« La solidarité du réseau Accastillage Diffusion est impérative pour la reprise de l'activité »

Equipements
Vendredi 17 avril 2020 à 13h51

Avec plus de 130 magasins en France, en Belgique, en Italie et en Espagne, le réseau Accastillage Diffusion a été touché de plein fouet par la crise sanitaire et les mesures de confinement. Entretien avec Michael Amoros, Directeur Opérationnel du réseau AD.

©Accastillage Diffusion
Avec plus de 130 magasins en France, en Belgique, en Italie et en Espagne, le réseau Accastillage Diffusion a été touché de plein fouet par la crise sanitaire et les mesures de confinement. Entretien avec Michael Amoros, Directeur Opérationnel du réseau AD.

Quel est l'impact aujourd'hui du confinement pour le réseau ? « Nous avons forcément eu un impact notable. Notre métier en tant que centrale d’achats et franchiseur de magasins Accastillage Diffusion, est de réceptionner de la marchandise, de la stocker et de la distribuer au réseau. Au début du confinement, nous avons dû fermer les lieux recevant du public. Mais en pratique, 80% du réseau AD ne fait pas que magasin d’accessoires nautiques. Derrière, il y a aussi une concession, un chantier, un atelier, etc. Donc finalement, nos franchisés ont continué une activité : remettre en état des bateaux, préparer des livraisons de bateaux neufs, mécanique, sortie d’hivernage… Ce qui a maintenu un niveau d’activité, même faible. Nous nous sommes adaptés et nous avons tout de même continué nos activités commerciales et logistiques.

A l’annonce du confinement, nous avons stoppé les activités au niveau de la centrale pendant une semaine afin de réfléchir à notre nouvelle organisation tenant compte des conditions sanitaires requises, des délais incertains des transporteurs… Aujourd’hui, nous livrons relativement normalement. Et si nous avons des retards, nos clients sont totalement compréhensifs. Nous renforçons le lien avec le réseau, et nous avons mis en place en termes de trésorerie un décalage des traites afin que chacun puisse contacter sa banque afin de déclencher les aides gouvernementales. La solidarité de notre réseau est impérative pour la reprise de l’activité dans de bonnes conditions. »

Avez-vous développé votre commerce sur internet ? « Internet est aujourd’hui pour le secteur presque le seul moyen de faire du commerce donc nous avons déployé un modèle économique particulier pour pouvoir faire en sorte que chaque vente internet soit équivalente à une vente réalisée physiquement dans le réseau. Aujourd’hui, on peut voir sur la page d’accueil du site « une commande internet = un soutien pour ton magasin ». Lors de votre commande, on vous demande de noter votre magasin de référence et le revenu de la vente est alors équivalente à une vente réalisée au comptoir de votre magasin de proximité. Certains magasins se sont également organisés pour pouvoir effectuer des livraisons à domicile. Chaque magasin s’occupe donc de sa zone de proximité. »

Quelle est la tendance qui se dégage de vos ventes en ligne ? « On note que globalement, le bateau manque à notre client plaisancier et qu’il fait tout pour préparer la saison. Quand on regarde le contenu des paniers, on sent la hâte de retrouver le bateau et d’enfin larguer les amarres. Les achats sont anticipés pour perdre le moins de temps possible avec de l’antifouling, des pinceaux… La préparation se fait ! En France, vous avez un petit million de bateaux immatriculés. Parmi eux, certains ne sont pas actifs et d’autres au fond de la mer, mais entre 600 000 et 700 000 sont actifs et il y a 250 000 places de port. Donc le delta, c’est forcément les bateaux qui sont stockés dans les jardins des particuliers ou en port à sec. C’est le plus gros port de France ! Ce n’est pas non plus le plus gros marché car souvent des petits bateaux, mais c’est loin d’être négligeable. Ces plaisanciers préparent donc leur prochaine saison et pour les autres, ils stockent le matériel en vue de la reprise de la navigation. Voire le petit achat plaisir comme un appareil électronique par exemple. »

Comment voyez-vous la reprise de la plaisance ? « Cela dépend de quelle plaisance. Il est probable qu’il y ait un aspect qui soit touché car très lié au tourisme : les charters. Mais naviguer c’est aussi un moyen de ne pas être au milieu de la foule… cela sous-entend que vous vous déplacez pour prendre possession d’un bateau qui peut être loin de votre domicile, en France ou dans un pays européen. Ce secteur va certainement en souffrir. Pour la plaisance de proximité, je ne suis pas trop inquiet. Le bateau, et la mer, vont être d’autant plus des espaces de liberté. J’espère qu’il y aura une prise de conscience pour l’après-covid, que certains essaieront de limiter leur emprunte carbone, et privilégieront un tourisme de proximité. »

Un déconfinement le 11 mai, si cela se maintient, serait plutôt une bonne nouvelle pour notre activité car il nous resterait une bonne partie de la saison nautique. Si les magasins peuvent rouvrir leurs portes au public avec des conditions sanitaires adéquates, je reste plutôt positif. »

Nautisme Article
© Accastillage Diffusion

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.