Portraits de femmes : rencontre avec Claire Renou, adjointe direction de course du Vendée Globe

Culture nautique
Jeudi 10 décembre 2020 à 8h45

Début septembre, Claire a intégré l'équipe de Jacques Caraës à la direction de course du Vendée Globe. Une passion pour la voile qu'elle a découverte petite (sans vraiment le savoir encore !) grâce à sa maman, plusieurs fois au départ de la Course de l'Aurore puis de la Solitaire du Figaro. Retour sur son parcours, ses souvenirs et son rôle aujourd'hui au sein de l'organisation du Vendée Globe, dans un univers encore très masculin.

Début septembre, Claire a intégré l'équipe de Jacques Caraës à la direction de course du Vendée Globe. Une passion pour la voile qu'elle a découverte petite (sans vraiment le savoir encore !) grâce à sa maman, plusieurs fois au départ de la Course de l'Aurore puis de la Solitaire du Figaro. Retour sur son parcours, ses souvenirs et son rôle aujourd'hui au sein de l'organisation du Vendée Globe, dans un univers encore très masculin.

Figaro Nautisme : Claire, peux-tu nous raconter ton parcours, tes débuts dans la voile ?

Claire Renou : "Je m’appelle Claire Renou, j’ai 41 ans. Je travaille depuis 20 ans dans le milieu de la voile et de la course au large. J’ai fait de la voile petite car ma maman naviguait beaucoup : elle a fait 6 fois ce qu’on appelait à l'époque la Course de l’Aurore puis la Solitaire du Figaro. Donc la voile c’est de famille, c’est dans les gènes ! Mais petite je n’aimais pas cela en réalité… je ne m’y suis remise que plus tard lors du Trophée des Lycées en habitable. Ensuite habitant à La Rochelle, j’ai fait pas mal de régates ainsi que du match racing en équipage féminin au Pôle France. Mais côté entraînements et régates, à certains moments cela devenait un peu compliqué entre les études, les retours dans les familles pour certaines, les petits copains pour d’autres…

Puis une année pendant mes études supérieures, une copine m’a dit « je pars sur le Tour de France à la Voile pour faire des baptêmes en mer sur chaque étape pour le grand public, il reste une place : tu veux venir ? ». J’ai répondu oui, en plus je venais d'avoir mon permis E (le permis remorque). J’ai trouvé l’ambiance tellement géniale que l’année d’après j’ai envoyé mon CV pour essayer d'intégrer l'équipe d'organisation !

C’est Sylvie Viant, navigatrice et aujourd’hui directrice de course entre autres de la Transat Jacques Vabre, qui a reçu mon CV (elle s'occupait de la partie sportive de l'épreuve) et qui m’a prise dans son équipe. J’ai donc commencé avec elle en 2001 sur le Tour de France à la Voile (que j'ai fait de 2001 à 2007) et de fil en aiguille, elle m’a emmenée sur la Route du Rhum en 2002, la Jacques Vabre en 2003, le Vendée Globe 2004 etc… Cela plutôt en faisant partie soit de l’équipe direction de course, soit de l'équipe comité de course, avec le contrôle des bateaux, du matériel de sécurité etc. J’ai commencé par des stages pendant mes études et ensuite, n’ayant pas trouvé de travail dans ce milieu, j’ai travaillé dans le cabinet d’expertise comptable de mon papa pendant 4 ans (j'ai obtenu une maîtrise d'éco-gestion à Nantes) tout en continuant à travailler dans le milieu de la voile pendant mon temps libre et mes vacances.

Lors de la Route du Rhum 2006 (je faisais partie de l'équipe comité de course de Sylvie Viant), j’ai rencontré Pierre Bojic et Jean Maurel qui m’ont proposé d’intégrer Pen Duick. Ce fut donc mon premier poste officiel dans le milieu! J’ai commencé en janvier 2007 en tant que coordinatrice nautique et adjointe à la direction de course sur toutes les courses organisées par Pen Duick. Je travaillais en étroite collaboration avec Mathieu Sarrot sur tous les aspects nautiques mais aussi avec les directeurs de course de chacune des courses, à savoir Jean Maurel (de 2007 à 2012), Gilles Chiorri (de 2012 à 2016), Francis Le Goff (de 2017 à 2019) et Jacques Caraës sur la dernière Route du Rhum et auprès desquels j'ai appris ce métier. Une belle aventure de 13 ans !

Aujourd’hui, après avoir quitté Pen Duick – OC Sport en décembre, j’ai eu une petite période de transition, puis j’ai eu une "belle" proposition de Jacques Caraës pour intégrer l’équipe du Vendée Globe, aux côtés d’Hubert Lemonnier et Pierre Hays."

Nautisme Article

Figaro Nautisme : Dans chacune de tes expériences citées, tu n'as travaillé quasiment qu'avec des hommes, encore aujourd'hui.

Claire Renou : "Je fais partie aujourd’hui des rares femmes dans le milieu de la direction de course. Il y a Sylvie Viant qui est directrice de course depuis de nombreuses années mais elle est la seule à ce poste et en tant qu’adjoints, nous sommes je crois 2, Annabelle Moreau qui assiste Denis Hugues sur la Mini Transat et moi-même. Sinon dans les organisations de manière générale, on retrouve pas mal de femmes principalement à la communication, la logistique, les partenariats… mais dans le sportif, dans la course, il y en a très peu."

Figaro Nautisme : Quel est ton rôle au sein de la direction de course du Vendée Globe ?

Claire Renou : "Je suis adjointe direction de course aux côtés de Jacques Caraës, le directeur de course et de Hubert Lemmonier et Pierre Hays, adjoints comme moi. Pour ma part, je suis arrivée assez tard car je n’ai commencé que le 1er septembre officiellement, la machine était déjà bien lancée. Il y a toute la phase de préparation où les rôles sont répartis selon les compétences de chacun et Jacques supervise le tout.

Dès le mois d’octobre, nous étions sur place aux Sables d’Olonne pour organiser l’arrivée des bateaux, les places aux pontons, les briefings des skippers qui cette année avec la COVID se faisaient en visio, ce qui a un peu compliqué les choses, donc on a eu beaucoup moins d’échanges avec les marins. Sans oublier les échanges avec les Affaires Maritimes pour préparer le jour du départ, avec la Fédération Française de voile pour les contrôles de sécurité des bateaux…

Le jour du départ, toute l’équipe direction de course était sur l’eau pour superviser le bon déroulement du départ et la sécurité des marins. Cette année était un peu particulière car du fait de la COVID et du confinement il n’y avait pas de plaisanciers sur l’eau. Côté météo, le départ n’a pas été simple car la brume est venue se mêler à la fête et la procédure de départ a dû être retardée plusieurs fois.

Pendant la période de course, on fait les trois-huit : les trois adjoints tournent sur des quarts : un quart de 6h à 14h, un de 14h à 22h et un de 22h à 6h. Jacques Caraës, lui est hors quart mais supervise le tout et intègre les quarts de temps en temps, pour nous permettre un peu de repos. Enfin, l'ensemble de l'équipe intervient lors d’évènements, comme ce fut le cas il y a une semaine avec Kevin Escoffier sur PRB.

Pendant les quarts, on vérifie le positionnement des bateaux toutes les 30 minutes via des balises de positionnement. Notre rôle est de surveiller si les skippers et les bateaux vont bien, que les bateaux vont à la bonne vitesse par rapport aux fichiers météo, qu’ils vont dans la bonne direction… Nous avons une ligne rouge sur laquelle les bateaux peuvent nous appeler en cas d'urgence. Les communications "courantes" passent finalement plutôt par Whatsapp et les skippers nous informent de leurs "petites" avaries. C’est important pour nous de le savoir car si ensuite il y a un gros coup dur, cela nous permet de comprendre, ou si la vitesse d’un bateau diminue, on sait que le skipper est en train de réparer par exemple. Tout cela nous permet de comprendre ce que l’on voit sur les écrans.

Et enfin nous gérons les coups durs, comme ce fut le cas la semaine dernière avec le naufrage de Kevin Escoffier (PRB). Je venais de commencer mon quart à 14h, et à 15h la ligne rouge a sonné : c’était le CROSS qui nous prévenait qu’une balise s’était déclenchée. Au même moment, Jacques qui était présent au PC course avait l’équipe de PRB au téléphone pour prévenir du message de Kévin « Je coule ce n’est pas une blague MAYDAY ». De là, nous avons regardé les bateaux les plus proches et Jean Le Cam était quasiment sur la route, à un peu moins de 30 milles. Une fois qu’il est arrivé sur place et qu’il nous a dit avoir vu Kévin, nous étions rassurés. Malheureusement, il a eu des problèmes avec son moteur, il s’est éloigné de Kevin et ne le voyait plus. Nous avons commencé à nous poser des questions, surtout avec l’état de la mer à cet endroit et le vent qui était encore fort. Ensuite tout s’est enchaîné, le CROSS nous donnait des positions très régulières, nous étions en contact avec notre service météo avec qui nous avons essayé d’étudier les courants et les dérives possibles… En cumulant toutes les infos, nous avons défini un cône dans lequel les autres bateaux que nous avions déroutés (Seaexplorer - Yacht Club de Monaco, Maître CoQ et Arkea Paprec) pouvaient rayonner, chacun dans une zone précise. C’est finalement Jean Le Cam qui a retrouvé Kevin et l’a embarqué à son bord. L’histoire se termine bien, heureusement."

Figaro Nautisme : Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce que tu fais actuellement ?

Claire Renou : "Bonne question ! Un peu tout… le milieu de la course au large me plaît, j’ai acquis pas mal d’expériences au fil des années mais j’ai toujours besoin d’apprendre. Ce qui est bien c'est que j’ai travaillé avec pas mal de directeurs de course, c’est une façon de fonctionner différente à chaque fois donc c’est super intéressant. De faire le Vendée Globe, alors que j’avais plus l’habitude des transats, c’est une autre dimension, avec d’autres systèmes de suivi notamment en météo. Je n’avais jamais étudié la météo des mers du sud et c’est toujours intéressant d’apprendre et la météo est un sujet que je souhaite approfondir. Contrairement aux directeurs de course qui sont ou ont été de grands marins, je n’ai pas fait de course au large mais j’ai acquis mon expérience à leurs côtés depuis ces 20 dernières années. J’apprécie également l’ambiance des évènements et j’aime la mer tout simplement."

Nautisme Article

Figaro Nautisme : Être une femme dans un milieu plutôt masculin : pas trop compliqué ?

Claire Renou : "Quand je naviguais, je me suis vite retrouvée en équipage féminin car c’était plus compliqué d’embarquer avec des hommes. C’est un peu frustrant car on est capable de faire les mêmes choses. Mais j’ai tout de même navigué avec des hommes intelligents qui acceptaient les femmes à bord, heureusement ! Après c’est vrai, il y a peu de femmes qui naviguent, même s’il y en a de plus en plus aujourd'hui.

Dans le travail, la première personne avec qui j’ai travaillé et qui m’a introduite dans le milieu c’était une femme (Sylvie Viant) et donc cela s’est bien passé même s’il m’est arrivé d’avoir quelques réflexions parfois parce que j’étais une fille mais globalement, je n’ai pas eu de problème. Quand Jean Maurel et Pierre Bojic m’ont recrutée, ils ont vu que j’étais capable de faire des choses et ils m’ont recrutée pour mes compétences, homme ou femme peu importe. Idem pour Jacques aujourd'hui qui après notre collaboration sur la Route du Rhum m’a prise dans son équipe du Vendée Globe."

Nautisme Article
© Jean-Marie Liot/Alea/Vendée Globe

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…