Le Prêcheur, symbole de la montée des eaux qui ronge le littoral de Martinique

Escales
Jeudi 23 juin 2022 à 11h29

Le maire adjoint du Prêcheur à la Martinique Jean-Guy Gabriel en face de la côte de sa commune, le 17 juin 2022 ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

"Peut-être qu'à la prochaine houle, ces gens-là seront obligés de laisser leur maison", soupire Jean-Guy Gabriel, marin-pêcheur au Prêcheur, au nord-ouest de la Martinique, symbole de la menace pressante de la montée des eaux sur l'île.

Dans le quartier de la Charmeuse, les dernières houles ont détruit l'enrochement érigé par l'homme pour protéger les habitations et retarder le plus possible l'arrivée de la mer.

Le phénomène naturel s'est accéléré: le niveau de la mer s'élève en moyenne de 3,5 mm par an en Martinique, selon les derniers chiffres du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), contre 2,5 mm il y a une dizaine d'années.

"A horizon 2090-2100, la Martinique devrait perdre 5% de son territoire par rapport au seul phénomène de l'élévation du niveau de la mer, avec l'apparition également d'ondes de tempêtes qui vont exacerber la force de pénétration de la mer à l'intérieur des terres", souligne le géographe Yoann Pélis.

Jean-Guy Gabriel a grandi au Prêcheur, qui compte 1.200 habitants. Il a connu une époque où la fête communale avait lieu devant la plage de la Charmeuse. Aujourd'hui il n'y a que la mer, qui a grignoté plus de 60 mètres de plage entre 1947 et 2010.

A bord de sa yole, l'Agoulou, il contemple amèrement l'avancée inéluctable de la mer sur sa ville natale. Il longe la côte, à toute vitesse, où les feuilles rouges des flamboyants détonnent avec le vert luxuriant de la végétation tropicale.

"Ici, avec le cocotier, c'est chez moi", pointe-t-il du doigt. Sa maison aux murs jaunes, coin d'ombre face à la mer des Caraïbes est aujourd'hui au bord de l'eau. "Là-aussi, la mer a récupéré l'enrochement. Il y a deux ans encore, les pêcheurs pouvaient encore passer avec leur pickup."

- "Il y avait des maisons" -

Le recul le plus visible est à Anse Belleville, où le trait de côte a reculé de plus de 130 mètres en 60 ans.

"Là, dans les années 1950, c'était un village totalement aménagé sur la frange littorale, jusqu'à à peu près 100 mètres en mer", se souvient le maire du Prêcheur, Marcellin Nadeau, sur la jetée le long de la mer. "Il y avait des maisons, des commerces, tout ce qui fait la vie d'un village". Des cabines de pêcheurs sont désormais sous l'eau.

Les sections de littoral qui reculent le plus en Martinique se situent dans le nord-ouest de l'île comme au Prêcheur.

Plusieurs facteurs expliquent l'ampleur du phénomène: la friabilité de la roche volcanique au contact de l'eau, mais aussi les zones sous-marines où les houles s'engouffrent, qui gagnent en vitesse et favorisent l'érosion côtière.

"Il y a aussi l'action de l'homme, qui a prélevé pendant des décennies du sable sur le littoral. Toutes les constructions ont été faites avec du sable de mer", rappelle le professeur Pascal Saffache, de l'université des Antilles et de la Guyane.

La végétalisation du littoral permet de lutter contre l'érosion. Des raisiniers bord de mer, arbustes endémiques et extrêmement résistants au sel et aux embruns, ont été plantés le long de la Charmeuse pour fixer la plage et ralentir le recul du trait de côte.

Au-delà des risques météorologiques et climatiques se pose la question de futur aménagement du territoire: où seront relogés les Martiniquais du littoral, alors que les zones habitables sont de moins en moins importantes ?

- "Dans 10 ans, c'est fini" -

La mairie du Prêcheur prévoit notamment d'installer une école et de nouvelles habitations dans les hauteurs de la ville, pour accueillir entre 60 et 100 familles, soit près de 300 personnes.

L'odeur de poisson grillé émane du Mélodie, sur la route qui mène à Anse Belleville. Joseph Gustave, le gérant, tient dans sa main une photo de lui datant de plus de 40 ans devant une longue étendue de plage de sable blanc sur des dizaines de mètres, aujourd'hui totalement engloutie.

"Auparavant, les gens pouvaient rester sous les cocotiers ou sur la plage. Les pêcheurs installaient leur filet sur des tuteurs en bambous. Maintenant c'est fini. Il y a un manque à gagner", déplore-t-il.

La mer avance tellement qu'elle s'infiltre sous sa terrasse, qui menace de s'effondrer. Il a financé l'enrochement de son restaurant de sa poche à hauteur de 25.000 euros. "Et malgré cela, la mer passe quand même. Je préfère ne pas y penser mais dans 10 ans je sais que c'est fini", insiste-t-il, dépité.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…