Les poissons coralliens sont stressés par la solitude

Vendredi 23 septembre 2016 à 07h10

Les poissons coralliens sont stressés et perdent du poids lorsqu'ils sont séparés de leurs congénères, et cela nuit à leurs chances de survie, selon une étude australienne publiée jeudi.


@wikimedia

Une équipe de scientifiques de l'Université James Cook, dans l'Etat du Queensland, a étudié des demoiselles vertes (chromis viridis), dans la Grande barrière de corail, le plus grand système corallien au monde classé au patrimoine de l'Humanité. Les scientifiques ont isolé certains de ces petits poissons du reste du banc pour tenter de comprendre pourquoi ils préfèrent évoluer en groupe.

Lauren Nadler, directrice de l'étude publiée par le Journal of Experimental Biology, explique que les poissons placés à l'isolement perdaient du poids et avaient un rythme métabolique plus élevé, ce qui est un indicateur de stress. "Nous soupçonnions que le fait de vivre en banc avait un effet apaisant. Mais jusqu'à présent, nous n'avions pu mesurer combien ce facteur est prégnant chez les individus", a-t-elle dit. "Les poissons qui ont été isolés ont perdu du poids au bout d'une semaine, ce qui signifie que leur santé était moins bonne que ceux vivant en groupe", ajoute la chercheuse.

"Les poissons sont plus calmes, moins stressés lorsque leurs congénères sont à proximité, avec un rythme métabolique de 26% moins élevé que chez les individus isolés", ce qui signifie qu'ils ont besoin de moins d'énergie pour survivre.

Ces gains d'énergie "peuvent servir à toutes sortes de choses: ils peuvent se reproduire, ils ont plus d'énergie pour grandir, et ces processus vont les aider à survivre, à s'en sortir très bien dans les récifs coralliens, et à transmettre leur gènes à la génération suivante", dit-elle.

Les poissons demoiselle vivent souvent dans des bancs comptant un millier d'individus. La séparation, qui se produit par exemple en cas de fortes intempéries ayant des conséquences sur les courants, les rend en outre vulnérables aux prédateurs, explique Mark McCormick, un autre chercheur.

La Grande barrière de corail a été touchée en partie l'année dernière par le puissant cyclone Nathan et les scientifiques ont alors remarqué de nombreuses demoiselles vertes solitaires.


A lire aussi :

La Grande barrière de corail n'a jamais été autant en danger...
L'acidification des océans menace la Grande barrière de corail australienne


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction