Coup dur pour Alex Thomson

Vendée Globe
Dimanche 22 novembre 2020 à 8h25

HUGO BOSS a alerté cette nuit la direction de course de ses « problèmes possibles de structure ». Le skipper britannique va bien et il est en sécurité. Il poursuit sa route dans le petit front froid qui coupe l’anticyclone de Sainte-Hélène, mais à petite vitesse, en attendant que des solutions techniques lui soient proposées. Thomas Ruyant(LinkedOut) et Charlie Dalin (Apivia) se glissent dans l'interstice météorologique, qui propose bien des surprises...

©Mark Lloyd / Lloyd Images
HUGO BOSS a alerté cette nuit la direction de course de ses « problèmes possibles de structure ». Le skipper britannique va bien et il est en sécurité. Il poursuit sa route dans le petit front froid qui coupe l’anticyclone de Sainte-Hélène, mais à petite vitesse, en attendant que des solutions techniques lui soient proposées. Thomas Ruyant(LinkedOut) et Charlie Dalin (Apivia) se glissent dans l'interstice météorologique, qui propose bien des surprises...

Cette nuit, l’équipe d’Alex Thomson a alerté la direction de course de la survenance d’un « problème possible de structure ». Voici les faits (succints) énoncés pour l’heure : le skipper de HUGO BOSS a pris contact avec son équipe à terre à 20 heures (HF) samedi. A la discussion technique ont été conviés les architectes de VPLP et les ingénieurs structure, afin « d'envisager les solutions avec l'équipe à terre et de définir un programme de réparation et un calendrier ».

Alex était alors toujours en 2e position de la flotte, il avançait à 16,3 nœuds (sur 4 heures) dans un vent medium et face à une mer relativement sage (1,7m de houle de face). A 800 milles au large de Rio de Janeiro, il concédait une trentaine de milles à Thomas Ruyant (LinkedOut), leader encore ce dimanche matin. Que s’est-il passé pour qu’Alex soit contraint de freiner ? Le skipper va bien et l’équipe à terre confirme qu’il est en sécurité sur son bateau, ce qui est la meilleure des nouvelles de la nuit. Des informations plus nourries devraient être partagées dans les heures qui viennent. Pour autant, HUGO BOSS n’a pas changé ses plans, continuant à avancer – à petit trot (6,6 nœuds) dans le couloir qui s’est dessiné au travers de l’anticyclone de Sainte-Hélène et qui semble accorder au trio de tête (avec Charlie Dalin, désormais 2e à 38,5 milles de LinkedOut) le privilège de couper la route. Un privilège rare et cher, puisque la descente vers les mers du Sud demandera beaucoup de vigilance, le trou de souris s’annonçant particulièrement étroit… Hubert Lemonnier, direction de course, résule la situation : « On sait qu’Alex est en contact avec son équipe technique et les architectes pour faire un bilan des dégâts « internes » ; un check de tout le bateau de l’avant à l’arrière doit être opéré. Nous avons été informés hier à 21 heures. Pour l’instant, sa route n’est pas perturbée par ces soucis, mais il avance à petite vitesse, à environ 6 nœuds depuis hier soir, ce qui signifie qu’il n’a pas décidé de faire demi-tour ». Joint ce matin à la vacation, Charlie Dalin (Apivia) pouvait témoigner du tempérament pour le moins déstabilisant de ce front froid qui coupe en deux l’anticyclone : « J’ai eu l’impression de revivre un passage de pot au noir, en encore plus bizarre. J’ai trouvé des variations de vent assez étranges, des changements brusques de direction et de force, je ne m’attendais vraiment pas à ça. J’ai même eu du Nord-Ouest, des grains hier. Ce matin, la mer s’aplatit, il y a un beau ciel étoilé, c’est magnifique ». Privé de sommeil cette nuit – moins d’une heure en cumulé – Charlie n’avait pas eu le temps de prendre connaissance des contrariétés de son rival britannique. « J’espère que ce n’est pas trop grave et que l’étendue des dégâts est limitée. J’espère surtout que cela ne signifie pas pour lui la fin du Vendée Globe. On fait une belle course avec lui, et le trio que nous composons est très stimulant ». Entre le leader et le quatrième Jean Le Cam – mais quelle formidable démonstration, encore et toujours ! –, l’écart s’est légèrement réduit. Parce que le trio a perdu de la vitesse en entrant dans le front froid (une douzaine de nœuds pour leader au petit matin), et parce que, plus au Nord, les chasseurs ont encore un peu de vent et peuvent avancer à 14 nœuds. De plus de 300 milles hier soir, l’écart entre le premier et le quatrième était de 274,7 milles au pointage de 5 heures. De là à les voir se faufiler dans le trou de souris ? Les heures à venir le diront.

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.