Bulletin météo du Vendée Globe : bonnes vitesses au sud de l'Australie

Vendée Globe
Mercredi 16 décembre 2020 à 8h19

Chaque jour, un expert en météo marine de METEO CONSULT analyse et décrypte la situation météo et son évolution pour les skippers de l’édition 2020-2021 du Vendée Globe. Le peloton de tête, désormais mené par T.Ruyant, Y.Bestaven et C.Dalin, se tient désormais dans un mouchoir de poche très au sud, non loin de la limite d'exclusion. C.Dalin a été cependant contraint de s'arrêter hier afin d'estimer les dégâts qu'il a subit à son foil bâbord, puis à pu reprendre la course. Les concurrents utilisent les rails des vents d’ouest entre l’anticyclone des Mascareignes, qui s’étire au sud immédiat de l’Australie, et les systèmes dépressionnaires qui circulent dans le grand sud, tout en évitant les zones de molle qui se forment entre les fronts. La course de vitesse est engagée, avec, en ligne de mire, le passage au sud de la Nouvelle-Zélande en fin de semaine avant d'entrer dans l’océan Pacifique.

©Figaro Nautisme
Chaque jour, un expert en météo marine de METEO CONSULT analyse et décrypte la situation météo et son évolution pour les skippers de l’édition 2020-2021 du Vendée Globe. Le peloton de tête, désormais mené par T.Ruyant, Y.Bestaven et C.Dalin, se tient désormais dans un mouchoir de poche très au sud, non loin de la limite d'exclusion. C.Dalin a été cependant contraint de s'arrêter hier afin d'estimer les dégâts qu'il a subit à son foil bâbord, puis à pu reprendre la course. Les concurrents utilisent les rails des vents d’ouest entre l’anticyclone des Mascareignes, qui s’étire au sud immédiat de l’Australie, et les systèmes dépressionnaires qui circulent dans le grand sud, tout en évitant les zones de molle qui se forment entre les fronts. La course de vitesse est engagée, avec, en ligne de mire, le passage au sud de la Nouvelle-Zélande en fin de semaine avant d'entrer dans l’océan Pacifique.

SITUATION METEO DU MERCREDI 16 DÉCEMBRE : davantage d’air pour tout le monde

C. Dalin a donc été rassuré suite à son avarie à son foil babord, et maintient sa 3 ème position. T.Ruyant et Y.Bestaven se tiennent au coude à coude. A l'opposé, il est à noter la volonté et le courage de Samantha Davies qui est repartie aujourd'hui du Cap, hors course, après  son avarie pour continuer son projet avec son partenaire Initiatives Coeur. Il faut saluer  son courage car elle sera seule dans les mers du sud a affronter les fortes conditions. Elle sera, elle aussi, en bordure nord des profondes dépressions qui circulent dans le grand sud, engendrant de fortes conditions de mer et de vent.

La situation météo reste assez similaire que ces deux derniers jours pour les skippers qui évoluent à travers tout l’océan Indien. Ils doivent composer avec les passages de fronts générant du vent portant et les molles qui se forment avec l'étalement de l’anticyclone du sud de l’Australie jusqu'au sud de la Nouvelle-Zélande. Plus au sud on trouve la ligne d’exclusion, cette zone de sécurité qu’il ne faut pas franchir même si certains s'en approcheront vraiment désormais.

Il y a donc un passage réduit dans lequel les concurrents vont se trouver. Toujours avec une route très sud en limite de la zone d'exclusion, les deux pelotons de tête bénéficient de vents portants de secteur nord-ouest force 5 à 6 Beaufort (de 22 à 27 nœuds). Ce mercredi soir devrait marquer le passage à la longitude de la Tasmanie, avec en ligne de mire la bascule dans l’océan Pacifique.

Nautisme Article
© Figaro Nautisme

A l’arrière, on peut penser que les skippers formant actuellement le groupe des 7 au 14 ème récupérent aussi du vent après avoir probablement perdu en vitesse dans la chape anticyclonique. Ils béneficient d'un flux de nord-ouest à sud-ouest généré par le rail des latitudes australes, les confrontant à deux options : soit faire route vers l’est en empannant fréquemment ou bien descendre vers le sud-est pour éviter les molles. Les derniers pourraient eux se retrouver confrontés à une dépression (1000 hPa) au moment de leur passage au nord-ouest des Kerguelen. Cette dépression va générer un fraichissement des vents du nord pendant quelques heures, autour de 30 nœuds.

Nautisme Article
© Figaro Nautisme

SITUATION METEO DU JEUDI 17 DÉCEMBRE : molle devant, fort coup de vent à l'arrière

Cette édition du vendée Globe 2020 reste assez atypique dans cette région. Les anticyclones sont en effet assez sud cette année et repoussent encore plus au sud les dépressions. Cette configuration oblige ainsi la majorité de la flotte à s'éloigner de la route directe, et à descendre encore plus au sud qu'Armel le Cléach il y a 4 ans. Elles leur permet aussi d'éviter les tempêtes.

Dans ces conditions, les skippers de tête conserveront à peu près la même configuration synoptique, à savoir un vaste anticyclone situé dans leur nord sur la Nouvelle-Zélande tandis que le rail d’ouest modérément perturbé restera très au sud. Entre ces deux grands centres d’action dominants et assez figés, les concurrents devront progresser en gardant d'assez bonnes vitesses tout en évitant d'être freîner par l’anticyclone. Le flux sera orienté au secteur nord-ouest pour la tête de flotte avant de mollir en raison d'un desserrement du gradient de pression favorisé par le rapprochement d'une dépression en formation près de la Tasmanie. Elle perturbera la circulation d'ouest dont ils profitaient jusqu'à présent.

Plus en arrière, les vents seront orientés au sud-ouest pour les 5 à 10 ème de la flotte. Le groupe de queue, très étalé lui entre la 15ème position et le dernier, devra affronter une dépression à 983 hPa située sur les Kerguelen. lls la contourneront par le nord pour éviter des conditions trop fortes, mais classiques sur cette région à cette période. Ils prioriseront avant tout la sécurité.

TENDANCE ULTÉRIEURE : dépression Tasmanienne à négocier

A partir de jeudi, les skippers de tête se retrouveront dans une situation météo devenant plus compliquée aux portes de l'océan Pacifique. La dépression proche de la Tasmanie devrait progresser vers le sud-est de l'île et se rapprocher de la zone où évolueront les 7 premiers, dans les parages de l’île Macquarie, petite île australienne située à mi-distance entre la Nouvelle-Zélande et l’Antarctique. Les modèles météo sont assez cohérents concernant l'évolution de cette dépression, mais sa position précise restera à confirmer pour vendredi. C'est une évolution que surveille la tête de la flotte car ce type de situation est toujours propice à un desserrement isobarique favorisant des molles et par conséquent les écarts. La logique voudrait que les bateaux la contourne par le sud ou bien, selon sa vitesse de progression, la laisse s'éloigner devant.

Il y aura donc vendredi un passage de quasiment 24 heures de faibles conditions qui risquent de ralentir le groupe des 5 premiers, tandis que le peloton de 5 à 10 environ pourrait en profiter pour réduire un peu l'écart grâce à un vent nord-ouest favorable assez soutenu.

Au milieu de la flotte, afin d'évoluer dans des vents portants en évitant la molle liée à l'anticyclone sub tropical des Mascareignes, certains devront faire une route encore bien au sud, prémice de fréquents empanages au bon moment pour profiter des passages de fronts.

A l'opposé, les derniers vont subir du gros temps sous l'influence de la dépression des Kerguelen, générant de fortes conditions de mer et de vent dans ces parages. 

Régis CREPET - Expert METEO CONSULT Marine

Découvrez notre NOUVEAU SITE

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.