SEA NERGIE NAUTIC, des professionnels qui résistent à la tempête Covid

Economie
Jeudi 19 novembre 2020 à 16h02

En pleine tempête Covid, les professionnels du nautisme ne lâchent rien même pendant ce deuxième confinement. Objectif 2021 ! Entretien avec Stéphane Laquerre, directeur SEA NERGIE NAUTIC à Hyères, qui prépare la prochaine saison avec son équipe.

©Sea Nergie Nautic
En pleine tempête Covid, les professionnels du nautisme ne lâchent rien même pendant ce deuxième confinement. Objectif 2021 ! Entretien avec Stéphane Laquerre, directeur SEA NERGIE NAUTIC à Hyères, qui prépare la prochaine saison avec son équipe.

Figaro Nautisme : Comment se passe le confinement pour votre magasin et votre équipe ?

Stéphane Laquerre : "Nous sommes confrontés à la réglementation donc nous sommes fermés, d’autant plus que nous ne faisons pas le Click & Collect. Mais contrairement au premier confinement, c’est une période relativement calme, de novembre à janvier : ce confinement a moins d’impact pour notre activité.  En plus, nous avons toujours des ventes internet avec le site Uship. Avant le confinement nous avons fait nos ventes pour l’hivernage des bateaux et même si là il nous reste quelques chantiers, c’est calme !"

F.N. : Ce confinement est donc moins compliqué que celui de mars ?

S.L. : "Au mois de mars-avril, les gens étaient embêtés car ils avaient l’été en perspective et ils se demandaient comme faire pour que le bateau soit prêt. Là, les gens ont navigué, ils préparent Noël et le ski, ils se préoccuperont du bateau au mois de janvier seulement.

En mars c’était vraiment la catastrophe. Et encore, on a réussi à remonter la barre car il y a eu un décalage d’activité en juin, il a fallu faire 2 mois en 1, comme tous les autres professionnels du port de Hyères. La zone de carénage a été vite surchargée.

Aujourd’hui, nous n’avons pas ce souci et il n’y a personne sur les bateaux, à part 2-3 personnes qui vivent à l’année sur leur bateau. Et comme il est interdit pour les particuliers de travailler sur leur bateau…

Nous avons pas mal de professionnels (qui représentent 30% de notre chiffre d’affaires), qui avaient anticipé le confinement et qui sont venus chercher le matériel deux semaines avant, pour faire leurs travaux en novembre."

F.N. : Malgré le calme de cette période, vous espérez pouvoir rouvrir bientôt, en décembre peut-être ?

S.L. : "Nous espérons rouvrir en décembre oui mais décembre c’est la période de l’inventaire, nous en profitons également pour avancer sur nos travaux d’agrandissement, pour préparer l’année prochaine. Avec l’annulation des salons, cela nous fait une préoccupation en moins."

F.N. : Quelles sont vos idées pour préparer la prochaine saison ?

S.L. : "Nous avons racheté un bateau aux enchères que nous allons refaire entièrement pour le proposer à la location, nous réfléchissons à acquérir une ou deux voitures si possible 100% électriques pour la location..."

F.N. : Des idées suite au premier confinement ?

S.L. : "Non cela a toujours été notre réflexion. Nous avons deux activités principales : la fabrication et entretien des voiles, et la vente de matériel. Nous cherchons à développer notre société vers le service élargi. Nous avons acheté un semi-rigide que nous avons mis en location et l’année dernière cela a très bien fonctionné ! Le but est de faire venir des gens dans le magasin à travers des services complémentaires et supplémentaires à ce que l’on peut avoir dans un port. Nous proposons aussi des prestations complètes d’installation de matériel et d’entretien (électricité, mécanique, panneaux solaires, hydrogénérateur, stratification, polish, carénage, surveillance des bateaux , etc.). Cette diversification commence à se faire savoir et de bouche-à-oreille nous avons de plus en plus de clients qui cherchent du vrai service."

F.N. : La saison estivale a-t-elle permis de rattraper la baisse du chiffre d’affaires du printemps ?

S.L. : "Fin octobre, nous étions à +3% de notre CA par rapport à l’année dernière. Nous avons tout rattrapé, sachant que l’année dernière nous avions eu des gros chantiers, donc ça a plutôt bien tourné. En novembre nous allons forcément avoir de la baisse mais nous rattraperons certainement en janvier, même si ce sera l’autre exercice."

F.N. : Qu’avez-vous appris de la première période de confinement ?

S.L. : "Que nos fournisseurs n’avaient pas de stocks. Du coup, nous nous sommes mis à faire des gros stocks. Nous aurions pu faire plus de chiffre d’affaires au déconfinement mais nous n’avons pas su profiter de l’effet reprise, on a été vite débordé et on aurait pu faire facilement +10 voire 15% mais nos fournisseurs n’avaient plus de matériel. Nous avions anticipé au maximum nos stocks mais ça n’a pas suffit. Donc aujourd’hui, nous avons la chance de pouvoir créer un gros stock (place disponible et capacité de trésorerie) pour anticiper cela. Le point d’étranglement c’est les fournisseurs."

F.N. : Quel est votre sentiment face à cette interdiction de naviguer ?

S.L. : "Personnellement je trouve que c’est une hérésie. Les gens naviguent en famille, les bateaux ne sont pas collés les uns aux autres… et cela freine un peu les envies des gens qui ont des travaux à faire sur leur bateau. Autant pour notre cadre de vie, on est abreuvé d’informations, autant pour le nautisme c’est flou. A part le site des Affaires maritimes ou des sites spécialisés, il y a très peu de communications."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.