Du vent en Méditerranée, et du mou ailleurs !

Par Figaronautisme.com
Mardi 19 mars 2019 à 10h52

Si, depuis le début mars, les conditions météo ont été particulièrement ventées pour cette époque de l'année sur l'ensemble de nos bassins de navigation, le retour de l'anticyclone des Açores sur l'Europe de l'ouest entraînera dès à présent une molle des vents, sauf en Méditerranée.

Si, depuis le début mars, les conditions météo ont été particulièrement ventées pour cette époque de l'année sur l'ensemble de nos bassins de navigation, le retour de l'anticyclone des Açores sur l'Europe de l'ouest entraînera dès à présent une molle des vents, sauf en Méditerranée.

Cet hiver aura été assez atypique concernant le régime des vents sur nos zones de navigation en France métropolitaine. On se souvient du nombre record de jours de Mistral en Méditerranée entre la fin décembre et la fin janvier, et des tempêtes d'ouest qui ont frappé la Corse. Pendant ce temps, la Manche et le proche Atlantique avaient connu une majorité de temps calme en liaison avec l'anticyclone gonflé à bloc vers l'Irlande, appelé "Patator" par les météorologues en raison de son aspect isobarique en forme de patate !

De fortes tempêtes en mars

Depuis début mars, le régime des vents a changé avec le retour des grosses dépressions de l'Atlantique Nord dans un flux d'ouest appelé "flux zonal" : c'est une situation classique en hiver mais plus atypique en mars. Cela n'a pas empêché parallèlement les vents de persister en Méditerranée, lesquels sont responsables d'un assèchement du pourtour méditerranéen, notamment en Corse.

Le retour durable de l'anticyclone

A présent, le temps change à nouveau durablement, avec la remontée de l'anticyclone des Açores vers l'Europe de l'ouest : celui-ci va se positionner vers les îles britanniques et devrait persister au moins jusqu'à la fin du mois. Il est responsable de l'affaiblissement des vents sur le golfe de Gascogne et en Manche, tandis que le Mistral se maintient en Méditerranée, qui demeure le bassin le plus durablement venté au final.

Notons tout de même la levée d'un vent d'est sur le golfe de Gascogne à partir de jeudi, ce qui aura pour effet d'accentuer les basses mers en cette période de grandes marées, mais d'atténuer les niveaux d'eau lors des pleines mers. Autre effet positif de ce vent d'est : il repoussera vraisemblablement les nappes de fioul liées au naufrage du "Grande America" vers le grand large, épargnant ainsi nos littoraux.

Ce régime de vent d'est continental devrait d'ailleurs se prolonger toute la semaine prochaine en liaison avec la persistance de l'anticyclone, tandis que la Méditerranée restera sous l'influence de jours de Mistral plus modérés, avant la levée probable du vent marin en cours de semaine prochaine.

A lire aussi :

Fortes grandes marées cette semaine : un coefficient de 115

Les destinations phares du mois de mars