Les Sables – Horta – Les Sables : départ dans moins d'un mois !

Course au large
Samedi 29 mai 2021 à 15h27

Dans moins d'un mois, le dimanche 27 juin prochain à 14 heures, le coup d’envoi de la 8e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables sera donné. Si habituellement l’épreuve se dispute en deux étapes sous forme d’aller et retour entre la Vendée et les Açores, les organisateurs se trouvent cette année contraints de s’adapter et de modifier le format de la compétition.

©Christophe Breschi
Dans moins d'un mois, le dimanche 27 juin prochain à 14 heures, le coup d’envoi de la 8e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables sera donné. Si habituellement l’épreuve se dispute en deux étapes sous forme d’aller et retour entre la Vendée et les Açores, les organisateurs se trouvent cette année contraints de s’adapter et de modifier le format de la compétition.

Dans le contexte pandémique actuel, les autorités locales et sanitaires portugaises ne souhaitent, en effet, pas accueillir d’évènement cet été. Par conséquent, la traditionnelle escale ne peut avoir lieu. La course se jouera ainsi en une seule grande étape de 2 540 milles. Alors certes, les 25 duos en lice ne poseront pas le pied sur l’archipel aux paysages verdoyants et à l’accueil inimitable, mais ils s’en approcheront au plus près avec l’obligation de contourner l’île de Faial dans le sens de leur choix, ainsi qu’une bouée mouillée devant l’entrée de la marina d’Horta où un pointage officiel sera réalisé. En résumé : le voyage restera bel et bien au programme, et le jeu stratégique sera, lui, plus ouvert que jamais !

« Après bien des tractations, la nouvelle est tombée : les autorités locales et sanitaires de Faial ne souhaitent pas accueillir l'étape de la Les Sables – Horta – Les Sables compte tenu du contexte épidémique. Après avoir déjà annulé les traditionnelles Fêtes de la Mer et autres régates régionales, elles ne pouvaient justifier le maintien de l'escale. Quoi qu'il en soit, la course aura bien lieu, mais en une seule étape », explique Marc Chopin, responsable organisation course des Sables d’Olonne Vendée Course au Large, qui tient cependant à saluer le travail réalisé par Armando Castro et son équipe pour tenter de conserver cette étape mythique. Pas de stop aux Açores on l’a compris, mais un programme alléchant autant que complet pour les marins, ainsi que l’a souhaité Denis Hugues, le Directeur de course. « Nous avons convenu avec la classe que le parcours resterait libre. C’est-à-dire que les concurrents pourront passer par n’importe quel endroit dans l’archipel. Leurs seules obligations seront de faire le tour de l’île de Faial, peu importe le sens, et de virer une bouée située à l’entrée du port d’Horta en la laissant à bâbord. Cela leur laissera donc le choix de faire le tour de Pico ou de Graciosa, et même d’emprunter le canal de São Jorge s’ils veulent faire du tourisme. Idem au retour. Cela leur offrira une multitude de possibilités », assure Denis Hugues. Une foule d’alternatives donc, mais aussi la promesse donc d’un jeu très ouvert.

Une dose de piment supplémentaire

Un avis partagé par les coureurs, en témoigne Stan Thuret (Everial) qui prendra part à la course en tandem avec Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum (2006 et 2010), dans la catégorie des 60 pieds IMOCA : « Evidemment, on aurait aimé pouvoir aller gambader à Horta, véritable paradis pour le trail et le parapente. On est cependant tous très heureux que la course soit maintenue. Une grande étape de 2 540 milles, ce n’est pas rien, et le tracé est spécialement exigeant, surtout avec le tour de Faial. Il va y avoir de vrais choix à faire. Les îles Açoriennes sont moins hautes et moins grandes que ne le sont les Canaries par exemple, mais la stratégie va être intéressante avec, très certainement, des zones de compressions et de dévents. Ça va assurément pimenter le jeu et être bien rigolo ».

Une grande étape complète autant que complexe

Son de cloche identique du côté de Jonas Gerckens, impatient d’être au départ de cette Les Sables – Les Açores – Les Sables à plus d’un titre. « Ce sera la première course de mon nouveau bateau, et un morceau de plus de 2 500 milles pour commencer sera forcément un premier galop d’essai intéressant pour le fiabiliser et le prendre en main », explique le navigateur Belge, impatient de découvrir ce que sa nouvelle monture - un plan Raison mis à l’eau le 20 mai dernier - a dans le ventre. « C’est dommage de ne pas s’arrêter à Horta, mais le nouveau format de la course va assurément bien nous préparer à la Transat Jacques Vabre. Ce sera un super test en double et l’occasion de voir si je supporte Benoît Hantzperg (son co-skipper mais aussi le co-confectionneur de la garde-robe Technique Voiles de son Class40, ndlr) plus de cinq jours ! », plaisante Jonas a qui les Açores ont toujours plutôt bien réussi. Pour mémoire, il a terminé 3e de Les Sables – Les Açores – Les Sables 2016, en Mini 6.50, puis 4e de la dernière édition des Sables – Horta – Les Sables en 2019 avec Sophie Faguet… et Ben Hantzperg. « Sur le plan stratégique, la course va être très complète avec un joli mixte de longs bords et de choix importants à faire dans les îles. L’atterrissage sur les Açores risque, comme toujours, d’être délicat, surtout de nuit. Je suis bien placé pour savoir que les cartes peuvent être complètement redistribuées dans l’archipel, et que ça risque d’être encore plus vrai cette année avec le tour de Faial, sans stop », détaille Jonas Gerckens. Lui comme ses concurrents se préparent donc à avoir du pain sur la planche et les observateurs n’en perdront pas une miette. Lors de ces 13 à 15 jours de course, les conditions promettent en effet d’être variées, et la bagarre belle à tous les étages.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.