurs ont pris des initiatives d'assistance aux personnes en lien avec les préfectures, les ARS et les municipalités."

Nautisme Article
© SNSM

La mobilisation des stations SNSM est-elle aussi forte que d'habitude compte tenu de cette situation particulière ? Vos actions changent probablement...

"Les préfets maritimes ont interdit toute sortie à la mer de plaisance. Les plaisanciers représentent 80% de nos interventions du temps normal. Notre activité de sauvetage et d'assistance a donc été fortement réduite. Depuis un mois, nous intervenons sur les pêcheurs professionnels en difficulté, nous avons fait des évacuations sanitaires de marins du commerce, des transports sanitaires depuis les îles, et de temps à autre une recherche d'homme à la mer.

Après un mois de confinement, pourriez-vous tirer un premier bilan ?

"Ces nouvelles activités d'assistance à terre ont connu un réel succès, et nos sauveteurs ont été valorisés, différemment bien sûr. Par exemple, ils ont convoyé des malades dans les TGV médicalisés, ils ont accueilli les patients dans les centres Covid, ils ont organisé des courses alimentaires pour les personnes âgées. Le dévouement des Sauveteurs en mer est sans limite !

Une fois la crise sanitaire passée, avez-vous des projets pour la SNSM ?

"Notre première préoccupation sera d'être en pleine capacité opérationnelle pour la saison estivale. Durant l'année scolaire, nous formons les nageurs sauveteurs qui sécurisent 40% des plages françaises. La fermeture des piscines, provoquée par le confinement, a retardé ces formations. Nous allons mettre les bouchées doubles pour rattraper ce retard. Pour l'avenir à plus long terme, nous poursuivons nos travaux de consultation des bénévoles pour définir notre feuille de route « CAP 2030 », pour les dix prochaines années. En tête des grands enjeux, le renforcement du soutien des bénévoles, en termes de formation et de support technique, et leur meilleure participation aux décisions."

Qu'en est-il du financement et des appels aux dons pour la SNSM en 2020 ?

"La crise économique qui suivra la pandémie pourrait impacter fortement les capacités du public à nous aider. Néanmoins, les besoins de la SNSM pour la formation des sauveteurs, leur équipement et le renouvellement de notre flotte de sauvetage n’ont pas changé avec le confinement et sont toujours aussi importants. La générosité des donateurs nous est donc absolument indispensable. Mais nous avons confiance, car nous savons que l'action des Sauveteurs en mer bénévoles est connue et appréciée."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.