Pierre Leboucher en vainqueur à Saint-Nazaire « Je suis content de finir la course de cette manière. Je ne pouvais pas espérer mieux »

Course au large
Vendredi 17 septembre 2021 à 7h59

Ce jeudi 16 septembre à 21h13, au terme d’un quatrième et dernier round riche en rebondissements mais parfaitement maîtrisé, notamment sur le premier tiers et la deuxième moitié du parcours, Pierre Leboucher s’est octroyé une superbe victoire à Saint-Nazaire. Le skippeur de GUYOT environnement – Ruban Rose s’est, en effet, montré redoutablement efficace et audacieux, enchaînant coup gagnant sur coup gagnant après le passage du Fastnet et jusque dans les derniers milles, à l’entrée de l’estuaire de la Loire.

©Alexis Courcoux
Ce jeudi 16 septembre à 21h13, au terme d’un quatrième et dernier round riche en rebondissements mais parfaitement maîtrisé, notamment sur le premier tiers et la deuxième moitié du parcours, Pierre Leboucher s’est octroyé une superbe victoire à Saint-Nazaire. Le skippeur de GUYOT environnement – Ruban Rose s’est, en effet, montré redoutablement efficace et audacieux, enchaînant coup gagnant sur coup gagnant après le passage du Fastnet et jusque dans les derniers milles, à l’entrée de l’estuaire de la Loire.

Il termine ainsi de la plus belle des manières cette 52e édition de l’épreuve, même s’il doit se « contenter » de la 13e place au classement général final après avoir non seulement été confronté à des problèmes de pilote automatique, mais aussi avoir parfois manqué de réussite. Reste que plus que le résultat, ce que l’on retiendra, c’est le panache avec lequel le navigateur Nantais a mené sa course, et son talent qui ne demande qu’à s’exprimer !

Après avoir déjà signé un podium d’étape (3e) lors de l’édition 2019, entre Nantes et Kinsale, Pierre Leboucher a, cette fois, scellé sa première victoire de manche sur l’épreuve. Et quelle manche ! Ces 685 milles entre Roscoff et Saint-Nazaire ont été incroyablement riches en retournements de situations. Les écarts se sont faits puis défaits, et les trajectoires des marins ont parfois grandement divergés, mais le skippeur de GUYOT environnement – Ruban Rose a tracé sa route avec opportunisme et détermination, pour finir par s’offrir une jolie première place. « Je suis content de finir la course de cette manière. Je ne pouvais pas espérer mieux, même si cela ne change pas énormément mon classement général », explique le marin qui aurait naturellement préféré que ce dernier acte ne soit pas réduit de quelques milles, ce qui lui aurait sans doute permis de grappiller davantage de temps au classement.

Audacieux mais raisonnable

Qu’importe, les décisions de la Direction de course sont ce qu’elles sont, et il faut savoir savourer ses succès, surtout lorsqu’il a fallu fournir tant d’effort pour les obtenir. « Comme on s’y attendait, ça a été une course très longue. Pour moi, elle a bien débuté puisqu’avec Corentin (Horeau) et Martin (Le Pape), on a mené les débats jusqu’à Land’s End. A cet endroit, on s’est malheureusement fait piéger dans une zone sans vent, et les autres, pour lesquels on a servi de repères, ont fait le tour, quand d’autres, comme Tom Dolan, se sont carrément barrés de l’autre côté du DST. Ensuite, ça a été compliqué de se refaire car ça a été le train-train jusqu’au Fastnet. Sur le retour, petit coup par petit coup, j’ai toutefois fini par remonter. J’ai fait une belle option à Belle-Ile qui m’a permis de faire la différence. J’ai même pensé passer entre l’île et le continent mais j’ai estimé que dans ma position, c’était un peu trop osé et j’ai préféré assurer », a détaillé le skippeur qui s’est finalement imposé avec un peu moins de cinq minutes d’avance sur Xavier Macaire.

Nautisme Article
© Alexis Courcoux

Capable de belles choses

« J’ai fait ma course sans me préoccuper trop des autres et tout s’est plutôt bien enchaîné car malgré toute la fatigue accumulée depuis près d’un mois, je n’ai pas terminé dans la souffrance. Je finis la course avec de la satisfaction car il n’a pas seulement fallu être rapide sur cette dernière étape. Les placements ont été déterminants. Au final, il y a pas mal d’écarts entre les concurrents, mais pour moi, cela ne sera pas suffisant pour vraiment bien me replacer au classement général. Je vais devoir me contenter de la 13e place, ce qui n’est pas ce que je venais chercher », a commenté Pierre, 9e et 7e des deux dernières éditions, et prétendant au podium cette année. « Je paie cher mes soucis de pilote automatique dans la deuxième étape puis le temps que j’ai encaissé lors de l'étape 3 en restant encalminé à proximité de l’île de Batz, mais cela fait partie de la course. Pour bien faire sur une Solitaire du Figaro, il faut que toutes les planètes soient alignées. Au bout du compte, ce que je garderai en tête, c’est que je suis capable de faire quelque chose de bien et que le podium était, de fait, à ma portée », a terminé Pierre Leboucher

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…