Le Phare de Nividic : l'ultime sentinelle

Carnet de voyage
Lundi 28 mars 2022 à 6h30

C’est la construction la plus à l’Ouest de la France métropolitaine. Au large de l’île d’Ouessant, le phare de Nividic est le premier signal que peuvent apercevoir les marins qui se dirigent vers Brest après une navigation en mer Celtique. Construit sur une roche dépassant à peine de l’eau, le phare de Nividic est balayé par les vents et fouetté par les embruns. Présentation du dernier phare du ponant.

Le phare de Nividic et les pylônes de l'ancien téléphérique ©wikimedia
C’est la construction la plus à l’Ouest de la France métropolitaine. Au large de l’île d’Ouessant, le phare de Nividic est le premier signal que peuvent apercevoir les marins qui se dirigent vers Brest après une navigation en mer Celtique. Construit sur une roche dépassant à peine de l’eau, le phare de Nividic est balayé par les vents et fouetté par les embruns. Présentation du dernier phare du ponant.

« Qui voit Ouessant voit son sang ». Ce proverbe breton illustre bien les difficultés de navigation que rencontrent les marins au large du Finistère. Finistère : la fin de la terre. Au-delà, c’est l’inconnu. L’océan Atlantique étale sa gigantesque masse inhospitalière sur plus de quatre-mille kilomètres, jusqu’aux cotes de Terre-Neuve. Cependant, le vaste océan semble bien calme comparé à la proximité de la Bretagne. La remontée du plateau continental, les courants, les hauts-fonds, les écueils et les bancs de brume ont fait la réputation de la mer d’Iroise. La simple évocation du Raz de Sein, du Passage du Frommeur et du Chenal du Four fait trembler les marins les plus aguerris. Afin de sécuriser l’approche du Finistère, l’Etat va ordonner la construction de plusieurs phares dont les noms sont entrés dans la légende : le Créac’h (1863), les Pierres noires (1872), Tévennec (1875), Ar-Men (1881), la Vieille (1887), la Jument (1911), Kéréon (1916) …. Mais il manque encore un élément à ce maillage. A l’Ouest de Ouessant, le rocher de Leurvaz an Ividig reste un danger redoutable pour la navigation. C’est donc ici qu’un ultime phare sera construit : le Nividic.

Nautisme Article
Le phare de Nividic se dresse dans un environnement inhospitalier © wikimedia

L’élévation du phare de Nividic est décidée en 1910, alors que la construction du phare de la Jument, trois kilomètres plus au Sud, est sur le point de s’achever. A l’été 1912, les travaux commencent dans un milieu particulièrement hostile, sur une roche extrêmement difficile d’accès. Ils avancent très lentement : il faudra trois ans pour que le soubassement soit achevé et attendre 1929 pour que la tour s’élève à trente-trois mètres au-dessus des flots. Conçu pour être le premier phare non habité, commandé depuis le phare du Créac’h sur l’île d’Ouessant, la question de l’alimentation et de l’entretien du phare va vite se poser : un câble sous-marin ? Trop cher. Un feu au gaz ? Trop compliqué. Et l’accès pour les techniciens ? Trop dangereux par bateau. C’est la construction d’un téléphérique soutenu par deux pylônes plantés en mer et supportant un câble électrique va être retenue. Finalement, après vingt-quatre années de travaux, le phare de Nividic émet pour la première fois son signal lumineux en 1936. Cependant, il est éteint quatre ans plus tard par l’occupant allemand et, en 1943, les câbles d’alimentation et du téléphérique, rongés par la rouille, s’effondrent dans la mer. Après la guerre, la remise en service du phare va poser des difficultés : en 1952, un feu provisoire au gaz est installé et l’année suivante un nouveau câble électrique est tendu de l’île jusqu’au phare. En 1958, une plateforme d’hélitreuillage est construite à son sommet pour faciliter l’entretien. Finalement, en 1996, des panneaux solaires et des batteries sont installés sur la tour afin d’assurer l’alimentation continue de la lanterne. Ils permettent de remplacer le câble aérien qui était à l’origine de pannes récurrentes. Le phare de Nividic fonctionne ainsi depuis plus de vingt-cinq ans.

Nautisme Article
Principe de fonctionnement du téléphérique © wikimedia

Bien qu’il ne soit pas possible de le visiter, le phare de Nividic est aujourd’hui une attraction de l’île d’Ouessant. Située à moins d’un kilomètre de la Pointe de Pern, la tour est parfaitement visible depuis la terre où restent les ruines de l’abri du téléphérique. Sur les roches au large de la pointe, les deux anciens pylônes se dressent toujours entre l’île et le phare, témoins de son histoire passée. Si vous faites escale à Ouessant, n’hésitez pas à vous rendre, par le sentier du littoral, au chevet du phare de Nividic admirer cette prouesse de l’ingénierie humaine.

Nautisme Article
Les ruines de l'abris du téléphérique sont librement accessibles © wikimedia

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…