Méditerranée: le plastique au centre des attentions au congrès de la nature

Escales
Samedi 11 septembre 2021 à 17h18

©Boris Horvat, AFP

La pollution plastique des mers est un fléau reconnu, particulièrement en Méditerranée, et les initiatives pour la réduire et agir sur les sources du mal s'affichent au congrès mondial de la nature, au risque de poser des problèmes de coordination.

"La Méditerranée c'est la plus belle mer au monde... et une des plus polluées aussi," lance Danielle Milon, vice-présidente de l'emblématique Parc national des Calanques, situé aux portes de la ville de Marseille qui accueille jusqu'à samedi le sommet de l'Union internationale de conservation de la nature.

L'UICN avait d'ailleurs publié en 2020 un rapport sur la pollution de cette mer quasi-fermée au titre explicite: "Mare plasticum".

"Près des côtes on trouve surtout les emballages et au large des déchets issus de la pêche," détaille François Galgani, spécialiste des déchets maritimes à l'institut public français Ifremer.

Exemples de conséquences: "les tortues confondent les emballages avec des méduses et dans certaines zones en Méditerranée 80% des tortues ont ingéré du plastique". Et dans les zones où on retrouve surtout des restes d'engins de pêche, "un filet sur le fond continue de pêcher: il tue".

Autres problèmes, les déchets plastiques "peuvent changer le cycle de vie de certaines espèces" ou les transporter ailleurs quand elles s'y agrippent. "Une véritable arche de Noé", pour le chercheur, qui ne voit "pas d'autres exemples de transport d'espèces de cette ampleur".

En ouverture du congrès de l'UICN, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis comme le président français Emmanuel Macron se sont engagés à fortement augmenter les aires marines protégées dans les eaux méditerranéennes de leurs pays.

Et à y renforcer les mesures en vigueur, pour qu'elles "ne soient plus des zones protégées sur le papier seulement", a lancé M. Mitsotakis, insistant également sur la nécessité de promouvoir un "tourisme durable" notamment dans les zones côtières. Ce secteur est en effet un poumon économique pour nombre de pays de la région.

Pour cela il faut "embarquer tous les parties prenantes," insiste Philippos Drousiotis, patron de l'Initiative chypriote pour un tourisme durable.

Entrepreneur dans le secteur, il s'est engagé dans l'action pour l'environnement par réalisme économique et en estimant que les activistes écologistes "ne faisaient pas attention aux gens" et à leurs emplois.

Son organisation mène des actions de sensibilisation, notamment pour que les organisateurs d'excursions, les loueurs d'engins nautiques ou les hôteliers cessent d'utiliser des plastiques à usage unique. Elle a aussi installé des fontaines à eau à la plage pour que les vacanciers renoncent plus facilement à leur bouteille en plastique.

"Les solutions sont à terre et pas en mer", insiste d'ailleurs Romy Hentinger de la Fondation Tara Océan, pour qui "il ne faut pas essayer de nettoyer mais de régler la question en amont".

Il faut aussi augmenter la connaissance des sources et circuits de pollution. L'emblématique goélette de la fondation française a ainsi mené en 2019 une expédition pour tracer la pollution plastique dans les grands fleuves européens.

"80% des déchets sur les plages et dans les mers viennent des rivières", insiste Nathalie Van Den Broeck océanographe et vice-présidente de Surfrider Europe.

Cette ONG française a elle aussi lancé un projet d'étude, baptisé "Plastic origins", qui fait appel à de la science participative, avec une application utilisant l'intelligence artificielle pour trouver les déchets dans des images prises par téléphone portable. Des volontaires ont ainsi récemment parcouru les bords du Rhin, dans les six pays que traverse le fleuve.

Un foisonnement d'initiatives qui profite du congrès de Marseille pour tenter de développer réseaux et synergies. Même si les pays de la rive Sud de la mer, aux moyens incomparablement moindre et pour certains en crise, sont moins présents.

Car s'il est important d'accumuler les connaissances et d'éveiller les consciences, il faut éviter de se disperser, ou de doublonner les initiatives.

"Il y a beaucoup de choses qui se passent mais sans connexion," analyse Mercedes Munoz Canas, du Centre de coopération pour la Méditerranée de l'UICN. Qui veut aussi élargir le cercle des acteurs, notamment au monde de l'entreprise. Et travaille à la mise en réseau des différents intervenants, via une "communauté de pratique".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.