Les Class40 en force sur la Rolex Fastnet Race

Course au large
Dimanche 1 août 2021 à 12h27

La flotte qui affiche la plus forte croissance au sein de la Rolex Fastnet Race est celle des Class40. Actuellement, ils sont 39 engagés sur la prochaine édition, une augmentation significative par rapport aux 19 qui ont concouru en 2019. La Rolex Fastnet Race fait désormais partie du calendrier officiel de la série, qui présente maintenant un programme international complet.

©Breschi/Sables Horta 2021
La flotte qui affiche la plus forte croissance au sein de la Rolex Fastnet Race est celle des Class40. Actuellement, ils sont 39 engagés sur la prochaine édition, une augmentation significative par rapport aux 19 qui ont concouru en 2019. La Rolex Fastnet Race fait désormais partie du calendrier officiel de la série, qui présente maintenant un programme international complet.

17 ans après sa création par le journaliste marin français Patrice Carpentier, 172 exemplaires ont été construits ou sont en cours de construction. Ce sont ainsi 70 unités (dont 25 neuves) qui sont attendus sur la ligne de départ de la Route du Rhum l'année prochaine, alors que les inscriptions doivent être plafonnées pour la première fois.

Dès le départ, la règle de la Class40 visait à limiter les coûts en interdisant, par exemple, la fibre de carbone, l'âme en nid d'abeille et la résine pré-imprégnée dans la coque, le pont, la structure intérieure et les safrans alors que la fibre de carbone est utilisée en quantité limitée. La jauge fixe aussi les dimensions du bateau et son déplacement minimum qui est de 4 580 kg.

L’émergence des scows

Bien que cela semble restrictif, les architectes français ont offert à la classe une période très créative. Ainsi, la tendance des scows qui a émergé en Mini et chez les IMOCA est maintenant présente chez les Class40 avec beaucoup de succès. Un Max 40, signé par David Raison, vient par exemple d’établir un nouveau record sur 24h avec 428,82 milles parcourus. Un autre Max 40, le Project Rescue Ocean d'Axel Trehin, participe à la Rolex Fastnet Race.

Cinq autres scows Class40 seront au départ de Cowes : le Lift v2 Crosscall, conçu par Marc Lombard, ainsi que quatre exemplaires du Mach 40.4, le dernier né de Sam Manuard, construit par JPS Production à La Trinité-sur-Mer (dont le propriétaire Nicolas Groleau est un habitué de la Rolex Fastnet Race avec son Mach 45 Bretagne Telecom).

L'un des plus sérieux prétendants sera probablement le Mach 40.4 Courrier Redman, skippé par Antoine Carpentier, neveu du créateur du Class40. Cette saison, Redman a déjà terminé deuxième de la RORC Transatlantic Race, troisième de la Normandy Channel Race et a remporté la très compétitive course Les Sables-Horta-Les Sables pour seulement 3 minutes et 14 minutes, après 2540 miles de course, devant Project Rescue Ocean (le leader actuel du championnat Class40).

Selon Antoine Carpentier, la plus grande évolution du Mach 40.4 par rapport au 40.3 est l'étrave du scow mais aussi le mât, la quille et le moteur qui ont été reculés. « Cela semble être assez bon, sauf que le Lift 40 est plus rapide dans le vent léger », dit-il en parlant des performances de Courrier Redman face aux autres scows l'année dernière. « Quand le vent augmente un peu, nous sommes rapides au portant et au reaching également ». Carpentier a un pedigree exceptionnel dans la Rolex Fastnet Race puisqu’il a participé à 5 ou 6 éditions, à chaque fois aux côtés de Géry Trentesaux. Cette année, il se dit fier de lui rendre la pareille : Sur Courrier Redman, on retrouvera Trentesaux, ainsi que deux autres habitués de Courrier, François Lamiot et Arnaud Aubry. « Nous connaissons bien la course, mais tout le monde ne connaît pas le bateau - il est assez nouveau pour François et Géry, mais ils sont venus s'entraîner et nous ferons le convoyage jusqu'à Cherbourg tous ensemble. »

Si son bateau Lamotte - Module Création n'est pas de dernière génération, le Mach 40.3 de Luke Berry a remporté la classe 40 de la dernière Rolex Fastnet Race et reste compétitif. Il a terminé cinquième de la course Les Sables-Horta de cette année mais a battu Courrier Redman à la deuxième place de la Normandy Channel Race. Quant au nouveau parcours qui se termine à Cherbourg, Berry note que cela rendra la fin plus stressante. « En allant à Cherbourg, beaucoup plus de choses peuvent se passer avec tout le gros courant autour du Raz Blanchard. Mais dans ces courses [en Manche], on voit souvent que cela signifie qu'il ne s'agit pas seulement d'avoir le bateau le plus rapide, parce que vous vous arrêtez et repartez généralement tous plusieurs fois au cours de la course. »

Nautisme Article
A bord de Lamotte Module Création, Luke Berry a remporté la dernière édition de la Rolex Fastnet Race.© Pierre Bouras

Une classe internationale

L'une des joies de la Class40 est son attrait international. Le programme de la Rolex Fastnet Race intègre des bateaux de Suisse, du Royaume-Uni, des États-Unis, de Croatie, de Belgique, des Pays-Bas, de Finlande et même deux du Japon !

Hiroshi Kitada a couru en Class40 depuis sa participation à The Transat en 2016, qu'il a terminée avec succès, ainsi que la Route du Rhum deux ans plus tard. « Je succombe au charme du Fastnet chaque fois que j'en fais le tour pendant cette course », déclare Kitada. « J'en ai déjà profité deux fois - en 2017 avec mon Class40 Kiho, et en 2019 sur l'IMOCA La Mie Caline skippé par Arnaud Boissières. Cette année, je suis très heureux car une navigatrice japonaise de 25 ans, Arisa Moriya, va vivre pour la première fois la fascination de cette course mythique. Au Japon, la Rolex Fastnet Race est l'une des courses préférées des marins océaniques. Je suis impatient d'être sur la ligne de départ de ce défi international pour la troisième fois. »

Nautisme Article
Hiroshi Kitada et Arisa Moriya à bord du Class40 Kiho © Japan Offshore Sailors Association JOSA

Sportifs de tous horizons

Étrangement, la Class40 semble également attirer des sportifs issus de disciplines complètement différentes. Malheureusement, le tout nouveau Pogo S4 de Jean Galfione, médaillé d'or olympique en saut à la perche, Serenis Consulting, conçu par Guillaume Verdier, ne sera pas prêt à temps pour participer à la course, mais deux anciens géants du ski seront sur la ligne de départ de la Rolex Fastnet Race.

Le Class40 de dernière génération de la Rolex Fastnet Race est le Lift v2 Crosscall, skippé par Aurélien Ducroz. Ayant commencé à naviguer en Classe Mini en 2011, Ducroz a remporté deux fois le championnat du monde de ski freeride et est monté sept fois sur le podium. Le Croate Ivica Kostelic navigue quant à lui sur un Mach 40 de l'ancienne génération, Croatia Full of Life, autrefois mené par le Britannique Phil Sharp. Les amateurs de ski reconnaîtront ce nom car, entre 2002 et 2013, il a été quadruple médaillé olympique, a remporté 26 épreuves de la Coupe du monde et a été champion du monde de slalom en 2003.

Les héros britanniques du Vendée Globe d'hier et d'aujourd'hui sont également présents dans la Class40. La légende britannique Mike Golding, qui a accompli trois fois le tour du monde en solitaire sans escale, terminant troisième en 2004-05, court avec l'Américain Alex Mehran sur l'Akilaria RC3 Polka Dot, un bateau dont la campagne a été menée par l'ancien patron de l'équipe de Formule 1 Mike Gascoyne.

Lors de la dernière édition du Vendée Globe, Miranda Merron a ramené son Campagne de France à la 22ème place sur 33 concurrents. Ayant déjà couru en Class40 sans interruption depuis 2009, des deux côtés de l'Atlantique, en traversant l'Atlantique, dans une course autour du monde, en solitaire, en double avec Halvard Mabire, ou en équipage complet, elle revient, avec la Rolex Fastnet Race qui est sa première course depuis la fin du Vendée Globe. « Le Class40 est ma maison spirituelle, même si je veux faire un autre Vendée Globe », dit-elle. « C'était un plaisir absolu de revenir sur un Class40 où tout est à "taille humaine", les voiles sont vraiment légères, etc. ».

Elle courra à bord de Kite, le Mach 40.3 (anciennement le V&B de Maxime Sorel) dont la campagne est menée par l'Américain Greg Leonard, basé au Royaume-Uni, et son fils Hannes, âgé de 17 ans. Bien que l'utilisation de leur Class40 ait été sévèrement limitée par la pandémie, ils ont réussi à participer à deux Normandy Channel Races et à quelques courses RORC cette année.

Compte tenu de son expérience, Mme Merron observe qu'un développement qui pourrait transformer la Class40 est son programme de grandes courses (ils sont maintenant intégrés dans la plupart des courses RORC), dont deux nouvelles courses autour du monde. En 2022-23, le Globe 40 part de Tanger pour un parcours exotique qui ne comprend pas les destinations habituelles mais le Cap Vert, l'île Maurice, Auckland, Papeete, Ushuaia, Grenade et se termine à Lisbonne. La course autour de 2023-24 suit un itinéraire plus classique, de la France au Cap, en passant par la Nouvelle-Zélande, le Brésil et le Portugal. À l'heure où le Vendée Globe affiche des flottes record, les deux épreuves de la Class40 comptent déjà de nombreux participants.

Les amateurs dans la course

Alors qu'un nombre croissant de marins professionnels des circuits Mini et Figaro font la une des journaux, un solide groupe de marins amateurs reste au cœur de la Class40. En fait, on trouve à la fois des amateurs dans toute la flotte à l’image d’Antoine Magré qui a un « vrai travail ». De même, Emmanuel Le Roch, a préparé les Jeux Olympiques en Tornado dans sa jeunesse et revient aujourd’hui à bord du Mach 40.4 Edenred.

La plupart des voiliers de dernière génération entièrement équipés coûtent moins d'un million d'euros, mais les Class40 plus anciens et beaucoup moins chers sont largement disponibles et le programme de la Rolex Fastnet Race comprend un Jumbo original conçu par Pierre Rolland - l'un des bateaux autour desquels la règle de la Class40 a été écrite. Ensuite, il y a UP Sailing, à l'origine le bateau de Tanguy de la Motte, conçu par Rogers en 2007, qui a remporté la Rolex Fastnet Race en 2009 et 2011. Il est inscrit pour la deuxième fois par Ursault Poupon, fille de Philippe Poupon, légende de la voile française, vainqueur de la Route du Rhum et triple vainqueur de la Solitaire du Figaro.

Nautisme Article
Ursault Poupon et Julia Virat participent à bord de UP Sailing © @morgane_ursaultpoupon

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.