Progressez en stand up paddle : choisir le matériel adapté

Glisse
Samedi 14 août 2021 à 12h31

Il est utopique d’imaginer que le matériel suffit à lui seul à vous faire progresser en stand up paddle, mais il faut garder à l’esprit qu’un équipement performant, confortable et bien adapté, favorisera grandement votre progression. Nous vous recommandons donc de bien vous renseigner avant d’investir car comme dans tous les sports, il existe sur le marché du paddle une grande variété de modèles, de gammes et de marques pour répondre aux besoins de tous les pratiquants.

©hellyoh
Il est utopique d’imaginer que le matériel suffit à lui seul à vous faire progresser en stand up paddle, mais il faut garder à l’esprit qu’un équipement performant, confortable et bien adapté, favorisera grandement votre progression. Nous vous recommandons donc de bien vous renseigner avant d’investir car comme dans tous les sports, il existe sur le marché du paddle une grande variété de modèles, de gammes et de marques pour répondre aux besoins de tous les pratiquants.

La planche

Nautisme Article
© hellyoh

Si un modèle de planche d’entrée de gamme peut sans problème vous permettre d’effectuer vos premiers pas sur l’eau, vous pourrez ressentir quelques limites techniques au cours de votre progression et éprouver l’envie d’évoluer vers un matériel plus performant. Il est donc recommandé, au moment d’investir dans une planche, d’essayer d’avoir une vision large et ambitieuse de votre pratique personnelle pour faire le meilleur choix d’équipement, en accord avec votre capacité d’évolution et votre budget. 

De plus en plus performantes et abordables, les planches gonflables occupent depuis quelques années une part très importante du marché. Elles offrent une solution idéale pour les pratiquants qui ne possèdent pas beaucoup d’espace de stockage (garage), n’habitent pas à proximité directe d’un plan d’eau et n’ont pas d’équipement spécifique sur leur véhicule (barres de toit). La principale caractéristique à prendre en compte sur ce type de matériel est sa rigidité, un élément qui influencera grandement les sensations que vous aurez sous les pieds, le comportement de la planche face aux déformations du plan d’eau (clapot et vagues) et, in fine, son niveau général de performance. Ce paramètre clé dépendra de la qualité et du type de construction : épaisseur 10 ou 15 cm, matériau simple couche / double couche /thermo soudé, structure simple ou double chambre, présence de renforts stringer Dynema / lattes composites latérales / bande de carbone… Toutes les planches gonflables ne se valent pas et pour les gabarits moyens à lourds, une planche qui manquera de rigidité pourra être rapidement un handicap dans votre progression.

La forme et les dimensions de la planche sont bien évidemment d’autres éléments essentiels à prendre en compte.  Avec leur forme arrondie, leur longueur généralement comprise entre 9’ et 11’ et leur largeur confortable de 30’’ à 35’’, le format All Round est le plus communément répandu et offre le meilleur compromis confort / glisse / maniabilité / prix. On veillera toujours à bien choisir les dimensions en fonction de son gabarit, privilégiant les volumes plus élevés (>250 L) pour les gabarits moyens à lourds. Plus sportives et performantes, les planches de format Touring sont plus longues (de 11’ à 14’) et généralement moins larges (28’’- 32’’) avec une partie avant plus pincée.  Elles possèdent ainsi une meilleure pénétration à travers le plan d’eau (clapot, vent) et une glisse plus marquée, permettant de parcourir facilement de plus grandes distances et d’accompagner des cadences de rame plus élevées, en mode Fitness par exemple. Ces planches un peu plus onéreuses, possèdent une assez bonne stabilité sur l’eau et proposent une plage d’utilisation particulièrement large. Elles représentent un excellent investissement pour faire évoluer sa pratique et accompagner idéalement sa progression.

Présentes depuis toujours sur le marché, les planches rigides, en construction composite, constituent aujourd’hui encore un choix très pertinent pour les pratiquants qui ont la capacité de les stocker et les transporter sans problème. De par leur rigidité naturelle, ces modèles ont indiscutablement un meilleur comportement sur les plans d’eau agités mais, comme pour les planches gonflables, la qualité de fabrication, les dimensions d’ensemble et la forme du modèle choisi auront une influence majeure sur les performances, la facilité de portage (poids) et les sensations que vous aurez. Si les modèles Touring et leurs belles étraves sont une arme de premier choix pour les grandes randonnées, les modèles All round rigides ne doivent pas être oubliés car ils sont les seuls qui vous permettront également d’essayer de surfer efficacement des petites vagues, grâce à leurs rails affinés. Ces deux voies très différentes peuvent accompagner l’évolution de votre pratique, il faut donc définir vos priorités personnelles et faire le bon choix.

Nautisme Article
© hellyoh

La pagaie

Souvent reléguée au second plan par beaucoup de nouveaux pratiquants, la pagaie est pourtant un élément essentiel dans la pratique du stand up paddle. Elle est l’unique source de propulsion qui va transmettre vos efforts et faire avancer votre planche sur l’eau. Elle doit ainsi combiner un maximum d’efficacité mécanique et un vrai confort d’utilisation pour ne pas limiter votre pratique. Les modèles dits Vario dont la longueur est ajustable à l’aide d’une bague clipsable située sur le manche sont les plus recommandés pour débuter en SUP et lors des premières phases de progression. Ces pagaies sont de plus en plus confortables et bien conçues de nos jours, avec parfois des systèmes de « rails anti-twist » qui évitent la sensation très désagréable lorsque les deux sections du manche glissent l’une sur l’autre. Vous pourrez tester la longueur qui vous convient le mieux en réglant facilement la taille du manche et également prêter votre pagaie à des amis ou des membres de votre famille qui veulent essayer le paddle. Pour les pratiquants qui voyagent souvent et veulent transporter leur pagaie avec un minimum d’encombrement, il existe des modèles ajustables en trois parties qui se démontent et se rangent facilement dans le sac à dos d’une planche gonflable. De nombreuses pagaies de ce type sont proposées sur le marché, on veillera à bien observer la qualité des systèmes de jonction entre les différentes sections pour limiter au maximum un éventuel jeu qui se révèlera très désagréable en ramant. Les modèles de pagaies à manche fixe (recoupable sur mesure selon votre taille et votre pratique) offrent un niveau de performance et de confort difficilement égalable et sont privilégiés par les pratiquants un peu plus expérimentés et ceux qui veulent un équipement performant pour accompagner leur progression.

Outre le type de réglage, les matériaux avec lesquels sont construits la pale et le manche influenceront directement les propriétés mécaniques de la pagaie, à savoir sa rigidité (résistance à la déformation), sa nervosité (réponse plus ou moins franche suite à une déformation). Une pagaie rigide et nerveuse apportera une excellente transmission de l’effort sans perte d’énergie mais manquera un peu de douceur et de fluidité pour des pratiquants peu expérimentés.  A contrario trop de souplesse risque de mal retransmettre l’énergie impliquée dans le mouvement de rame et apporter une sensation « chewing-gum » pas très agréable. Le choix du matériau déterminera également le poids de la pagaie, un facteur essentiel puisqu’une pagaie légère apporte un vrai gain de confort de prise en main au moment des transitions et minimise l’effort de rame, ce qui au bout de quelques kilomètres crée une immense différence. 

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Si un modèle basique et peu onéreux avec un tube aluminium et une pale PVC ou nylon (aux alentours de 800 g-1,20 kg), pourra s’avérer suffisant pour débuter, vous remarquerez qu’une pagaie de gamme supérieure en construction composite plus élaborée (avec un poids entre 550 et 700 g), vous apportera un vrai gain de plaisir et de performance. Ces modèles présentent généralement des pales et des manches en constructions hybrides à base de fibre de verre (pour la plupart) avec parfois du plastique ou encore du bois (balsa, bambou) associés ou non, avec de la fibre de carbone en plus ou moins grande quantité. Le pourcentage en carbone, influencera le poids et la nervosité du produit final mais aussi son prix de vente. La plupart des pagaies haut de gamme sont constituées presque exclusivement de carbone pour leur pale et leur manche. Elles possèdent un poids minimal pour un grand confort de manipulation et une très grande nervosité pour avoir une efficacité de rame optimale.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.