Le cargo, cachette idéale pour les espèces invasives

Samedi 16 juillet 2016 à 10h39

Au début des années 80, la méduse américaine quittait son Atlantique natal dans les cales de cargos. Dix ans plus tard, elle décimait les anchois en mer Noire. Passagers clandestins des eaux de ballast des navires, les espèces invasives sont un fléau, et la réponse bien trop lente.

On parle d'une des "menaces les plus significatives des temps modernes pour l'environnement marin", s'évertue à dire le secrétaire général de l'Organisation maritime internationale (OMI), Koji Sekimezu. Et elles font partie de la liste des coupables incriminés dans la diminution des populations d'espèces d'eau douce (-76% entre 1970 et 2010), dans le dernier rapport de l'ONG WWF. Pour autant, dix ans après son adoption en 2004, la Convention internationale pour le contrôle et la gestion des eaux de ballast n'est toujours pas entrée en vigueur, faute de ratifications suffisantes.

 

C'est pourtant en amont qu'il faut agir. "Une fois que l'espèce invasive est sur place, il n'y pas de moyen de s'en sortir", explique Simon Walmsey, responsable des questions maritimes au WWF. "Elle entre en compétition avec les espèces indigènes, et souvent gagne. Le risque est alors énorme pour les écosystèmes, les pêcheries... comme l'est le coût environnemental, mais aussi socio-économique". Et les quantités sont astronomiques. Chaque jour, les mers du globe sont brassées par les innombrables cargos qui pompent leurs eaux de ballast à Shanghaï ou Tanger, et les rejettent dans les ports de Rotterdam ou Valparaiso, pour équilibrer le bateau au moment du chargement et déchargement du fret. Avec un transport maritime représentant près de 80% du commerce mondial, environ 10 milliards de tonnes d'eaux de ballast sont déplacées par an. Et avec elles, jusqu'à 7.000 espèces différentes par jour : larves et petits poissons, algues, crustacés, mais aussi virus et bactéries, selon le WWF.

Toutes sont loin de survivre, mais quand certaines espèces débarquent loin de chez elles, "elles se mettent à proliférer parce qu'il n'y pas les facteurs de régulation de leur zone d'origine", explique Daniel Masson, chercheur à l'Ifremer, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer. "Et ça s'est accéléré avec la mondialisation, depuis une trentaine d'années", ajoute-t-il.

 

Pression des armateurs


L'un des cas les plus fameux est celui de la moule zébrée, originaire des mers Noire, Caspienne et d'Aral, apparue en 1988 dans le lac Saint-Clair au Canada. Elle a conquis les Grands Lacs américains voisins, avant de descendre quasiment tous les fleuves et rivières de l'Est des Etats-Unis, jusqu'en Louisiane. En compétition avec d'autres espèces, elle s'agglomère aussi dans les tuyaux d'alimentation en eau, perturbant l'approvisionnement des centrales électriques, s'accroche aux moteurs des bateaux, rend les plages impropres à la baignade... et a déjà coûté aux Etats-Unis des milliards de dollars.

 

Certains des pays les plus touchés, comme les USA, l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, se sont dotés de règlementations nationales et poussent à la ratification la plus rapide possible de la Convention. Le texte prévoit notamment d'équiper les navires de systèmes de traitement des eaux -lampes à ultraviolets ou systèmes électrolytiques-, avec un calendrier de mise à jour des équipements qui court jusqu'à 2016. La Convention entrera en vigueur un an après avoir été ratifiée par au moins 30 pays représentant 35% du tonnage brut de la flotte de commerce mondiale. Aujourd'hui, 40 pays, représentant 30,25% du total, l'ont ratifiée. Manquent toujours à l'appel le gros des principales flottes du monde: Panama, Grèce ou encore Chine.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.