Trophée Banque Populaire Grand Ouest : la part belle à la vitesse

Course au large
Lundi 2 mai 2022 à 19h03

Après avoir quitté Concarneau hier en début d’après-midi puis composé avec de petits airs et des courants contraires pour sortir de la baie de Port-la-Forêt, les douze duos en lice dans le Trophée Banque Populaire Grand Ouest – Sur la Route des Iles du Ponant ont ensuite débordé Groix, Belle-Ile, Yeu, Ré puis la marque située à proximité de l’île d’Aix. Ils entament désormais un louvoyage au près jusqu’aux Glénan poussés par un flux de secteur nord-est qui va progressivement se renforcer la nuit prochaine avant de faiblir assez nettement aux abords de l’archipel breton demain. De quoi garantir une remontée en direction d’Ouessant longue et compliquée.

©Alexis Courcoux
Après avoir quitté Concarneau hier en début d’après-midi puis composé avec de petits airs et des courants contraires pour sortir de la baie de Port-la-Forêt, les douze duos en lice dans le Trophée Banque Populaire Grand Ouest – Sur la Route des Iles du Ponant ont ensuite débordé Groix, Belle-Ile, Yeu, Ré puis la marque située à proximité de l’île d’Aix. Ils entament désormais un louvoyage au près jusqu’aux Glénan poussés par un flux de secteur nord-est qui va progressivement se renforcer la nuit prochaine avant de faiblir assez nettement aux abords de l’archipel breton demain. De quoi garantir une remontée en direction d’Ouessant longue et compliquée.

« Le début de course à jouer dans les cailloux de la pointe de Trévignon était très sympa. On a plutôt bien géré avec Ambrogio jusqu'au contournement de Groix. Ensuite, malheureusement, on s'est sûrement un peu enflammé ensuite en abandonnant un peu la flotte, qui a touché le nouveau vent de nord avant nous. Cela nous a couté quelques milles mais c'est le jeu et la course est encore bien longue », a commenté Achille Nebout (Amarris – Primeo Energie) qui s’est effectivement démarqué de la flotte peu après le passage de l’île aux grenats, hier vers 23 heures, en effectuant un décalage de trois milles plus au sud que le reste du peloton. Un peloton qui reste, pour l’heure, particulièrement groupé puisqu’hormis ce petit coup tenté par la paire Nebout – Beccaria et quelques différences de placements, aucune option ne s’est ouverte sur la descente jusqu’à l’île d’Aix qui a donc fait la part belle à la vitesse. « On a bossé en continu pour affiner les réglages. On a enchaîné les changements de voiles en passant du spi au gennak et du gennak au spi pour rester le plus véloce possible », a commenté Arthur Hubert (MonAtoutEnergie.fr) qui, avec Victor Le Pape, s’accroche pour tenir la cadence infernale menée par les leaders.

Complications en vue

Pour l’heure, peu ou pas d’écarts entre les duos. Personne ne lâche rien. Pour preuve, les dix premiers se tiennent en deux milles et les deux équipages retardataires, Tiphaine Ragueneau – Piers Copham (Voiles des Anges) puis Yannig Livory – Margot Riou (Interaction), restent en embuscade à moins de 6 milles du tandem Tom Dolan - Alan Roberts (Smurfit Kappa – Kingspan) qui mène de nouveau la danse après avoir un temps cédé les commandes de la course au binôme Erwan Le Draoulec – Loïs Berrehar (Skipper Macif). Pour tous, la course de vitesse se poursuit, mais au près désormais, avec un flux de secteur nord-est qui va graduellement se renforcer au fil de la nuit prochaine, pour atteindre 15-20 nœuds. De quoi rendre rapide la progression des bateaux jusqu’à un coup de frein assez net à l’approche des côtes sud de la Bretagne, demain matin. Dans ce contexte, difficile de définir avec précision l’heure de passage à la porte des Glénan qui devrait toutefois se situer entre 15 et 21 heures ce mardi. Difficile aussi d’anticiper la suite du parcours. La fiabilité des données météo concernant la journée de mercredi est, en effet, plus que limitée. Tout va en fait dépendre de l’évolution de la dorsale qui remonte actuellement du golfe de Gascogne vers le nord de la France. La Direction de course n’exclut pas une modification du parcours avec trois options posées sur la table s’il devenait difficile d’aller contourner Chausey : Bréhat, Batz et la Grande Basse de Portsall. La question sera tranchée demain matin.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…