Récifs artificiels : étude de grande ampleur à Toulon pour mesurer leur impact réel

Escales
Vendredi 18 septembre 2020 à 7h02

©Wikimedia

Les projets de récifs artificiels sont légion sur les côtes françaises mais sont-ils vraiment efficaces ? Une vaste étude, pilotée par l'Ifremer en rade de Toulon, va tenter d'objectiver ces installations qui manquent de retours d'expérience.

Le long du quai océanographique de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), il suffit de se pencher pour voir des herbiers artificiels, de la posidonie imitée en polypropylène, et en dessous, des blocs de béton, réalisés en impression 3D, faisant office de rochers pour abriter les poissons juvéniles.

Depuis qu'ils ont été posés en juin, les chercheurs ont observé 944 individus issus de 28 espèces dont six patrimoniales comme le sar, le labre, le loup, la daurade, détaille Marc Bouchoucha, ingénieur écologue à l'Ifremer.

Mais comment cette nouvelle abondance et cette biodiversité vont se répercuter sur les stocks de poissons ? Combien de récifs artificiels sont-ils nécessaires pour réhabiliter des zones 100% artificialisées et dégradées comme l'est le port de Toulon, contaminé au plomb, au mercure, au cuivre?

Pour le mesurer, les chercheurs ont créé un jumeau numérique de la rade, posé des outils de mesure en continu de la taille des poissons et vont déployer des stations vidéo rotatives à l'extérieur du port.

Car si les poissons juvéniles sont naturellement ramenés vers les côtes par les courants, que deviennent-t-ils une fois adultes? L'homme doit-il leur déployer un corridor marin?, se demande par exemple Marc Bouchoucha.

Depuis 1960, beaucoup d'initiatives se sont multipliées, surtout en Méditerranée, avec parfois des hérésies, comme les pneus immergés dans les années 1980. Depuis, des procédés perfectionnés ont été développés comme ceux de la start-up montpelliéraine Seaboost, partenaire de l'étude menée à Toulon. Mais en 2012, un rapport de l'État déplorait le manque de retour d'expérience suffisant pour "tirer des enseignements définitifs".

"Aujourd'hui, on est solide pour dire que quand on équipe un ouvrage, on favorise le retour de la vie", confirme Julien Dalle, directeur de projets chez Seaboost, qui a par exemple équipé le port de Marseille ou le Cap d'Agde. Il espère que l'étude, portée par l'Ifremer, Seaboost mais aussi la métropole de Toulon et la CCI du Var, gestionnaire du port, "permettra de mieux cerner les répercussions de telles installations et leur calibrage".

L'étude, d'une durée de quatre ans, est inédite par l'ampleur des récifs expérimentaux posés (3 stations de 50 m2 chacune) et la fréquence de suivi.Il faudra attendre deux ans pour affiner les observations et émettre des recommandations sur la conduite de tels projets.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.