Une expédition à l'assaut du "7e continent"

Vendredi 26 avril 2013 à 14h49


Un an après une tentative avortée, une expédition va repartir fin mai à l'assaut du "7e continent", une gigantesque plaque de déchets plastiques flottant sur l'océan Pacifique, grande comme six fois la France mais encore largement méconnue.


A l'origine de l'expédition "7e continent", l'explorateur guyanais Patrick Deixonne, 48 ans, avait découvert en 2009 le phénomène lors de sa participation à la course en solitaire à l'aviron Rames-Guyane.


"Je voyais tous ces déchets plastiques qui dérivaient autour de moi. Ça m'étonnait et je me suis demandé : mais ça va où tout ça ?", explique M. Deixonne à l'occasion d'un passage à Paris pour préparer son aventure.


Revenu à terre, l'ancien sapeur-pompier au Centre spatial de Kourou se documente et trouve la réponse: ces déchets plastiques s'amalgament au point de rencontre de courants marins qui s'enroulent sous l'effet de la rotation de la Terre et forment un immense vortex appelé "gyre".


Au total, des millions de tonnes de déchets venus des côtes et des fleuves flottent dans les cinq principaux gyres répartis dans tous les océans, la force centripète aspirant lentement les détritus vers le centre.


Problème pour les scientifiques, cette "soupe" est essentiellement composée de microdéchets de plastique décomposé en suspension sous la surface de l'eau, parfois sur 30 mètres de profondeur. Très difficilement détectable par les observations satellites, elle est seulement visible depuis des bateaux.


Selon le CNES, l'agence spatiale française qui parraine la mission "7e continent", le vortex du Pacifique nord, entre la Californie et Hawaï, est l'un des plus importants de la planète, avec une surface d'environ 3,4 millions de km2.


Mais la plaque de déchets qui y flotte est "située dans des eaux peu concernées par la navigation marchande et le tourisme, le problème n'intéresse que les écologistes et les scientifiques", déplore Patrick Deixonne.


Membre de la Société des explorateurs français Patrick Deixonne souhaite donc médiatiser cette "catastrophe écologique" en se rendant sur place pour en rapporter observations scientifiques et images.


L'expédition doit partir le 20 mai d'Oceanside (sud de la Californie) pour mettre le cap sur le gyre "en effectuant tout le long du parcours des mesures pour comparer la concentration et la nature des déchets", explique-t-il.
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction