Essai Lomac Adrenalina 8.5 : l'art de concilier vitesse et confort

Bateaux à moteur
Lundi 14 juin 2021 à 12h30

C’est par une belle matinée ensoleillée de printemps à Palavas-les-Flots que nous avons eu la chance d’être conviés en exclusivité à un essai du semi-rigide haut de gamme Lomac Adrenalina 8.5, motorisé par un monstre de technologie et de puissance, le moteur hors-bord Yamaha V8 de 425 ch XTO (5,6 l de cylindrée).

C’est par une belle matinée ensoleillée de printemps à Palavas-les-Flots que nous avons eu la chance d’être conviés en exclusivité à un essai du semi-rigide haut de gamme Lomac Adrenalina 8.5, motorisé par un monstre de technologie et de puissance, le moteur hors-bord Yamaha V8 de 425 ch XTO (5,6 l de cylindrée).

La gamme Adrenalina du constructeur italien Lomac a pour concept de permettre à ses clients de goûter aux sensations d’une conduite très sportive, avec une tenue à la mer exceptionnelle, tout en assurant un confort élevé. Cette approche où vitesse et confort sont associés permet de profiter pleinement d’une journée de détente au mouillage dans des lieux où les distances à couvrir ne sont plus une préoccupation du fait des vitesses atteintes (en prenant néanmoins en compte les conditions météorologiques).

Notre guide lors de cet essai est Richard Lapène, concessionnaire à Palavas-les-Flots et ancien champion de motonautisme aux multiples titres internationaux. D’ailleurs Lomac et Yamaha s’appuient régulièrement sur son expérience et son savoir-faire pour collaborer lors des réglages initiaux pendant les essais de mise au point. Autant dire que nous sommes allés à la rencontre d’un expert et d’un passionné pour nous faire découvrir ce modèle.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

Conception générale

Le modèle 8.5 est le semi-rigide de la série Adrenalina le plus vendu par le constructeur milanais. Le designer italien Federico Fiorentino a largement contribué au succès de la série. La version essayée est un bateau très novateur, qui dispose d’une motorisation et d’un équipement exceptionnels qui, associés au joystick Yamaha monomoteur, forment un ensemble unique. Ce bateau est destiné à un usage dayboat avec des performances sportives largement supérieures à la moyenne. La carène en V très prononcé, équipée de doubles virures, lui permet un passage à la mer et une stabilité de forme hors norme, et le montage du moteur hors-bord Yamaha V8 425 ch XTO intervient également dans ces caractéristiques remarquables.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

Structure

Lomac a conçu une structure de coque dédiée à la gamme Adrenalina pour assurer un devis de poids faible, associé à une grande rigidité, éléments nécessaires pour disposer d’une carène performante. La construction bénéficie de la technologie de l’infusion sous vide (en résine vinylester), avec des renforts en carbone et kevlar. Les flotteurs, blanc crème, sont réalisés en hypalon-néoprène de chez Orca (fabricant français). Ce choix garantit une durabilité, une résistance aux UV et aux agressions extérieures (abrasion et pollution).

Le design général reflète bien l’ADN sportif souhaité par Lomac, avec une ligne épurée, la console de pilotage profilée au gelcoat gris anthracite, un pont en teck (en option), et une sellerie de couleur rouge.

La console abrite une mini-cabine, dont l’accès s’effectue par un grand capot en face avant, équipé d’un siège. L’ouverture est facilitée par un vérin. La finition intérieure est très soignée, et entièrement contre-moulée. Un WC chimique y est installé (ou un WC marin électrique en option). L’espace est suffisamment grand pour se changer ou stocker les effets personnels de chacun.

La plage de bain avant, conçue pour accueillir deux personnes allongées, se transforme aisément en banquette en V disposant d’une table en teck qui se relève sur un pied télescopique (une version électrique est également proposée en option), dans cette configuration quatre à cinq personnes peuvent s’asseoir. Sous les assises, deux larges coffres latéraux et un coffre avant permettront de stocker l’armement et l’équipement du bateau. À noter que chacun des coffres est équipé d’éclairage. L’ancre en inox forgé vient se loger dans un davier massif intégré à l’étrave et qui verrouille celle-ci en navigation. Le guindeau est électrique et se manœuvre en local ou à distance, de la console.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

La console de pilotage

D’une conception sobre, le très large écran de 10’’ Garmin XSV prédomine au centre et permet au pilote d’avoir en un clin d’œil toutes les informations requises, tant au niveau de la navigation que de la conduite et du suivi des paramètres moteur. Sur la partie supérieure droite de la console, le joystick Yamaha monomoteur, commercialisé depuis peu (septembre 2020) offre un ensemble de fonctionnalités très innovantes, et est d’un usage aisé. Pour citer quelques fonctionnalités : pilote automatique, régulateur (régime du moteur), aide à la manœuvre portuaire ou prise de mouillage, fonction pêche… chacun y trouvera un usage propre, même si la fonction première est l’assistance à la manœuvre de port. Au-dessous du joystick, un tableau électrique simple se compose de deux rangées d’interrupteurs.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

À gauche de la console se trouve l’écran tactile Yamaha CL7 qui donne accès aux différents programmes de pilotage du moteur, ainsi que les multiples fonctionnalités de la commande électrique, du trim automatique, etc… Sous cet écran, le pupitre de commande du pilote automatique Yamaha, trouve sa place.La barre, réglable en hauteur, est à sensibilité et démultiplication variables, qui se modifient selon les paramètres programmés en mode manœuvre ou conduite, astucieux et très fonctionnel. La commande du guindeau (localisée à droite de la barre) s’effectue au moyen d’un pupitre digital affichant également un totalisateur de chaîne. La commande des gaz se situe à droite, aux côtés des commandes marche / arrêt du moteur (et disposant d’un boîtier anti-démarrage).

Enfin, la musique à bord est diffusée par un pack Fusion Bluetooth et quatre hauts parleurs. La console du siège pilote accueille confortablement deux personnes côte à côte, sur un bolster élégant. Sous la console, judicieusement encastré à tribord, un réfrigérateur, et en face arrière une table se déplie pour permettre de prendre un verre ou partager un repas.

La banquette arrière en U se transforme également en plage de bain. Au-dessous un grand coffre central pourra recevoir les wakeboards, bouées tractables ou autres jouets embarqués. Le mâtereau de ski nautique (en option) s’intègre dans un support inox discret.

L’accès à la mer s’effectue par les deux plages de bain latérales, et l’échelle de bain est intégrée sous la plage de bain tribord. La douchette est intégrée dans le tableau arrière (eau chaude en option).

Certains détails de finition méritent d’être mentionnés : les taquets rétractables au design très italien, les mains courantes en inox poli aux formes ovales, le pare-brise légèrement fumé aux formes discrètes, la rampe d’éclairage LED en fond de cockpit, contribuent aussi aux qualités esthétiques du modèle.

Un grand bimini repliable sur une armature inox assistée par doubles vérins vient protéger du soleil la console de pilotage et la plage arrière lors des mouillages estivaux.

Motorisation

Le moteur hors-bord Yamaha V8 425 ch XTO, au-delà d’une allure imposante et au design réussi, est un moteur surprenant d’un point de vue technologique... Il est à noter que nous disposons du premier hors-bord 4 temps en injection directe haute pression (jusqu’à 200 bars), un couple hors norme très élevé grâce au moteur V8 d’une cylindrée de 5,6 litres équipé de 32 soupapes, et enfin, la direction électrique qui autorise une conduite très fine et paramétrable.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

Notre essai en mer

 

D’entrée de jeu l’usage du joystick en position manœuvre de port, nous a séduits lors de l’appareillage et de l’évolution dans l’étroit chenal, permettant au bateau d’éviter de tourner sur lui-même avec une très grande facilité et maîtrise. La barre n’a plus de raison d’être dans ces moments-là. Puis une fois le large atteint, Richard Lapène nous avait bien prévenus, le moteur Yamaha V8 XTO de 425 ch associé à cette carène ne nous a pas déçus, la vitesse est immédiatement affichée à la moindre accélération, aucune latence, et la performance est bien au rendez-vous. La stabilité de route, tant au niveau du roulis que du tangage, est surprenante et rassurante, et cela quelle que soit la vitesse atteinte. Autre agréable surprise, le niveau sonore relativement faible à hauts régimes, et l’absence de cavitation lors des changements de cap et virages serrés, l’hélice XTO spécialement développée pour ce moteur contribue à ce résultat. La fonction trim automatique et le pilote automatique sont aussi de judicieuses fonctionnalités d’aide au pilotage qui devraient séduire et convaincre nombre d’entre nous.

On a aimé

- Le gabarit routier du Lomac 8.5

- Un bateau abouti en termes de recherche et développement

- L’élégance générale du modèle

- La technologie du moteur Yamaha V8 425 ch XTO

- La multitude de choix de couleurs (flotteur, gelcoat, sellerie)

- La conception alliant sport et confort

On a moins aimé

- Le bateau mériterait en standard plus d’équipements

- Un positionnement tarifaire en haut du segment

Fiche technique

Longueur : 8,49 m

Largeur : 2,96 m

Déplacement : 2 500 kg

Certification CE : C

Capacité passagers : 16

Prix de base : à partir de 125 000 € T.T.C.

Version essayée : 160 000 € T.T.C.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

Conclusion

Un semi-rigide luxueux destiné à des amateurs de pilotage et de sensations fortes, et ce sans compromettre un usage plaisance entre amis ou en famille, car la conception de ce semi-rigide a toujours laissé la priorité à la sécurité et au confort.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.