Course au large : embouteillage autour du monde

Course au large
Vendredi 6 mai 2022 à 11h31

Si cet automne le public français aura sans doute les yeux braqués sur la Route du Rhum Destination Guadeloupe, un nombre record de courses autour du monde est annoncé. Alors que la planète voile s’était habituée au rythme quadriennal du Vendée Globe en solitaire et de The Ocean Race en équipage, pas moins de huit départs seront donnés ces deux prochaines années ! Pour vous permettre d’y voir clair, Figaro Nautisme fait le point.

The Ocean Race ©Ainhoa Sanchez - Volvo AB
Si cet automne le public français aura sans doute les yeux braqués sur la Route du Rhum Destination Guadeloupe, un nombre record de courses autour du monde est annoncé. Alors que la planète voile s’était habituée au rythme quadriennal du Vendée Globe en solitaire et de The Ocean Race en équipage, pas moins de huit départs seront donnés ces deux prochaines années ! Pour vous permettre d’y voir clair, Figaro Nautisme fait le point.

Bien sûr il y a le Vendée, Globe, le graal des circumnavigations par excellence. Tous les 60 pieds Imoca qui seront à St Malo en novembre prochain pour une transat toute aussi mythique, savent qu’il leur restera exactement deux ans avant le départ de l’édition 2024/2025 et que les places seront chères. Bien que le numerus clausus ait été porté à 40 participants (contre 33 lors l’édition 2020) il y plus de projets bien avancés que de places disponibles sur le ponton des Sables. Un problème que ne connaît pas l’autre tour du monde historique, couru lui en équipage, l’ex-Whitbread, ex-Volvo, devenue THE Ocean race. Née en 1973, l’édition 2023/2024 attend malgré tout une quinzaine d’Imoca et au moins sept VO65. Le départ sera donné d’Alicante le 15 janvier 2023 pour sept étapes, dont un marathon de 12 750 milles nautiques entre Cape Town en Afrique du Sud et Itajai au Brésil.

Nautisme Article
© Christophe Favreau GGR

Sur les traces de Suhaili et Moitessier

Ce n’est que sa troisième édition, mais la première, celle de 1968, a marqué l’histoire de la course au large. La victoire de Robin Knox-Johnston, l’abandon-continuité magnifiquement idéaliste de Bernard Moitessier lors du Golden Globe de 1968 sont dans toutes les mémoires. Pour célébrer le cinquantième de la mère de toutes les courses en solitaire autour du monde, l’Australien Don McIntyre a eu la bonne idée d’organiser en 2018 une deuxième Golden Globe Race, remportée par l’ineffable Jean-Luc Van Den Heede. L’esprit de la course originelle est préservé tant dans les moyens technologiques limités (tout au sextant, pas de GPS) que dans le type de bateaux autorisés, des monocoques en polyester antérieurs à 1988 et de 36 pieds maximum. Une liste d’une vingtaine de modèles seulement est approuvée par l’organisation, dans l’idée qu’ils soient le plus proche possible du Suhaili du premier vainqueur. Vingt trois skippers, dont une seule femme malheureusement, devraient prendre le départ le 4 septembre prochain des Sables d’Olonne.

Nautisme Article
Pen Duick VI © DR -OGR

Vintage ou 5,80 m ?

Mais le facétieux Australien a deux autres tours dans sa manche. Il y a d’abord The Ocean Globe Race. Surfant sur la mode vintage qui a fait le succès de la version solitaire, McIntyre Organisation lance pour son cinquantième anniversaire également, une réédition de la célèbre Whitbread 1973. Quatre étapes entre Europe, Afrique du Sud, Australie, et Brésil comme initialement, et des bateaux au caractère patrimonial, antérieurs eux aussi à 1988, mais entre 47 et 66 pieds, type Swan, Baltic ou Nicholson. Une vingtaine de projets sont lancés dont Marie Tabarly sur Pen Duick VI et l’ancien Esprit d’Equipe de Lionel Péan, mené cette fois par Lionel Régnier. Mais beaucoup plus iconoclaste, Don McIntyre a lancé une classe monotype de 5.80 pour un tour du monde en solo via Panama. Pour qui trouverait les mini 6.50 un peu trop grands et la mini-transat un peu courte, les plans pour une auto-construction sont en vente sur le site de la course. Pas moins de 23 aventuriers se sont déjà montrés intéressés à travers le monde, dont le concepteur du projet lui-même !

L’héritière du BOC

Pour les amateurs éclairés et moins extrémistes peut-être, l’Italien Marco Nannini a créé le Global Solo Challenge. Les solitaires courront sur des monocoques IRC entre 32 et 55 pieds. L’avantage de recourir à une jauge internationalement reconnue, c’est que 47 inscrits sont déjà recensés, pour un départ en septembre 2023 depuis la Corogne. En réalité nous devrions plutôt dire les départs, car ils s’étaleront jusque fin octobre pour tenir compte des différents handicaps. Cela permettra de juger l’arrivée en temps réel, le premier arrivé après avoir fait le tour du monde par les trois caps et sans escale sera déclaré vainqueur. Avec des bateaux aussi variés que des Open 50, des croiseurs modernes ou à quille longue, le Global Solo Challenge est peut-être la course en solitaire qui se rapproche le plus de celle initiée par le Sunday Times en son temps.

Nautisme Article
© JM LIOT NCR2020

La Class40 en prend pour deux tours

Enfin, confirmant un succès qui ne fait que croître au fil des saisons, deux courses autour du monde sont annoncées en Class40. La première à s’élancer le 10 juin prochain, sera la Globe 40 initiée par Manfred Ramspacher, que les habitués du Tour de France à la Voile connaissant bien. Huit étapes mèneront la dizaine de duos attendus, de Tanger à Lorient, via des escales « exotiques » au Cap-Vert, à l’île Maurice, Papeete, Ushuaïa et la Grenade. En septembre 2023, viendra le tour de The Race Around. Cette fois ce ne sont pas moins de 35 bateaux qui devraient être au départ de La Rochelle, menés en solitaire ou en double, sur quatre étapes, à l’image de feu le Boc Challenge devenue Around Alone. Le choix du nom n’est sûrement pas anodin. Avec comme directeur de course le très expérimenté Jacques Caraës et les meilleurs bateaux du circuit pressentis, cette course a tous les atouts pour devenir une nouvelle référence.

Huit tours du monde en deux ans c'est déjà beaucoup, et encore ne parle-t-on que des monocoques. Car les Ultim devraient eux aussi avoir leur tour du monde au départ de Brest en 2023, avec l'Arkéa Ultim Challenge. Mais pour cela il faudra régler la controverse en cours, courir ensemble la Route du Rhum, et la finir nombreux pour que le plateau soit digne d'un si beau tour du monde.

Les courses autour du monde à venir ces deux prochaines années :

Globe40 – Solitaire – Class40 – Départ le 10 juin 2022 de Tanger

Golden Globe Race - Solitaire – Monos GGR 32-36 pieds - Départ le 4 septembre 2022 des Sables d’Olonne

Global Solo Challenge – Solitaire – Monos IRC de 32 à 55 pieds – Départs en décalé à partir du 02 septembre 2023 de La Corogne

The Race Around – Solitaire et Double - Class40 – Départ le 10 septembre 2023 de La Rochelle

The Ocean Race – Equipage – Imoca et VO65 - Départ le 15 janvier 2023 d’Alicante

Ocean Globe Race – Equipage – Monos OGR 47-66 pieds – Départ le 10 septembre 2023

Mini Globe Race – Solitaire – ClassGlobe 5.80 – Départ en novembre 2023

Vendée Globe – Solitaire – 60’ Imoca – Départ le 10 novembre 2024 des Sables d’Olonne

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…