L'écart se réduit

Vendée Globe
Dimanche 10 janvier 2021 à 7h35

Depuis l'annonce de son abandon, hier soir, Isabelle Joschke manoeuvre pour sortir rapidement de la très grosse dépression qui a eu raison de sa réparation de vérin de quille, avec l'aide de Christian Dumard et de la Direction de Course. Devant, l'écart entre Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) et Charlie Dalin (Apivia) s'est réduit à 191 milles, mais le leader est le premier à retoucher du vent ce matin. Les chasseurs ? Ils s'agitent !

©Jean-Marie Liot/Alea/Disobey/Apivia
Depuis l'annonce de son abandon, hier soir, Isabelle Joschke manoeuvre pour sortir rapidement de la très grosse dépression qui a eu raison de sa réparation de vérin de quille, avec l'aide de Christian Dumard et de la Direction de Course. Devant, l'écart entre Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) et Charlie Dalin (Apivia) s'est réduit à 191 milles, mais le leader est le premier à retoucher du vent ce matin. Les chasseurs ? Ils s'agitent !

Hier soir, à 21h23, Alain Gautier a confirmé auprès de la Direction de Course ce qu’il avait annoncé quelques minutes auparavant par voie de communiqué, à savoir l’abandon d’Isabelle Joschke, contrainte d’entrer en mode sauvegarde par la casse de la réparation qu’elle avait effectuée sur son vérin de quille il y a une semaine. Prise dans une dépression venue d’Argentine qui lui imposait de naviguer au près dans une mer défoncée et dans des vents forts – jusqu’à 54 nœuds, selon Maxime Sorel, qui naviguait de conserve avec elle –, la navigatrice de MACSF a vu ses espérances réduites à néant par un nouveau coup du sort, et l’obligation de se focaliser sur la recherche de conditions de navigation maniables, en attendant de pouvoir choisir une destination où ramener le bateau.

L’annonce de l’abandon a permis au team MACSF de pouvoir s’appuyer sur l’assistance et l’expertise de Christian Dumard, le météorologue du Vendée Globe 2020, et de la direction de course. Cette cellule accompagne Isabelle Joschke depuis la soirée d’hier et va, de loin, guider ses pas et tenter de lui simplifier la vie et sa navigation, qui n’est pas aisée puisque la quille de MACSF n’est plus fixe. Les premières heures de ce dimanche accoucheront d’une destination, mais l’urgence est de tenir bon en attendant que la dépression, qui secoue encore la solitaire, file pour de bon vers l’Est.

La course au large a ceci de puissant et d’épuisant qu’elle génère dans l’âpre mouvement de la compétition un sillage chargé d’émotions multiples, contraires et contrariantes. Il y vit deux histoires : celle d’un marin seul face à la mer, et celle d’une machine fiable tant qu’elle ne casse pas. Et quand la mécanique finit par céder et que l’abandon s’impose au marin, il ne reste plus que le goût aigre d’une injustice difficile à qualifier. Au fond, non, ce n’est pas juste qu’Isabelle Joschke, petit modèle à la volonté imposante, narratrice très entière mue par des sentiments parfois tempétueux et par un rire clair, se voie aujourd’hui contrainte de renoncer à ce tour du monde après avoir pourtant passé les trois caps. Dans les faits, c’est le Vendée Globe, qui se refuse à beaucoup sans crier gare, et qui punit sans âme les marins pour une mauvaise rencontre, pour une pièce trop neuve ou trop usée, ou pour un coup de vent mal orienté.

Onzième au moment de son abandon, Isabelle Joschke naviguait dans le même système météo que Maxime Sorel. Joint ce matin, le skipper de V and B – Mayenne avait lui aussi un goût amer dans la bouche. « Avec Isa, on échangeait depuis deux ou trois jours par messagerie, depuis qu’on savait tous les deux qu’on allait se faire défoncer par la dépression. Je ne l’ai hier qu’en fin de journée. Elle me dit que ‘c’est la merde, ma retenue de quille a pété’. J’étais dégoûté pour elle : je la voyais dans le top 5 à l’arrivée. ça fait vraiment ch… parce qu’on est dans l’Atlantique et qu’on a une hâte : c’est de se retrouver ‘à la maison’ pour fêter ce tour du monde tous ensemble. Isa était éclopée (avec sa quille qui ne basculait plus, ndlr), mais elle méritait de finir et de souffler aussi un peu. Mais c’est la dure loi du Vendée Globe… ».

Pour le duo, le passage du cap Horn n’a pas sifflé la fin des conditions dures. Ce qu’ils ont rencontré depuis était peut-être même plus âpre que les derniers milles dans le Pacifique, pourtant réputés : « C’était coton ! On s’est retrouvé dans un flux hyper fort, jusqu’à 54 nœuds hier, 45 nœuds très souvent, dans une mer défoncée. On était au reaching. Dans les mers du Sud, ça passe, mais pas là ; c’était une boucherie. A 100 degrés du vent, tu ne peux rien faire, tu ne peux pas arrêter le bateau, tu ne peux que suivre ton cap. Si tu lofes (se rapprocher du vent), tu accélères encore ; si tu abats (s’éloigner de vent), tu accélères aussi. Alors tu dérègles ton bateau, tu bordes trop ta voile d’avant pour perdre de la performance mais, de toute façon, ça tape beaucoup trop. J’ai même enroulé mon J3 (petite voile d’avant pour le reaching) pour aller 5 nœuds moins vite : l’histoire d’Isabelle m’a refroidi. Il ne faut pas oublier que l’objectif premier, c’est de rallier l’arrivée ».

Dalin revient bien

Pointé à 411 milles derrière Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) il y a 72 heures, Charlie Dalin a gommé une grosse moitié de son retard sur le leader ces derniers jours. Au classement de 5 heures, la distance entre les animateurs de tête n’était « plus » que de 191,6 milles. Il était même tombé à 176,8 milles hier soir, mais la nuit a fait tomber le vent qui portait Apivia et ouvert une porte au leader. « Yannick a réussi à se dépêtrer de la bulle anticyclonique qui me gêne actuellement, expliquait Charlie Dalin ce matin. Je suis content d’avoir si bien réduit l’écart, mais l’élastique va se tendre à nouveau un peu, jusqu’au front froid qui est au cap Frio et qui se dresse sur notre route. Les passages dans ce front froid changent souvent, les portes s’ouvrent ou se ferment selon les modèles, ce n’est pas facile d’y deviner la bonne trajectoire ».

Coucou, c'est nous !

L’anticyclone de Sainte-Hélène joue un rôle majeur dans cette fin de semaine et dans le début de la semaine à venir. Les bulles de hautes pressions qui naissent sur le continent sud-américain entament leur voyage vers l’Est. Situé dans le nord de la cellule, Yannick Bestaven a touché du vent le premier, au portant, ce qui lui a permis d’avancer à 12,9 nœuds entre les deux derniers classements. Dans l’Est du système, Charlie Dalin et Thomas Ruyant (LinkedOut) ont le vent dans le dos et ont donc progressé moins vite, à moins de 10 nœuds. Dans les mêmes angles au vent, mais avec des airs un peu plus soutenus, Damien Seguin, 4e (Groupe APICIL) et Louis Burton (Bureau Vallée 2) ont signé les bons coups de la nuit, réduisant significativement leur écart sur les hommes du podium. Dans la même longitude, Benjamin Dutreux (OMIA – Water Family), Jean le Cam (Yes We Cam!), Boris Herrmann (SeaExplorer – Yacht Club de Monaco) et Giancarlo Pedote (Prysmian Group) n’ont pas chômé : eux aussi ont progressé à plus de 19 nœuds toute la nuit.

Mais le coup qui compte, c’est peut-être celui qu’est en train de faire Armel Tripon (L’Occitane en Provence), qui a fini par passer Clarisse Crémer cette nuit. Le duo, engagé sur une route plus Ouest que ses prédécesseurs, va s’épargner de la route et éviter également la bulle anticyclonique, progressant au reaching entre deux systèmes. Le milieu de semaine pourrait permettre au bateau couleur frelon et au bateau bleu de se rapprocher sensiblement du groupe de chasse.

Plus loin, encore à une grosse journée de navigation du cap Horn, Jérémie Beyou (Charal) a passé Stéphane le Diraison (Time for Oceans). Le 17e a désormais pour cible Arnaud Boissières (la Mie câline – Artisans Artipôle), situé 17 milles droit devant. Le trio est désormais à l’arrière, et dans l’Est, de la dépression qui les a secoués ces 24 dernières heures, et la route vers le cap Horn semble désormais mieux pavée.

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.