Mubadala United States Sail Grand Prix : les Français prêts à se démarquer pour la Grande Finale

Régates
Mardi 22 mars 2022 à 11h20

C'est le grand épilogue d'une deuxième saison sous haute tension. Les 26 et 27 mars prochains, huit équipes internationales vont se retrouver dans l'une des arènes nautiques les plus spectaculaires au monde pour désigner le vainqueur du championnat de la saison 2 de SailGP, la fameuse baie de San Francisco. Si les Australiens et les Américains sont les mieux placés pour l'emporter, les Français comptent bien profiter de ce rendez-vous exceptionnel pour tirer les premiers bénéfices de la nouvelle dynamique engagée avec l'arrivée de Quentin Delapierre.

©Eloi Stichelbaut for SailGP
C'est le grand épilogue d'une deuxième saison sous haute tension. Les 26 et 27 mars prochains, huit équipes internationales vont se retrouver dans l'une des arènes nautiques les plus spectaculaires au monde pour désigner le vainqueur du championnat de la saison 2 de SailGP, la fameuse baie de San Francisco. Si les Australiens et les Américains sont les mieux placés pour l'emporter, les Français comptent bien profiter de ce rendez-vous exceptionnel pour tirer les premiers bénéfices de la nouvelle dynamique engagée avec l'arrivée de Quentin Delapierre.

Comme le souligne le manager du France SailGP Team Bruno Dubois, le championnat SailGP affiche un sacré dynamisme, marqué notamment par l'arrivée de deux nouvelles équipes, le Canada et la Suisse pour la saison 3. « Il y aura dix bateaux lancés à une vitesse incroyable sur la ligne de départ. De nouveaux investisseurs arrivent, avec notamment la mise en place d'un partenariat majeur pour quatre saisons avec New Zealand Major Events », explique Bruno Dubois, confirmant la présence accrue de la Nouvelle-Zélande dont les villes de Christchurch et d'Auckland se partageront l'accueil de Grand Prix lors des saisons 3 à 6. Il ajoute : « Le volet protection de l'environnement se développe aussi énormément avec le programme Race For The Future et l’Impact League qui nous demande beaucoup d’engagement. Les athlètes féminines sont désormais intégrées aux équipes navigantes sur toutes les épreuves et leur formation s’intensifie avec le Women’s Pathway Program. Ce développement rapide du circuit SailGP impressionne et étonne les gens. Les choses vont dans le bon sens ».

Côté sportif, les grandes équipes sont toujours devant. Les Australiens de Tom Slingsby sont en tête du championnat, mais les Américains sont bien revenus depuis l’arrivée de Jimmy Spithill à la direction de l’équipe. Les Anglais et les Japonais sont bien dans le match aussi. Les Espagnols ont alterné coups d'éclats et résultats en demi-teinte, mais se sont toujours montrés présents. Cette équipe à fort potentiel va voir son pilote actuel, le Néo-Zélandais Phil Robertson, barreur du bateau chinois lors de la saison 1, prendre la barre du futur bateau canadien pour la saison 3. Il sera remplacé par le jeune Espagnol Jordi Xammar. « Les Australiens et les Américains ont déjà assuré leur place pour la Grande Finale à trois. Cela va se jouer entre les Japonais de Nathan Outteridge et les Anglais de Ben Ainslie pour la dernière place à prendre » précise Bruno Dubois. Réponse dimanche 27 mars à l’issue des cinq courses en flotte devant l’emblématique Golden Gate Bridge !

Nautisme Article
© David Gray for SailGP

Du renouveau côté français

Un changement de pilote a déjà été opéré au sein de l'équipage français avec l'arrivée de Quentin Delapierre lors du Spain Sail Grand Prix en octobre dernier. « La nouvelle dynamique créée a permis à certains de s’exprimer un peu plus et d’évoluer. Tout le monde l’a bien intégré pour qu’il puisse se mettre dans le bain le plus vite possible. Il a les trois derniers Grand Prix de la saison pour prendre ses marques. Je pense qu’il ne veut pas brûler les étapes et prendre le risque de casser le bateau. Pour l'instant, il apprend énormément et j'espère que ce Grand Prix de San Francisco sera pour lui l'occasion de commencer à se démarquer un peu », confie Bruno Dubois.

La difficulté pour l'équipage français est le faible temps d'entraînement : « on a fait une petite semaine de stage en GC32 pour remettre les gars dans le bain avant de partir à San Francisco. Mais c’est sûr qu’il y a d'autres équipes comme les Danois arrivés cette année ou les Canadiens et les Suisses qui arriveront l'année prochaine qui s'entraînent beaucoup plus sur ce support en parallèle de la navigation en F50. Cela leur procure un avantage, mais nous sommes de notre côté dans les clous, conformément au plan de développement voulu par Quentin ».

Kevin Peponnet intègre l’équipe navigante du France SailGP Team

Un plan de développement qui sera également marqué par l'arrivée de Kevin Peponnet au poste de régleur d'aile pour la prochaine saison. L’athlète olympique va bénéficier de l’expérience de Leigh McMillan pour se former à ce poste clé. Ce spécialiste du 470, champion du monde avec Jérémie Mion en 2018 et 11e aux Jeux Olympique de Tokyo, est très excité à l'idée de rejoindre le France SailGP Team : « les F50 sont des bijoux de technologie. Ce sont les bateaux les plus rapides du monde et le championnat rassemble les meilleurs navigants au monde. C'est un circuit très prestigieux », s'enthousiasme le navigateur de 31 ans. « Je suis impressionné par l'organisation de ce circuit et par sa médiatisation dans un grand nombre de pays, à la manière du circuit de Formule 1. Côté navigation, je vais devoir tout réapprendre. J’ai toujours fait du bateau archimédien. C’est vraiment une autre façon de naviguer mais c’est un virage à prendre parce que c’est vers là que vont aller la plupart des circuits professionnels », ajoute Kévin. « Accéder à un tel circuit n'est pas facile. C'est vraiment le gratin de la voile et il faut faire ses preuves. Cela fait quelques mois que j’essaye d’assimiler le plus possible cette nouvelle façon de naviguer, notamment avec des replays et grâce aux échanges que j'ai avec Quentin Delapierre et l'entraîneur de l'équipe Thierry Douillard pour me préparer au mieux. Ce n'est pas facile. Il y a vraiment du boulot », admet celui qui a pour avantage d'avoir déjà beaucoup navigué avec Quentin sur d'autres supports.

Avec neuf Grand Prix annoncés pour la saison 3 (notamment Christchurch les 18-19 mars 2023 en Nouvelle-Zélande et San Francisco aux États-Unis les 6 et 7 mai 2023), Kevin Peponnet va avoir l'occasion de développer ses compétences. Il débutera ses nouvelles fonctions aux Bermudes lors du premier acte de la saison 3, les 14 et 15 mai prochains.

Nautisme Article
© Marin Le Roux for SailGP

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…