Aux abords du pôle Nord, la glace témoin et victime du réchauffement climatique

Escales
Dimanche 12 septembre 2021 à 10h15

©AFP

Un brise-glace fend l'immensité de la banquise pour rejoindre le pôle Nord. Mais il ne faut pas s'y tromper, ce "champ blanc" a beau s'étendre à perte de vue, le réchauffement climatique est bien là. Dans la glace.

Dmitri Loboussov commande depuis treize ans le "50 let Pobedy" (50 ans de la Victoire), l'un de ces énormes navires nucléaires que la Russie bâtit pour garantir sa suprématie marine dans l'Arctique afin d'y exploiter - priorités stratégiques fixées par Vladimir Poutine - ressources naturelles et voies commerciales naissantes.

Le capitaine de 57 ans, qui alterne quatre mois en mer et à terre, est un amoureux de cette banquise que son immense brise-glace rouge et noir transperce.

Lancé, le navire de la flotte nucléaire de l'agence atomique russe Rosatom reste suffisamment silencieux pour qu'on entende la glace craquer sous sa coque.

A vitesse minimale, ce monstre de métal de 159,6 mètres semble glisser tel un patin sur la banquise. Dans la baie d'Essen, au large de la Terre George, un ours blanc ne fuit même pas, gambadant ou se prélassant à proximité du navire.

"C'est les ours les patrons, c'est leur maison, on ne fait que passer. S'ils sont sur notre route, on ralentit, ou contourne", assure le capitaine.

Son brise-glace a déjà atteint 59 fois 90° Nord, le pôle géographique. C'est dire si le marin, barbe grise et pipe au bec, connaît la région et ses métamorphoses.

Après près de trente ans de mer, ce qu'il comprend le mieux, c'est cette glace qu'il brise et sur laquelle déambulent les ours. Or, avec le réchauffement climatique, dit-il, elle n'est plus la même.

"Je vais au pôle depuis 1993 et dans les années 1990, au début des années 2000, la glace était plus complexe, difficile et épaisse", explique ce marin taciturne, tiré à quatre épingles dans son uniforme bleu marine.

"Il y avait beaucoup de glaces pluriannuelles. De la glace comme ça, on n'en rencontre presque plus", poursuit le capitaine, en mission cette fois-ci pour montrer l'Arctique à des lycéens ayant gagné un concours scientifique.

La banquise pluriannuelle est plus compacte car, lorsqu'elle se forme sur plusieurs années, elle perd en sel, dit-il. Mais aujourd'hui, l'essentiel du "champ blanc" est composé de glaces jeunes qui fondent rapidement en été.

Selon les scientifiques, il n'y a aucun doute, le réchauffement climatique est à l'oeuvre. Comparé aux années 1980, la surface de la banquise dans l'Arctique russe est suivant les années de "cinq à sept fois moindre", note l'institut météorologique Rosguidromet dans son rapport du mois de mars, et en 2020, "la couverture de glace en septembre a atteint un record de faiblesse avec 26.000 km2".

Le document relève aussi que le réchauffement en Russie, dont le tiers du territoire se situe au-delà du cercle polaire, est plus rapide que la moyenne du globe: depuis 1976 la température y a augmenté de 0,51°C par décennie.

Dans ce pays à l'économie fondée sur l'extraction des hydrocarbures, on reconnait l'existence du réchauffement, mais nombreux sont ceux à en minimiser le caractère anthropogène.

Viktor Boyarski, un des passagers du "50 let Pobedy", est de ceux-là.

Cet explorateur de 70 ans, expert du Grand Nord, ancien directeur du musée russe de l'Arctique et de l'Antarctique, estime, malgré l'abondance de preuves du contraire, que l'activité humaine "ne joue pas un rôle clé" dans le réchauffement de la planète.

Par contre, il constate que le cercle polaire est bien plongé dans un cercle vicieux, car le recul de la banquise permet aux eaux tempérées de l'Atlantique d'entrer dans le bassin arctique. Cela "empêche la glace de se former comme elle le faisait il y a 20 ou 30 ans", note l'ex-aventurier, célébrité en Russie.

"C'est un processus de réaction en chaîne: moins il y a de glace, plus il y a d'eau et plus il y a de chaleur. Et plus il y a de chaleur bien sûr, plus l'étendue de la glace se réduit", raconte ce barbu, débout dans la brume enveloppant le Pôle Nord.

Après des années de mer, le capitaine Loboussov a été témoin aussi de dégâts climatiques sur les îles arctiques.

"Lorsqu'on passe l'archipel François-Joseph, on voit que les glaciers ne sont plus là où ils ont été portés sur la carte", relève-t-il, "les glaciers reculent, il n'y a pas à discuter, aucun doute, c'est l'effet de la chaleur".

Puis, le briscard des mers expose une autre illustration des mutations en cours. En été, le pôle Nord est désormais "couvert de brouillard".

"Je pense que c'est l'effet du réchauffement, il y a plus d'humidité dans l'air", dit-il, "avant, aller au pôle sans lunettes solaires était impossible tant le soleil brillait".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.