Passage du Nord-Ouest : le défi maritime grandiose et complexe de l'Arctique canadien

Carnet de voyage
Lundi 20 décembre 2021 à 12h34

Entre climat sauvage et glace épaisse, la navigation dans le passage du Nord-Ouest reste le défi maritime ultime. Réglementation, culture, calendrier, faune… Découvrez comment l’affronter aujourd’hui.

©Wiki Média
Entre climat sauvage et glace épaisse, la navigation dans le passage du Nord-Ouest reste le défi maritime ultime. Réglementation, culture, calendrier, faune… Découvrez comment l’affronter aujourd’hui.

Les routes glacées autour du Cap Horn ont peut-être été naviguées il y a quatre siècles, mais le passage du Nord-Ouest n'a plus été franchi par bateau jusqu'en 1906. Il a fallu les compétences de l'explorateur de l'Arctique Roald Amundsen, qui a navigué pendant plusieurs étés successifs, pour passer de l'Atlantique au Pacifique en passant par quelque 36 000 îles de l'Arctique canadien. Depuis lors, le nombre de personnes ayant atteint le sommet de l'Everest est supérieur à celui des personnes ayant traversé ce passage par voie d'eau.

Bien que les glaces de l'Arctique se retirent, les transits dépendent du bon vouloir d’une météo particulièrement capricieuse, des autorisations légales et des glaciers formés depuis des millénaires. En 2018, seuls deux bateaux de plaisance ont réussi à emprunter les sept voies existantes. Le passage du Nord-Ouest est le berceau des féeries subarctiques, ses zones abritent les bélugas, les oursons polaires et les chasseurs inuits en mission de minuit… Ici pas de sprint effréné du Groenland à la Sibérie, il faut goûter cette expérience au ralenti, déguster la vie sauvage, sur l’eau.

Les idées reçues

La plus grande idée reçue est que, parce que le passage du Nord-Ouest se trouve dans les eaux canadiennes, les marins peuvent trouver des magasins, des stations-service et d'autres voiliers à héler. Il n'y a absolument rien de tout cela ! Le passage peut sembler accessible sur une carte, mais la glace modifie l'itinéraire toutes les semaines. Entre-temps, seuls 10 % de l'Arctique ont été cartographiés conformément aux normes modernes de navigation maritime.

Une autre idée reçue veut qu'il n'y ait "ni ours, ni glace". S'il ne fait aucun doute que la couverture de glace de mer diminue, il en existe encore une quantité considérable dans l'Arctique ! Une dernière illusion consiste à croire qu'il est nécessaire de traverser tout le passage pour côtoyer les merveilles de la vie sauvage… Or le simple fait d’y entrer est déjà une exploration. 

Nautisme Article
Le passage du Nord-Ouest et l'archipel canadien© Wiki Média

Quel itinéraire ?

La plupart des bateaux qui prévoient un passage complet tentent une navigation d'est en ouest via la "route d'Amundsen", en passant par le détroit de Lancaster, puis finalement au sud de l'île du Roi Guillaume. Cet itinéraire permet de vivre d'incroyables expériences naturelles associées aux sites historiques.

C'est toujours un voyage solitaire. En 2016, le voilier de 56 mètres Rosehearty, affrété par Perini Navi USA, a exploré le passage du Groenland par le détroit de Bellot puis autour de l'île Somerset. À de nombreuses reprises, ils étaient le seul bateau sur des centaines de kilomètres, conscients qu'ils ne pouvaient alors compter que sur leurs propres ressources et que toute aide serait, au mieux, à quelques jours de distance.

Le calendrier

La zone du passage du Nord-Ouest est ouverte de juillet à septembre, lorsque les températures de l'air oscillent entre 5˚C et -5˚C. Les fleurs et la faune sont les plus frénétiques en juillet, tandis que les bélugas et les narvals poursuivent leur migration en août. Plus tard dans l'année, les jours se raccourcissent rapidement, mais il est toujours possible de voir des aurores boréales. Le transit complet n'est navigable que pendant une période de quatre à six semaines à partir de la deuxième semaine d'août environ - dans une bonne année.

Culture et politique

Quel que soit le temps, il est essentiel de planifier ce grand voyage à l'avance. Les propriétaires de yachts qui organisent un voyage à Noël pour l'été suivant arrivent probablement trop tard. Pour chaque passager, il faut obtenir entre 30 et 40 licences et autorisations auprès des services communaux, régionaux et fédéraux. La plupart des propriétaires de superyachts font appel à une entreprise expérimentée pour remplir ces formalités.

Il est essentiel de faire preuve de prudence. Les relations entre les Inuits locaux et les premiers explorateurs étaient marquées par la méfiance et les problèmes de communication, qui se traduisaient parfois par des enlèvements et des vols.

Les Inuits modernes restent des trappeurs, des pêcheurs et des conducteurs de huskys experts. C'est pourquoi ils font office de guides essentiels pour les voiliers qui naviguent dans le passage du Nord-Ouest, que ce soit pour des conseils sur la navigation dans les glaces, les lieux de vie sauvage ou les visites de communautés.

Nautisme Article
Le passage du Nord-Ouest est le berceau des féeries subarctiques, ses zones abritent les bélugas, les oursons polaires et les chasseurs inuits en mission de minuit...© Wiki Média

La faune

La présence de la mégafaune de l'Extrême-Arctique, visible uniquement sous ces climats, notamment les morses, les caribous et les baleines boréales, est la raison la plus convaincante d'arpenter ces rivages solitaires. Lors des excursions à terre, gravitez autour de toute eau douce, car c'est là que vous verrez des huards, des oiseaux aquatiques et des échassiers. Les bœufs musqués, des bovidés aux sabots géants qui peuvent peser jusqu'à 400 kg, se trouvent plus haut dans la toundra.

En été, la région est également connue pour sa prolifération de bélugas blancs. Par ailleurs, à l'extrémité du passage, Pond Inlet, sur l'île de Baffin, constitue un bon point de ravitaillement, avec la possibilité d'observer des phoques annelés, des narvals et des ours polaires.

Gardez toujours à l’esprit que votre itinéraire peut évoluer au fil du périple. Ne comptez pas sur un parcours précis car certains passages ou baies peuvent être gelés.

Avant de partir pensez à consulter les prévisions METEO CONSULT Marine !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…