Le Liberia, nouveau paradis des surfeurs

Mardi 3 juin 2014 à 15h27

Mots clés :


Difficile d'imaginer des surfeurs insouciants dans un pays surtout connu pour les guerres civiles qui s'y sont succédé de 1989 à 2003, faisant plus de 200.000 morts, laissant le pays en ruines. Pourtant le tourisme du surf s'y développe lentement et le Liberia commence à acquérir une certaine réputation à cause de ses parfaits "point breaks" (lieux où les vagues se brisent au large), ses plages spectaculaires, ses eaux chaudes et l'accueil amical de ses habitants.

 

La légende veut que les premiers surfers soient apparus au Liberia dans les années 70, mais il a fallu attendre qu'un film sur ce sport remporte des prix à des festivals en 2008 pour que les touristes commencent à s'y rendre en plus grand nombre. Sliding Liberia, tourné au Liberia en 2006 par Nicholai Lidow et Britton Caillouette, relate l'histoire d'Alfred Lomax, devenu le premier surfeur du pays après avoir trouvé un bodyboard (planche) dans une décharge de Monrovia alors qu'il tentait d'échapper à des rebelles.

 

Le film a attiré des surfeurs d'Amérique et d'Europe, mais inspiré aussi des expatriés installés à Monrovia, qui ont à leur tour donné des idées à des natifs du coin comme Sam Brown, qui vit avec ses parents dans le village de pêcheurs de Robersport (nord-ouest). Les meilleurs vagues du Liberia se trouvent autour du village de Sam Brown, accessible à pied de la Sierra Leone, sur la péninsule de Cape Mount, juste au-dessus du Lac Piso qui domine l'ouest du Liberia.

 

Une piste serpentant entre les champs de manioc, les plantations de palmiers à huile et une épaisse forêt mène à Robertsport. Après trois heures de route pour parcourir les quelque 110 kilomètres séparant le village de la capitale Monrovia, le chemin de terre débouche sur une côte spectaculaire. Une profonde fosse sous-marine au large d'une courte bande de côte orientée vers le sud-ouest est à l'origine de cinq spots parfaits et l'on peut se rendre à pied de l'un à l'autre.

 

Moritz Fahsig, 38 ans, et sa petite amie Susi Brandt, 31 ans, qui travaillent à Munich dans le marketing en ligne, sont venus surfer à Robertsport, séduits par les vastes étendues de côte déserte, loin des plages bondées d'Australie ou d'Afrique du Sud. "Ailleurs, quand vous êtes seul, vous avez de la veine. Ici, c'est quand quelqu'un partage avec vous une bonne vague que vous avez de la chance", dit Moritz. Les surfeurs devaient au départ camper sur la plage, mais le confort s'est amélioré depuis que Sean Brody et Daniel Hopkins, tous deux âgés de 29 ans, ont ouvert il y a cinq ans Kwepunha Retreat, la première école de surf du Liberia dotée de chambres.

 

"Je ne peux pas dire que le surf à lui seul maintienne la paix mais je crois qu'il y contribue", déclare Sean Brody, frère de l'acteur américain Adam Brody. Quand une forte population de jeunes n'ont rien à faire, ils sont tentés d'être impliqués dans des affaires de drogue, d'armes". Kwepunha a mis en place un système permettant aux jeunes d'emprunter des planches à condition de fréquenter l'école, de participer au nettoyage des plages et d'être plus généralement des citoyens responsables.

 

Certains Occidentaux aimeraient sans doute garder secrets ces extraordinaires spots. Mais les habitants de Robertsport, eux, espèrent que l'essor du surf permettra de soulager les problèmes économiques et sociaux d'une communauté appauvrie, ravagée par la guerre, qui survit grâce aux maigres revenus de la pêche artisanale.

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction