Corse : cabotage de tour en tour

Carnet de voyage
Samedi 17 octobre 2020 à 12h35

Construites sous la République de Gênes pour organiser le réseau défensif de l'île face aux invasions barbaresques, les tours marquent aujourd'hui l'identité de la Corse, valorisent son littoral, participent de son patrimoine architectural, historique et culturel. Pour les plaisanciers, elles sont aussi les étapes merveilleuses d'un doux cabotage le long des mille kilomètres côtiers de l'île de Beauté.

La tour de Porto Ota ©Wikipedia
Construites sous la République de Gênes pour organiser le réseau défensif de l'île face aux invasions barbaresques, les tours marquent aujourd'hui l'identité de la Corse, valorisent son littoral, participent de son patrimoine architectural, historique et culturel. Pour les plaisanciers, elles sont aussi les étapes merveilleuses d'un doux cabotage le long des mille kilomètres côtiers de l'île de Beauté.

Qu'un navire suspect s'approche, et le feu s'allumait. Il était répercuté de tour en tour par la poignée de gardes armés chargés de tenir la position défensive tout autour de l'île : le signal pour les populations et les bêtes d'un repli dans les vallées, à l'intérieur des terres, pour se protéger des razzias. Les constructions connurent leur essor entre 1530 et 1620 (dès 1531, la décision est prise d'en édifier 90, dont 32 dans le Cap Corse, et l'île comptera finalement plus d'une centaine de tours génoises). Rondes, pour supprimer tout angle mort, dressées sur plus d'une dizaine de mètres (9-17 mètres), les étages remplissaient différents offices : un sous-sol pour entreposer les réserves (eau, nourriture, munitions), deux étages où loger les hommes de guet et une terrasse surmontée de mâchicoulis. Au début du XVIIIe siècle, 85 tours génoises faisaient sentinelles le long du littoral corse : 15 sur la côte nord, 34 sur la côte occidentale, 30 sur la côte orientale, et 6 sur la côte méridionale. Aujourd'hui, une soixantaine est encore debout, et une trentaine est protégée au titre des Monuments historiques.

Escales paradisiaques

On les découvre les pieds dans l'eau ou en vigies au sommet d'un cap, sur une plage, à l'entrée d'une baie, juchées sur une colline verdoyante ou un piton rocheux, gardiennes d'un port ou d'une portion de littoral sauvage. Beaucoup viennent aujourd'hui parfaire les décors de mouillages idylliques : aux portes de la réserve naturelle de Scandola, les tours du golfe de Girolata et de la marine d'Elbo, accessibles uniquement par la mer (ou au prix d'une longue randonnée très escarpée) ; au sud du golfe d'Ajaccio, à la Pointe de Sette Nave, la discrète tour de l'Isolella, avec sa petite crique et sa plage familiale ; de part et d'autre du golfe du Valinco, le mouillage de Portu Cacau, sous la tour de Capu di Muru, et, au sud du golfe, la tour de Campomoro dominent des sites grandioses ; dans le Sartenais, la cala di Tizzano et son port, qui s'organisent autour de sa massive tour fortifiée, Roccapina, merveilleux site protégé par le Conservatoire du littoral, célèbre pour son rocher-lion et ses eaux turquoise quand la mer est calme ; en descendant plus au sud, la tour de Caldarello, qui veille depuis son piton rocheux sur la baie profonde et étroite de Figari ; passées les Bouches de Bonifacio, en remontant la côte orientale, les tours de la baie de San Ciprianu, de l'île Pinarellu, ou de Fautéa sont autant d'escales paradisiaques. Le Cap Corse n'est pas en reste : la tour du petit port de pêche d'Erbalunga, celle de Castellare surplombant la paisible baie de Pietracorbara, la tour ruinée, les pieds dans l'eau, de Santa-Maria-della-Chiappella, celles d'Agnello ou de Tollare au nord du Cap, celles des plages d'Albo et de Negro sur sa côte ouest. À chaque escale son style.

Nautisme Article
La Tour d'Omigna, à Cargèse (Côte Ouest).

Les tours protégées au titre des Monuments historiques le long du littoral corse :

Cap Corse (d'est en ouest) : tour de Miomo (commune de Santa-Maria-di-Lota), tour d'Erbalunga (Brando), tour de L'Osse (Cagnano), tour de Santa-Maria-della-Chiappella (Rogliano), tour de La Giraglia (Ersa), tour d'Albo (Ogliastro), tour de Nonza (Nonza), tour de Negro (Olmeta-di-Capocorso), tour de Farinole (Farinole), tour de Mortella (Saint Florent).

Nautisme Article
La cala di Roccapina, sa plage, sa tour génoise et son Lion de Roccapina.© Wikipedia

Côte occidentale : tour du Sel (Calvi), tour de Galéria (Galéria), tour de Girolata (Osani), tour de Porto (Ota), tour d'Omigna (Cargèse), tour de Sagone (Vico), tour de Capitello (Grosseto-Prugna), tour de l'Isolella (Pietrosella), tour de Capu di Muru (Coti-Chiavari), tour de Capu Neru (Coti-Chiavari), tour de Campomoro (Belvédère-Campomoro).

Grand Sud (d'ouest en est) : tour de Senetosa (Sartène), tour de Tizzano (Sartène), tour de Roccapina (Sartène), tour de Caldarello (Pianotolli-Caldarello), tour San Ciprianu (Lecci), tour de Pinarellu (Zonza), tour de Fautéa (Zonza).

Nautisme Article
La tour Mortella, à l'est du désert des Agriates. © Wikipedia

Et pour naviguer en Corse, rien de mieux que les Guides Escales du Bloc Marine : informations détaillées sur les ports, liste des meilleurs mouillages, idées d'escales à terre... Tout est réuni pour des navigations plus sereines.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.