Tests réussis à Mayotte pour le robot-aspirateur pour la recherche sur les coquillages

Jeudi 29 juin 2017 à 14h35

Deux scientifiques de l'Université de Montpellier et du CNRS ont testé, avec succès pour la première fois, dans les eaux de Mayotte, le "robot-aspirateur" Flipper développé par le Laboratoire d' Informatique, de Robotique et Microélectronique de Montpellier (LIRMM).


Les objectifs de cette mission étaient de tester cette nouvelle technologie, destinée à prélever des cônes, coquillages très présents dans les eaux de Mayotte, et dont les venins recèlent des vertus thérapeutiques insoupçonnées, a indiqué le Parc naturel marin de Mayotte.

Si les toxines générées par ces venins peuvent être dangereuses quand elles sont regroupées, une toxine isolée peut être bénéfique et utilisée dans plusieurs applications médicales. Par exemple, le venin du cône magicien (espèce Conus magus) est utilisé pour la fabrication du Ziconotide, un antalgique plus puissant que la morphine qui s'avère très utile dans le traitement de certaines douleurs chroniques.

Les prélèvements effectués à Mayotte ont permis d'isoler plusieurs espèces de cônes dont les toxines des venins pourraient être utilisées dans les traitements de maladies neurodégénératives ou encore de myopathies. Les premiers résultats issus de l'étude de ces venins devraient être connus d'ici fin 2017.

Ces vertus thérapeutiques soulignent également l'importance de mieux préserver les cônes présents à Mayotte en limitant la destruction de leurs habitats et le prélèvement sauvage, souligne le parc naturel marin.

Contrairement aux prélèvements effectués par des plongeurs, "Flipper" opère sans contrainte de durée et de profondeur (entre 5 et 100 mètres), de jour comme de nuit. Il est connecté directement au bateau, et équipé d'une caméra haute définition, lui permettant de capter des images des fonds en temps réel, qui serviront à l'amélioration des connaissances sur la biodiversité sous-marine.

Selon le Parc naturel marin, ce robot ne détruit pas les habitats lors des prélèvements grâce à un ciblage minutieux des spécimens étudiés et à une assistance informatique au pilotage.

Les images sous-marines enregistrées seront partagées pour analyse avec d'autres scientifiques et spécialistes, dont des chargés de mission du Parc, afin d'alimenter les connaissances sur la biodiversité du lagon de Mayotte. Une nouvelle mission de prélèvement de cônes est prévue pour début 2018 en Nouvelle-Calédonie.

 

A lire aussi :

Le lagon de Mayotte, terrain de jeu des plongeurs

Alerte sur le déclin des mangroves de Mayotte


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction