Transat Jacques Vabre - Imoca : week-end intense à Fort-de-France

Transat Jacques Vabre
Lundi 29 novembre 2021 à 16h08

Au moment où le 14ème Imoca passe la ligne d’arrivée, que peut-on d’ores et déjà retenir de la course des 60 pieds Imoca ? Hommes et machines étaient au zénith de leur forme dans le bassin Paul Vatine du Havre. Cette quinzième Transat Jacques Vabre ne pouvait donc que donner lieu à une bataille acharnée, avec un podium de cadors à l’arrivée d’un parcours inédit. A mi-chemin entre Vendée Globe et Route du Rhum, la classe reine des monocoques ressort plus forte que jamais de cette course en double, disputée par une météo clémente, mais comme dans toute entreprise il faut gérer la croissance, collectivement et individuellement.

L'article le plus consulté

Damien Seguin et Benjamin Dutreux ©Jean-Louis Carli
Au moment où le 14ème Imoca passe la ligne d’arrivée, que peut-on d’ores et déjà retenir de la course des 60 pieds Imoca ? Hommes et machines étaient au zénith de leur forme dans le bassin Paul Vatine du Havre. Cette quinzième Transat Jacques Vabre ne pouvait donc que donner lieu à une bataille acharnée, avec un podium de cadors à l’arrivée d’un parcours inédit. A mi-chemin entre Vendée Globe et Route du Rhum, la classe reine des monocoques ressort plus forte que jamais de cette course en double, disputée par une météo clémente, mais comme dans toute entreprise il faut gérer la croissance, collectivement et individuellement.

Si au départ de la cité Normande, le taureau de Charal avait les dents qui « rayaient le parquet », dixit son skipper Jérémie Beyou. A l’arrivée en Martinique il accueille sa troisième place sur le podium avec satisfaction, car devant « il y a de beaux vainqueurs comme Thomas (Ruyant) et Morgan (Lagravière), un grand bravo à eux ». À bord du tenant du titre Apivia, qui a réussi à s’intercaler, Charlie Dalin et Paul Meilhat saluent eux-aussi la réussite du duo gagnant de LinkedOut « inspirés, ils ont bien navigué (…) tout ce qu'ils faisaient marchait. Chacun son tour. Ils méritent leur première place."

Nautisme Article
Thomas Ruyant et Morgan Lagravière (Linkedout) © Jean-Louis Liot

Un podium de futurs-ex

Il y a quelques mois seulement, lors du Vendée Globe, les foilers n’avaient jamais complètement réussi à décrocher les bateaux à dérives. Le vainqueur final du tour du monde, Maître Coq de Yannick Bestaven, avait même été conçu en 2014, quand les favoris au départ avaient eu 4 ans de plus, une éternité en Imoca, pour développer leur bateau. Une génération ou plus d’écart qui, menée en double cette fois, a favorisé les derniers dessins. Est-ce que cela confirme la difficulté de mener en solitaire ces machines extrêmement exigeantes, surpuissantes et dépourvues de plans de safrans porteurs pour les stabiliser ? La prochaine Route du Rhum donnera sa version des faits. Les trois skippers présents sur le podium de la Transat Jacques Vabre eux n’ont pas de doute. Ils font chacun construire un nouveau bateau en vue du prochain Vendée Globe ! Un choix qui peut paraître surprenant à l’aune de la précédente édition et du temps de compréhension et de fiabilisation nécessaires de tels bateaux. Mais le dessin d’un certain Sam Manuard, architecte naval de son état, pourrait bien avoir influencé les champions. Les performances de L’Occitane en Provence, devenu Bureau Vallée, avec son étrave de scow très volumineuse ont impressionné. Si le nouvel entrant n’a pas pu encore donner sa pleine mesure car manquant de fiabilité sur le Vendée et démâtant sur cette transat, il a rebattu les cartes. A tel point que pour atteindre le graal que constitue une victoire aux Sables d’Olonne, ils en sont tous convaincus, il faut un nouveau bateau.

Nautisme Article
Marie Tabarly et Louis Duc (Korum Lantana Paysage) © Jean-Louis Carli

Un peloton ambitieux

Avec très certainement 20 bateaux à l’arrivée sur 22 partants, et un peu plus de 24h seulement entre le quatrième, Arkéa-Paprec, et le treizième, 11th Hour, les décisions prises ces dernières années par la classe, confirmées par l’avis de course du prochain tour du monde en solitaire sans escale, ont le résultat escompté : plus de compétition, moins d’aventure. Si le podium a semblé intouchable, derrière, chaque place donnait lieu à une lutte acharnée. Et le niveau ne va faire que monter. Car si on ne connaît officiellement aucun des futurs skippers des trois bateaux vainqueurs, aucun doute qu’il s’agira de fines gâchettes. Mais les trois devenus six, auront fort à faire pour contenir la fougue d’un Sébastien Simon (4ème), qui maîtrise désormais parfaitement bien sa monture, pour laquelle il cherche un nouveau partenaire. Arkéa-Paprec construit en effet un nouveau bateau pour un skipper encore non dévoilé lui-aussi, mais qui ne sera pas Yann Eliès. Sam Davies (5ème) construit une évolution du plan Manuard évoqué plus haut. Romain Attanasio, septième pour sa première course à bord de l’ancien Malizia, retrouve ses réflexes de Figariste sur une unité vraiment compétitive. C’était la dernière course de Yannick Bestaven (9ème) à bord de son plan VPLP-Verdier puisque la construction de son futur destrier a d’ores et déjà débutée chez CDK. Damien Seguin (11ème) et Arnaud Boissière récupèreront bientôt eux-aussi des bateaux plus performants. Enfin, il faut relever la très belle course de Louis Duc (14ème), accompagné de Marie Tabarly, pour la première transat de son 60 pieds à dérives, après un gros chantier de remise en état suit à l’incendie qui avait eu lieu il y a deux ans à la veille du départ de cette même Jacques Vabre.

Nautisme Article
Charlie Enright et Pascal Bidégorry (11th Hour Racing Team - MALAMA)© Jean-Louis Carli

5800 milles sans prendre un ris

Le parcours inédit proposé par la direction de course, rallongé comme pour les trimarans Ocean Fifty par le contournement de Fernando de Noronha, a été rendu d’autant plus compliqué que les conditions météo se sont révélées vraiment inhabituelles. Qui imaginait une transat automnale de 5800 milles sans prendre un ris dans la Grand-Voile ? Pour Nicolas Lunven (Initiatives-Cœur) “ C’était quand même compliqué car la météo était certes clémente, mais elle était délicate et imprévisible. » La descente jusqu’à l’archipel Brésilien a fait l’unanimité car passionnant à vivre et à observer. Pour Charlie Dalin (Apivia)« Une régate au contact avec des bateaux aussi performants et technologiques, c'est génial. » Mais « Il ne fallait pas louper la sortie de La Manche et le passage du Cap Vert » confie Yann Eliès ((Arkea-Paprec). Apivia a remporté la première manche, LinkedOut la seconde, et donc la victoire finale. La zone interdite tout le long de la côte Nord-Est du Brésil a en revanche été moins appréciée. Si elle se justifiait bien entendu pour des raisons de sécurité, elle a drastiquement réduit les choix stratégiques possibles, et obligé les équipages à enchaîner les empannages, plus d’une vingtaine en 48h pour chacun des trois premiers bateaux arrivés en Baie de Fort de France. Des manœuvres épuisantes, par une chaleur étouffante, qui a fait s’exclamer Yannick Bestaven dans un grand sourire à son arrivée : « Qui a eu l’idée de ce parcours ? »

Nautisme Article
Samantha Davies et Nicolas Lunven (Initiatives Coeur)© Jean-Marie Liot

Présent, le Directeur de Course Jean-Yves Le Goff se sent forcément visé, par ce trait d’humour, mais surement pas déstabilisé. Car la régate fut belle, et les sourires des skippers à l’arrivée en disent long sur le plaisir qu’ils ont pris sur cette transat. Reste à la classe à comprendre pourquoi deux mâts sont encore tombés, un voile de quille (11th Hour) envolé, et surtout à trouver une place pour chacun. Car il y aura forcément foule dans un an à St Malo pour le départ de la Route du Rhum. Mais quid d’un Vendée Globe pourtant porté à 40 concurrents ? Avec autant de bateaux en construction que d’unités performantes qui changent de main, les places seront chères.

Pour retrouver l'intégralité du classement, c'est par ici !

Pour plus d'articles sur la Transat Jacques Vabre, découvrez le dossier de la rédaction !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…