Les incontournables de l'Île Catalina en République Dominicaine

Carnet de voyage
Mercredi 14 juillet 2021 à 15h32

Puisqu’il ne s’agit pas seulement d’un lieu de passage vers le musée sous-marin du naufrage du capitaine Kidd mais aussi d’un espace parfait pour profiter de superbes plages paradisiaques de sable blanc, il vous faut découvrir l’Île Catalina, l’un des plus splendides havres de la République Dominicaine.

©Wiki Média
Puisqu’il ne s’agit pas seulement d’un lieu de passage vers le musée sous-marin du naufrage du capitaine Kidd mais aussi d’un espace parfait pour profiter de superbes plages paradisiaques de sable blanc, il vous faut découvrir l’Île Catalina, l’un des plus splendides havres de la République Dominicaine.

L'île de Catalina se situe à 10 km au large de Bayahibe et à 45 minutes de bateau du port de La Romana. C'est une excursion prisée par les bateaux de croisière qui s'y arrêtent en provenance de La Romana. Les passagers profitent alors de ses plages paradisiaques, protégées par la barrière de corail.

L'île était connu des Indiens sous le nom de Labanea ou Toeya, avant d'être renommée Catalina par Christophe Colomb en 1494, en l'honneur de la fille de la reine Elizabeth de Castilla. Au programme, baignade dans une eau cristalline, farniente sur le sable blanc et fin allongés sur des transats à l'ombre de palapas, pique-nique et grillade sur la plage, snorkeling, massage, kayak, banane boat, beach-volley, petites maisons colorées, peinture d'art naïf et balade sur les sentiers à la découverte de la faune et de la flore préservée de l'île.

Naviguer à voile et faire de la plongée libre

Formée de coraux, l’île possède une incomparable faune sous-marine. Elle est idéale pour naviguer, surtout à voile, et atteindre des aires paradisiaques loin des bruits de la ville. Il est possible de louer un bateau et découvrir les eaux côtières en autonomie pour échapper aux tours guidés. La mer de Catalina est un musée sous-marin : elle possède trois principaux sites de plongée, dont les deux premiers – Le Mur et L’Aquarium – sont accessibles directement depuis la plage. Les deux zones sont très riches en coraux et créatures aquatiques, tels que des raies, des murènes, des tortues, des dauphins et des poissons exotiques. Le troisième est appelé « Musée vivant de la Mer » : il s’agit d’un écosystème abritant un navire naufragé. Découvert en 2007, ces restes ont été identifié comme ceux appartenant à l’un des bateaux du XVIIe siècle du Capitaine Kidd, parmi les pirates les plus célèbres de l’histoire.

Les plages

Nautisme Article
© Wiki Média

En tant que patrimoine de l’Unesco, Catalina possède trois plages principales caractérisées par un sable blanc paradisiaque : une au nord, une à l’est et l’autre à l’ouest. Bien que cette dernière soit la plus développée et accueille la grande majorité des visiteurs, les autres sont, au même titre,  incontournables. Elles sont consacrées au développement durable du tourisme et occupent plus des deux tiers du littoral de Catalina. Ses côtes rocheuses, qui bordent la partie sud de l’ile, sont tout à fait uniques et les falaises offrent un spectacle naturel. Les plages sont bordées de cocotiers et les amateurs de plongée pourront admirer les fonds marins. On y retrouve également des centaines de poissons colorés ainsi que d’autres espèces marines comme les hippocampes, et des formations coralliennes étonnantes.

La cabeza de Morgan

Nautisme Article
La cabeza de Morgan© Wiki Média

Un grand rocher sphérique situé sur l'île de Santa Catalina sert de monument à Henry John Morgan, familièrement appelé : Morgan. Cette formation rocheuse est un caprice de la nature qui, par sa forme et la force de son caractère, a créé une sorte de syncrétisme. C'est ainsi qu'il y a longtemps, la grande pierre a été appelée "La cabeza de Morgan".

Ce visage rappelle le flibustier anglais qui a commencé à vivre, enfant, les aventures de la mer. Selon l'histoire, à l'adolescence, il a été emmené aux Caraïbes comme esclave, mais s'est échappé et a fini par être formé comme homme parmi les pirates. Il était le capitaine du raid sur Panama en 1670 et a obtenu lors de cette campagne  un immense butin. La légende raconte qu'il l'a emmené à Santa Catalina et, selon le mythe, il l'a enterré là-bas et ne l'a jamais repris, ce qui signifie que ces richesses se trouvent très probablement quelque part dans l'archipel colombien.

Sur l'île, c'est l'une des plus grandes attractions touristiques et une fierté pour les Raizales qui y voient un symbole de ce que fut l'histoire des îles colombiennes.

Meilleure période de l’année pour s’y rendre

Le climat de Catalina est de type tropical. Les températures sont hautes pendant toute l’année, entre 20 et 30 degrés, avec deux saisons qui se différencient par l’intensité des pluies. La meilleure période pour y aller est pendant l’hiver européen, entre décembre et avril, qui coïncide aux Caraïbes avec la saison sèche. Des températures plus basses et des journées ventilées et moins humides caractériseront votre séjour. Au contraire, de mai à novembre, les pluies tombent plus fréquemment et, entre août et octobre, elles peuvent s’intensifier jusqu’à se transformer en tempêtes tropicales ou ouragans. Les eaux qui entourent Catalina sont toujours chaudes, variant de 27 à 30 degrés. La période sèche est la plus favorable pour découvrir l’île, sur laquelle on organise des grands évènements comme des marathons et des festivals de musique. 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.