Transat Jacques Vabre : le défilé des Class40 se poursuit

Transat Jacques Vabre
Mardi 30 novembre 2021 à 15h28

Après les 13 premières arrivées de Class40 ce lundi, le ballet se poursuit en baie de Fort-de-France. Plusieurs bateaux sont arrivés sur la ligne dans la nuit, pendant le couvre-feu en vigueur en Martinique, et ont donc rallié le ponton au petit matin. Et depuis, les célébrations se poursuivent. Une vingtaine de bateaux est arrivée en 24 heures. Découvrez l'essentiel des déclarations des skippers.

©Jean-Louis Carli
Après les 13 premières arrivées de Class40 ce lundi, le ballet se poursuit en baie de Fort-de-France. Plusieurs bateaux sont arrivés sur la ligne dans la nuit, pendant le couvre-feu en vigueur en Martinique, et ont donc rallié le ponton au petit matin. Et depuis, les célébrations se poursuivent. Une vingtaine de bateaux est arrivée en 24 heures. Découvrez l'essentiel des déclarations des skippers.

Crédit Mutuel, 14ème

Ian Lipinski : "Dès le début nous avons été distancés, nous avons été à la traîne. Nous avions le sentiment de ne pas faire les choses comme il fallait, et de ne pas avoir de réussite. Nous avons continué de batailler jusqu'à notre collision, qui a pété notre quille, du coup nous avions un frein à main pour la dernière semaine. Le vainqueur, Redman, a été impérial. Ils ont eu une maîtrise de la course, tout le temps au bon endroit pour contrôler la flotte, il n'y avait rien à faire. Même sans notre collision, nous n'aurions pas été capables de les taquiner, un grand bravo à eux."

Julien Pulvé : "Nous avons tapé et nous avons senti une forte odeur de mammiphère marin, donc nous savons que c'était une baleine. Nous espérons ne pas lui avoir fait trop mal. Nous savions que nous étions au bord de l'autoroute et que nous allions nous faire doubler. Ce matin, nous avons déchiré notre spi, mais nous l'avons réparé tout de suite pour le renvoyer et grappiller des milles. Je placerais aussi la course sous le signe de la combativité ensemble, parce que nous avons manqué de réussite mais nous n'avons pas lâché."

Guidi, 15ème

Charles-Louis Mourruau : "Une transat est censée être difficile la première semaine et là, c’était tout le long, il n’y avait pas de vent. Le positif est qu’avec Andrea c’était super, nous avons toujours rigolé. Il n’y a pas une seule fois où nous nous sommes mal entendus. Le point négatif c’est que nous étions très étonnés de ne plus voir de dauphins, de poissons volants, c’était comme le désert.” Andrea Fantini : "C'était un peu atypique, mais nous sommes super contents de notre transat, nous avons créé une belle amitié avec Charles-Louis. Cette transat est très positive.”

Nautisme Article
© Jean-Louis Carli

E. Leclerc Ville-la-Grand, 16ème

Antoine Magré : "Le golfe de Gascogne s'est fait dans la molle, ce qui n’était pas vraiment attendu. Quand tu t’inscris pour une Transat Jacques Vabre tu te dis qu’il va y avoir du vent. Les fichiers météo n’ont pas toujours été très utiles. Oui, il y a eu une super entente entre nous. Nous sommes restés dans le match. Naviguer tous les deux c’était un projet depuis 2007, et là ça y est ça s’est concrétisé.”

Olivier Magré : "Ça a mal commencé parce qu’il s’est fait mal à la cheville et trois jours après au poignet, dès la première nuit il ne pouvait plus manœuvrer. Dans tous les cas nous devions rester au large, les deux, trois premiers jours c’était un peu compliqué. Sur l’entente, il n’y avait pas de problème. Le duo familial est important car nous voyons que nous nous faisons confiance.”

Croatia Full of Life, 17ème

Ivica Kostelic : "La course était très longue. Mais pour moi, c’était probablement une de mes plus belles courses, la meilleure que je n’ai jamais faite. Nous ne nous étions jamais attendus à être aussi haut dans le classement, dans la flotte pendant autant de temps. Pour moi, l’objectif était de terminer dans les vingt premiers. Il est atteint ! Cela veut dire que nous avons toujours dépassé nos limites et c’est quelque chose que j’essaye de faire systématiquement, peu importe sur quel type de bateau." Calliste Antoine : "Dans les alizés nous avons eu très chaud en permanence, nous étions en sueur, nous n’en pouvions plus. C’était énorme de partager une transat avec un champion comme Ivica. C’était très dur par moments, parce que nous étions juste limite niveau nourriture, mais ça l’a fait ! Nous avons poussé le bateau à 100%, nous n’avons rien à regretté. Nous nous sommes accrochés jusqu’au bout, en essayant de remettre des milles à ceux de derrière, en grappiller un peu sur ceux de devant, nous étions toujours à fond."

Nautisme Article
© Jean-Louis Carli

Milai, 18ème

Masa Suzuki : "Il n’y avait pas de vent, c’était des bonnes conditions pour notre bateau. Nous sommes super heureux et contents, nous avions une bonne communication sur le bateau. C’est une bonne expérience pour moi. Merci à toi Anne."

Anne Beaugé : "Une magnifique course, nous n’avons pas eu de vent fort, mais notre bateau n’a pas perdu trop de distance par rapport aux autres. Nous nous sommes régalés. Il a fait très beau et très chaud sur la dernière partie de l’Atlantique. Dans la vie à bord c’est super, avec Masa nous parlons en anglais, nous avons beaucoup rigolé. Les moments que je garde en mémoire sont les couchers de soleil, qui nous offraient des couleurs magnifiques, il y a aussi le long du Portugal. Tactiquement nous nous sommes bien amusés et c’était très intéressant.”

Clown-Hop, 19ème

Renaud Courbon : "Cette Transat Jacques Vabre était très longue et la météo était compliquée. Nous avons récupéré ce bateau de location au dernier moment. C’est un bon bateau mais pas comme les derniers nés, donc nous étions sur une course avec de la frustration par moments, lorsque nous voyions les petits copains carburer. Nous sommes très contents d’être là quand même. C’était très sympa car il y avait du jeu, il fallait aller chercher les courants, Guillaume nous faisait des navigations aux fines herbes."

Guillaume Pirouelle : "C’est ma deuxième transatlantique cette année. Je pensais que ça allait être beaucoup plus rapide qu’en Figaro, mais c’était beaucoup plus long ! J’ai cru que nous n’allions jamais arriver. Cela fait beaucoup de bien d’être enfin arrivés à terre. C’est ma première expérience en Class40, c’était vraiment génial, je suis content de mon année en Figaro car je me rends compte que j’ai les armes pour faire une transat sur d’autres supports."

Nautisme Article
© Jean-Louis Carli

Saint-Yves Services Odegam, 20ème

Hervé Thomas : "Nous n’avons pas tellement utilisé les ris, c’est très rare et c’est un peu particulier. Nous étions partis avec du déshydraté et cela consommait beaucoup d’eau. Nous pensions mettre beaucoup moins de temps, nous avons compté, il  nous fallait une bonbonne par jour. Au niveau de la chaleur ça a été, par contre les algues, c’était insupportable, de nuit nous ne les voyions pas mais nous savions directement que ça en était.

Gérald Véniard : "Je me suis fixé comme objectif de finir dans la première moitié parce que nous avons eu une préparation un peu tardive. Hervé a acheté ce bateau récemment, donc nous nous sommes préparés comme nous avons pu. Nous savions qu’avec les bateaux nouvelle génération nous n’avions aucune chance et nous l’avons vu. Nous avons grappillé mille par mille et nous finissons à la 20ème place. Nous sommes satisfaits.

Avanade, 21ème

Maxime Cauwe : "C'est super, c’est la première fois que je traverse l'Atlantique, ça c’est fait. Au-delà de la compétition c'est déjà un rêve qui se réalise. C’était fantastique et atypique avec le parcours, les conditions que nous avons eu et la densité de la régate était dingue. Nous nous connaissons depuis très longtemps maintenant, donc nous savons interpréter les sourires, les moues, les intonations, nous connaissons les forces et faiblesses de chacun, c’est un honneur de naviguer avec lui. Il vaut mieux l’avoir avec soi que contre soi.

Jules Bonnier : "Super course, super parcours. Avec des alizés un peu plus consistants ça aurait été cool, c’est vrai que nous n’avancions pas trop, mais nous nous sommes éclatés et je remercie Max de m’avoir invité toute cette saison avec lui. Je pense que nous avons fait une bonne saison, nous avons été dans toutes les premières moitiés des courses auxquelles nous avons participées, avec un bateau qui est génial mais qui n’est plus tout jeune."

Pour retrouver l'intégralité du classement, c'est par ici !

Pour plus d'articles sur la Transat Jacques Vabre, découvrez le dossier de la rédaction !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…