La Transat AG2R - La Mondiale a tenu ses promesses

Course au large
Vendredi 2 mai 2014 à 5h16

Un départ magnifique en baie de Concarneau, un passage de front froid la première nuit, une descente musclée le long des côtes portugaises, un choix stratégique crucial entre une route nord ou sud aux Canaries pour rejoindre l’arc Antillais, des duels infernaux et des arrivées en rafale. Tout était réuni pour faire de cette 12e édition de la Transat AG2R – La Mondiale un événement mémorable.

Un départ magnifique en baie de Concarneau, un passage de front froid la première nuit, une descente musclée le long des côtes portugaises, un choix stratégique crucial entre une route nord ou sud aux Canaries pour rejoindre l’arc Antillais, des duels infernaux et des arrivées en rafale. Tout était réuni pour faire de cette 12e édition de la Transat AG2R – La Mondiale un événement mémorable.

Le treizième et dernier concurrent de la Transat AG2R - La Mondiale, le duo Mathieu Forbin et Arthur Prat sur Guadeloupe Grand Large 1, est arrivé ce vendredi, à 2h14, à Saint-Barth. Le rideau vient donc de tomber sur l’épreuve. « Nous avons eu de belles bagarres sur l’eau, dans une belle ambiance. Du sport et de fabuleuses histoires humaines ! » résume Roland Jourdain, co-skipper de Martin Le Pape sur La Cornouaille, 4e à Gustavia, à 87 petites secondes seulement du podium de cette 12e édition. « Le Figaro, c’est comme le vélo, mais parfois pour passer les vitesses, c’est un peu difficile. Les stars de la classe, ce n’est pas évident de les coller au tableau arrière » a-t-il constaté. Lui et les autres s’accordent sur un point: gagner une transat, c’est un sacré défi, et c’est généralement celui qui commet le moins d’erreurs qui remporte la mise. Cette fois, c’est donc le tandem Gwénolé Gahinet – Paul Meilhat qui en a fait le moins. Trajectoires parfaites, vitesse indécente : Safran-Guy Cotten a parfaitement mené sa course du début à la fin.

 

Une course de marcassins

 

« On a vraiment travaillé les réglages en se disant : on veut aller plus vite que les autres. Et dans le vent fort, en gros, on a fait comme Xavier Macaire : on a « marcassiné ». C’est un peu l’expression maintenant en Figaro. Avant, il y avait les sangliers. Nous, les jeunes, nous sommes les marcassins. Cela signifie, en gros que plus il y a de vent, plus on tire sur les voiles, plus on gite, plus ça penche et plus ça fait peur, mais plus on va vite, a avoué Paul au lendemain de son arrivée. En clair, on bourrine, on se fait mal et on y va ! En discutant avec les autres, je sais qu’ils n’ont pas fait ça. Ils ont été plus raisonnables, ils ont mis le petit spi… Mais à un moment donné, si on veut gagner, il faut attaquer. Avec le niveau qu’il y avait sur cette transat, il fallait le faire. » Avec son acolyte, ils ont envoyé du lourd entre Concarneau et Saint-Barth, tirant sur la machine autant que sur les organismes. Heureusement, dans les moments durs, leur moral s’est trouvé dopé par le joli duel de Fabien Delahaye et Yoann Richomme. La paire de Skipper Macif est devenue leur principal rival dès le passage des Canaries. Reste qu’après près de onze jours de bagarre, Gahinet et Meilhat ont repris l’avantage dans la nuit du 25 au 26 avril, puis creusé progressivement l’écart jusqu’à la ligne d’arrivée.

 

Une trajectoire quasi parfaire

 

« Gwéno et Paul ont bien maitrisé la course de A à Z, analyse Michel Desjoyeaux. Ils ont serré un peu les fesses après le passage des Canaries car la transition était difficile à choper. Après ils ont été assez sereins sur une trajectoire dans les mers du sud, dans les alizés en ménageant la droite et la gauche. Ils allaient très vite au portant. Cela les a aidés sur la fin pour se défaire de Skipper Macif. Très belle course, ils n'ont rien à refaire, c'était parfait. » De son côté, le co-skipper de Bretagne – Crédit Mutuel Performance a tenté une option opposée, au nord, après le passage obligatoire de La Palma, le 14 avril dernier. Même topo pour deux autres vieux loups de mer : Jean Le Cam sur Interface Concept et Kito de Pavant à bord de Made in Midi. Sauf que voilà, rapidement, la porte qui semblait ouverte s’est refermée. Résultat, pendant que leurs camarades de jeu ont cavalé au sud, ils ont galèré au près pendant des jours et des jours. Le retour s’est rapidement avèré impossible pour les trois marins les plus expérimentés de la flotte… mais aussi les meilleurs spécialistes des bateaux beaucoup plus grands que les Bénéteau Figaro 2 sur lesquels se court l’AG2R. Pour Kito de Pavant, c’est justement cette expérience du 60 pieds qui les a poussés à prendre la même trajectoire.

 

« Au nord, on s’est trompé, c’est tout »

 

« Les gars qui ont pris le nord étaient tous habitués à des bateaux et des courses plus rapides. Sur un Imoca, ça serait passé. On a bien vu que les spécialistes du Figaro gèrent différemment leur temps. On n’a pas intégré ce concept. Nous nous sommes trompés, c’est tout. » Pour les observateurs, la situation a eu l’avantage de créer un autre match dans le match, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la partie a été serrée jusque dans les derniers mètres : 2 minutes 54 secondes d’écart entre les deux premiers du groupe. «On s’est battu pour l’honneur et pour l’orgueil » Il fallait bien ça au « Professeur » Desjoyeaux pour compenser cette désillusion parce qu’il va sans dire qu’une dixième place, ce n’est pas ce qu’il venait chercher au départ. Bref, pour cet incroyable scénario sur lequel personne n’aurait misé à Concarneau il y a trois semaines, cette AG2R – La Mondiale 2014 restera unique dans les anales de la course au large, mais aussi dans la tête de tous les marins qui sont arrivés à Saint-Barth parce que, comme le rappelait justement le jeune Corentin Horeau : « Une transat, ça change un homme. »

 

 

Ce qu’il faut retenir

 

22 changements de leaders

Generali est l’équipage qui a occupé le plus souvent la tête du classement provisoire avec 30% du temps, contre 16% pour Safran-Guy Cotten, 15% pour Made in Midi, 11% pour Skipper Macif et Interface Concept.

257,8 milles en 24 heures par rapport à la distance au but parcourue par Generali, détenteur du Trophée de la Performance (le plus rapide de la flotte à 3 reprises sur 24 heures).

4 762 milles : c’est la distance réellement parcourue par 30 Corsaires avec sa route très sud. Soit 872 milles de plus que la route orthodromique (3 890 milles) ! En conséquence, 30 Corsaires a été le bateau le plus rapide sur toute la durée du parcours avec une moyenne de 8,87 nœuds contre 8,74 nœuds pour le vainqueur Safran-Guy Cotten (4 670 milles parcourus).

Le 28 avril, après un peu plus de 22 jours de course, les quatre premiers vont se succéder dans le port de Gustavia en l’espace de 1 heure 38 minutes et 24 secondes.

Les nordistes arriveront à Saint-Barth avec plus de 41 heures de retard sur les vainqueurs.

Deux démâtages : Cercle Vert (Morvan/Dalin) dans la nuit du 6 au 7 avril, Gedimat, le 18 avril.

Deux safrans endommagés (collisions avec un OFNI) : La Cornouaille le 10 avril, et Scutum le 23 avril.

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…