Suzuki fête ses 100 ans : épisode 1, la vie de Michio Suzuki

Culture nautique
Mardi 26 janvier 2021 à 18h07

Cette année, Suzuki fête ses 100 ans. L'histoire de la marque commence le 15 mars 1920 : cette année-là, Michio Suzuki transforme son entreprise de métiers à tisser en société par actions, elle devient alors Suzuki Loom Manufacturing Co. Au fil de quatre épisodes, remontez le temps et découvrez l'histoire passionnante de cette entreprise créée par un visionnaire.

Suzuki Loom Works ©Suzuki
Cette année, Suzuki fête ses 100 ans. L'histoire de la marque commence le 15 mars 1920 : cette année-là, Michio Suzuki transforme son entreprise de métiers à tisser en société par actions, elle devient alors Suzuki Loom Manufacturing Co. Au fil de quatre épisodes, remontez le temps et découvrez l'histoire passionnante de cette entreprise créée par un visionnaire.

"Chaque filiale de chaque pays à travers le monde a célébré à sa manière le centenaire de l'entreprise. En France, nous avons choisi de créer une saga, sous la forme de quatre épisodes, afin de retracer l'histoire de Suzuki et de son créateur, Michio Suzuki. Ce sont plein de petites histoires qui font la grande histoire ! Il y a vraiment une philosophie très particulière chez Suzuki, avec l'humilité et la simplicité : développer des technologies de pointe et les mettre à la portée de tous, en considérant que tout le monde à le droit à la meilleure sécurité. C'est n'est pas seulement un message marketing qui est développé aujourd'hui, on le retrouve tout au long de l'histoire de la marque." nous a expliqué Nathalie Geslin, service relations publiques et presse de Suzuki.

De l'artisanat à l'automobile, en passant par les métiers à tisser...

C’est à environ 200 km de Tokyo, dans une petite ferme du village de Nezuminomura, que Michio Suzuki est venu au monde le 18 février 1887. Fils de cultivateurs de coton, intéressé par le travail manuel et poussé par l’envie de produire des choses utiles à tous, il se lance dès 1901 dans l’apprentissage de la charpenterie.

Nautisme Article
Michio Suzuki© Suzuki

Mais, en 1904, la guerre éclate entre la Russie et le Japon et la demande d’artisans qualifiés s’effondre. Michio Suzuki se reconvertit dans l’entretien des machines à tisser, travaille en usine et remarque la pénibilité générée par les métiers à tisser à la main. Le jeune homme invente alors un nouveau modèle de machine, doté d’une pédale. Il l’offre à sa mère dans le but de lui apporter un meilleur confort de travail, mais son invention a une autre vertu : elle est plus facile à utiliser, et permet d’économiser beaucoup de temps.

Grâce à la machine fabriquée par son fils, Madame Suzuki va multiplier sa productivité par 10 ! La nouvelle se répand rapidement, et Michio Suzuki reçoit de nombreuses commandes. A 21 ans, il prend le contrôle de la ferme familiale et la transforme en usine de fabrication de métiers à tisser. Un an plus tard, en octobre 1909, il créé sa première entreprise : Suzuki Loom Works.

Nautisme Article
Suzuki Loom Manufacturing Co. Plus de 60 personnes travaillent sans relâche dans les ateliers de l'entreprise, et les jeunes sont souvent attirés par l'inventivité et la personnalité du créateur.© Suzuki

En 1912, il invente la boîte-navette Hibako, un élément qui lui permet d’être le premier à savoir tisser plusieurs couleurs et des damiers. Ses affaires s’envolent, et le 15 mars 1920 Suzuki Loom Works devient une société par actions. Elle prend de l’ampleur, et adopte le nom de Suzuki Loom Manufacturing Company. Ce sera le début d’une aventure industrielle hors du commun.

Au cours de sa vie, Suzuki a déposé plus de 120 brevets, avec toujours le même but : être utile au plus grand nombre. Cela fait de lui l’un des inventeurs les plus importants de son époque.

Nautisme Article
Métier à tisser 1932. Cette machine est capable de travailler des tissus de grande largeur. Elle réduit alors la pénibilité et augmente la productivité.© Suzuki

Mais alors que Suzuki Loom Manufacturing Company est l’une des entreprises les plus puissantes et les plus en vue du pays, un conflit politique éclate. Nous sommes au début des années 30, et la crise financière de 1929 a généré une montée des tensions internationales. Après plusieurs coups d’état, un nouveau gouvernement japonais est formé. La démographie et les styles de vie évoluent : de deux millions d’habitants en 1905, Tokyo comptera bientôt plus de 5 millions de citadins. Et le peuple, d’ordinaire peu revendicateur, commence à donner de la voix. Au cours de l’année 1931, le monde ouvrier organise des milliers de grèves sur fond de diverses revendications. Suzuki est relativement épargné par ces mouvements, mais devient une entité particulièrement attractive pour l’Etat japonais au moment où se précise un conflit avec un autre pays asiatique : la Chine. Dans ce contexte, les usines de Suzuki sont réquisitionnées, contre leur gré, pour fabriquer des munitions pour alimenter les forces japonaises.

En juillet 1937, la seconde guerre sino-chinoise éclate, puis plus tard la seconde guerre mondiale et le conflit avec les Etats-Unis, suite au bombardement de Pearl Harbour. La ville d’Hamamatsu et l’usine de Suzuki ont été relativement épargnées par les frappes américaines. Le siège social, mais aussi une usine, sont toutefois durement touchés. En marge de ces activités forcées, Suzuki Loom Manufacturing Company a toujours continué à fabriquer des métiers à tisser. Etre utile aux autres reste le mot d’ordre et la raison d’être de Michio Suzuki, même si on ne fait pas toujours ce qu’on veut.

Nautisme Article
Prototype moteur automobile© Suzuki

Depuis sa plus tendre enfance, le jeune entrepreneur dessine –entre autres- pour son plaisir des deux-roues ou des automobiles. Visionnaire, il se transpose dans le monde de demain grâce à une imagination débordante et un sens inné de l’innovation. Comme toujours, il basera la définition de ses futurs produits sur les besoins de l’homme, et pense que la fabrication d’une voiture compacte, plus petite que celles qui existent déjà dans les années 30, serait une idée à exploiter. Bien décidé à présenter de la plus belle des manières ce sujet prometteur, c’est en 1937 qu’il dévoile son tout premier prototype d’automobile.

En marge de la situation industrielle difficile dans son pays, il continue à développer ses idées, et plusieurs prototypes du même genre verront le jour au cours des deux années suivantes. Tous partagent le même style, c’est-à-dire une voiture à deux portes, plus courte que la moyenne, avec un arrière toutefois habitable. Juchée sur ses grandes roues, elle arbore un style moderne pour la période, et n’a rien à envier aux modèles populaires de l’époque. Doté d’équipements pratiques tels que les bavettes de roues, les essuie-glaces inversés, les vitres arrière démontables ou la barre de protection à l’avant, ce prototype a fière allure et se veut très réaliste. Sous son capot, on trouve un moteur à quatre cylindres de 800 cm3. C’est un bloc a quatre temps refroidi par eau, ce qui est un procédé tout à fait innovant pour l’époque. Développant la modeste puissance de 13 chevaux, le premier prototype de Suzuki n’aura pas de descendance directe. Bien qu’il soit prêt à lancer une nouvelle marque automobile, Michio Suzuki est freiné dans son élan par l’arrivée de la seconde guerre mondiale, le gouvernement japonais ayant par ailleurs déclaré les automobiles civiles comme « biens non nécessaires à la survie ».

Nautisme Article
1er concept automobile 1937© Suzuki

Après la seconde guerre mondiale, en 1952, il commercialise sa première motocyclette, la Power Free. Deux ans plus tard, il réalise enfin son rêve et effectue ses débuts dans l’automobile à grande échelle avec la Suzulight. Elle sera finalement commercialisée en octobre 1955, et marquera le début d’un succès planétaire.

Près de 50 ans après avoir créé sa toute première entreprise, Michio Suzuki quittera son poste de président en 1957, à l’âge de 70 ans. Il sera remplacé par son fils, Shunzo Suzuki, à ses côtés depuis de nombreuses années et qui continuera de perpétrer la philosophie de l’entreprise, il développera même le premier moteur horsbord en 1965.

Le passionnant et visionnaire Michio Suzuki est décédé à Hamamatsu le 27 octobre 1982, non loin de là où il était né et où se trouve toujours le siège de la Marque. Il avait 95 ans.

Nautisme Article
Acte de constitution de l'entreprise : c'est dans ce vénérable document qu'ont été consignées les grandes lignes des activités de Suzuki Loom Manufacturing Company.© Suzuki

« Si le client exprime un besoin, faites tout ce que vous pouvez pour y répondre. Le travail sans relâche est la clé de la réussite » Michio Suzuki

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.