Randonnées palmées en Corse du Sud

Dimanche 16 mars 2014 à 09h42

Mots clés :

Au sud de la baie d’Ajaccio, la presqu’île de l’Isolella est le point de départ idéal pour de nombreuses randonnées palmées. L’endroit ne paie pas de mine, la rue qui mène au site est une impasse ; pourtant, il est d’un confort absolu pour se mettre à l’eau et mérite vraiment le détour.


Pour accéder à la presqu’île de l’Isolella, depuis Porticcio prenez la D55 en direction du sud (pointe de la Castagne). Après la plage d’Agosta, et environ 2 kilomètres de nombreux virages, vous arrivez à un rond-point : suivez le lieu-dit Isolella, indiqué vers la droite. Une route toute droite vous emmène jusqu’aux quelques maisons qui forment le hameau. Vous laisserez sur votre gauche un vaste parking qui s’ouvre sur l’anse Médéa, un lieu de mouillage. Vous laisserez aussi deux rues pleines de nids de poules qui partent vers la gauche. Vous arrivez au fond d’une voie sans issue, avec un accès direct à la mer via une petite plate-forme de béton qui relie des massifs rocheux. Vous êtes ici dans la baie nord de la presqu’île.
Les débutants et les moins aventureux peuvent se contenter d’explorer la baie en restant face à la plage. Elle permet des vagabondages en toute sécurité dans un décor sous-marin varié, mélange de prairies de posidonie, de zones sableuses et de roches isolées. Il est aussi possible de contourner la pointe rocheuse qui ferme la baie côté ouest ; ce petit parcours permet de se confronter à des tombants dans l’eau bleue et de rencontrer des poissons de belle taille.
La presqu’île profite d’une situation idéale avec ses tombants abruptes qui permettant aux courants nourriciers de longer la côte. La faune et la flore sont de ce fait assez riches. Les visiteurs du matin ou de la fin d’après-midi pourront croiser de gros prédateurs : dentis, sérioles, barracudas, daurades… Ainsi que la faune habituelle de girelles, crénilabres, labres, saupes, sars, muges, serrans, rougets, bogues, castagnoles, poulpes, et nacres.

 

Pour les plus aguerris

 

Une seconde mise à l’eau est possible pour explorer les faces ouest et sud de la presqu’île ; ouvertes sur le large, elles offrent des paysages magnifiques avec des tombants à plus de 20 mètres, prolongements des multiples roches émergées.
Pour y accéder, sans aller jusqu’au bout de la voie sans issue menant au premier site, vous pouvez emprunter l’une des rues truffées de nids de poules préalablement ignorées, qui partaient vers la gauche. Vous intégrez alors un circuit en boucle, avec une petite «dérivation» qui vous mènera jusqu’à une plage de sable entourée de rochers massifs. Au large, se dresse un rocher surmonté d’une balise : « la campanina ».
Cette mise à l’eau permet d’accéder directement à un décor somptueux de gros blocs lisses et de croiser de nombreux bancs de saupes, sars, muges, daurades, voire dentis ou sérioles. La partie à droite de la plage (en direction de l’extrémité de la pointe de Sette Nave) est la plus spectaculaire mais elle est à réserver aux randonneurs expérimentés : courants et vagues peuvent venir toucher cette zone exposée. D’une manière générale, les faces ouest et sud de la presqu’île seront abordées uniquement par mer calme et vent faible, voire nul.

Enfin, les plus chevronnés pourront s’offrir une visite complète, en partant de la baie nord pour relier la face sud de la presqu’île. À condition toutefois de bien longer le bord pour éviter les passages fréquents des bateaux et autres jets, de se signaler efficacement, d’attendre une météo favorable sans vagues, ni vent, et d’avoir la condition physique pour éventuellement « étaler » un léger courant contraire.

 

Mise en garde

 

Attention aux fréquents passages d’engins motorisés en pleine saison. Si vous vous aventurez au-delà de la baie nord, ne vous éloignez jamais du bord et surveillez régulièrement le trafic en surface. N’oubliez pas votre bouée de signalisation munie de son pavillon. Et si vous envisagez de faire de l’apnée, respectez la règle du binôme et prenez garde à l’importance des fonds.

Plusieurs sorties seront nécessaires pour découvrir toutes les richesses qu’offre la presqu’île de l’Isolella. En faire le tour, en une seule fois ou en plusieurs petites balades, permet de croiser l’essentiel de la faune méditerranéenne. L’ensemble permet une approche graduée de la randonnée. C’est un terrain de jeu adapté à tous les niveaux de pratique et toutes les motivations : photographique, contemplative ou sportive. À ne pas manquer.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction