En Italie, du basilic pousse au fond de la mer

Lundi 6 juillet 2015 à 8h05

Des passionnés de plongée ont lancé en Ligurie, dans le nord-est de l'Italie, une expérimentation de culture sous-marine de basilic, dans l'espoir de pouvoir développer le concept et l'exporter vers les côtes arides du globe.

Des passionnés de plongée ont lancé en Ligurie, dans le nord-est de l'Italie, une expérimentation de culture sous-marine de basilic, dans l'espoir de pouvoir développer le concept et l'exporter vers les côtes arides du globe.

"L'idée m'est venue parce que je voulais créer plus d'interaction entre la surface et la plongée", explique Sergio Gamberini, PDG d'Ocean Reef, société spécialisée dans les équipements de communication sous-marine. "J'ai choisi une activité typique de la ferme et je me suis dit : pourquoi ne pas le faire sous l'eau ?", ajoute-t-il.

 

Il tente d'abord l'expérience en plantant des graines dans une boîte en plastique sous un simple ballon, juste pour se faire une idée. Et voilà que ça germe et que ça pousse. Il lance alors "La ferme de Nemo", un projet plus complet qui entame sa quatrième saison à une centaine de mètres du rivage, au large du village de Noli.

A 8 mètres de profondeur, trois cloches en plastique fixées au fond de l'eau offrent autant de bulles d'air dans lesquelles sont installés des bacs de terreau classiques. L'évaporation maintient un taux d'humidité de 80 à 90% sous les cloches, la condensation fournit l'eau douce nécessaire aux plantes, qui régénèrent elles-mêmes l'air de leur bulle grâce à la photosynthèse.

Une plate-forme fixée sous chaque bulle permet aux plongeurs de s'y tenir debout, sans leur masque, pour travailler. L'expérimentation oblige à plonger chaque jour, même si un système de capteurs et de caméras est actuellement testé pour surveiller les cultures à distance.

 

 

'Stabilité thermique' 

"Cultiver sous l'eau apporte surtout une stabilité thermique. La mer conserve la température, sans grande différence entre le jour et la nuit", explique Gianni Fontanesi, responsable de la gestion du projet. A cette profondeur, 60% de la lumière de la surface arrive encore aux plantes, "ce qui est largement suffisant", ajoute-t-il. Ces jours-ci, où l'eau est à 25°C, il fait 29°C dans ces serres singulières, naturellement protégées de tous les insectes et parasites qui gênent la croissance des plantes sur terre.

Ligurie oblige, l'expérimentation a commencé avec du basilic, élément de base du célèbre pesto local, qui a poussé avec une densité de feuillage supérieure à la moyenne. "La ferme de Nemo" a alors élargi l'expérience aux laitues et envisage de planter cet été des champignons, des tomates, des fraises et des haricots.

 

Pour l'instant cependant, la concession à Noli ne permet de n'opérer que de juin à septembre. Le reste de l'année, "la ferme de Nemo" doit ranger l'intégralité de son matériel et laisser les fonds sous-marins en paix, même si M. Gamberini assure que les serres ne perturbent en rien l'écosystème. "A terme, cela pourrait être une solution pour les régions arides en bord de mer", qui ne disposent pas d'assez d'eau douce et où l'écart de températures entre le jour et la nuit est trop grand pour faire pousser des légumes, estime-t-il. A condition bien sûr d'obtenir des techniques et du matériel rendant ces cultures rentables. "Si la livre de laitue coûte trop cher, alors cela n'aura pas d'avenir", reconnaît-il.

 

M. Gamberini n'est pas le seul à croire en son projet : le basilic sous-marin a été retenu comme l'une des 20 innovations mises en avant par l'Italie à l'Exposition universelle de Milan, consacrée au thème de l'alimentation.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.