Nicolas Floc'h, photographe des paysages sous-marins et de la couleur de l'eau

Escales
Dimanche 13 juin 2021 à 17h11

©AFP - Nicolas TUCAT

Apnéiste et photographe, Nicolas Floc'h essaie de "rendre visible l'invisible": capturer la couleur de l'eau, graver les paysages sous-marins des côtes françaises, et, au passage, aider à étudier des écosystèmes menacés.

Enfant, il plongeait dans l'océan Atlantique, à La Turballe (Loire-Atlantique), près de la maison familiale. Et il a assisté à l'évolution: "En quinze ans la forêt de laminaires --des algues marines fixées aux rochers-- a disparu et s'est transformée en désert".

Aujourd'hui âgé de 50 ans, le gamin qui fuyait l'école est devenu photographe, après une parenthèse comme marin-pêcheur avant de reprendre les études, et un constat s'est imposé: l'absence de représentation des paysages sous-marins. D'où cette proposition au long cours: "inventorier les paysages des côtes françaises, sous la surface".

Quand il rencontre l'AFP, au printemps, son dernier projet est présenté au Fonds régional d'art contemporain à Marseille (Frac): une balade en noir et blanc le long des 162 kilomètres de côtes du Parc national des Calanques. Mais, Covid oblige, le public est absent. Baptisé "Invisible", ce projet ne pouvait pas mieux mériter son nom.

Pour cette expédition le long de ces criques étroites et escarpées de Méditerranée, Nicolas Floc'h a plongé pendant trois mois, en apnée le plus souvent, avec bouteilles parfois. Résultat: 30.000 photos, entre trois et 30 m de profondeur, au grand angle, en lumière naturelle.

"Grâce à ce travail, nous disposons d'un fonds d'images à un instant zéro, une base de travail pour évaluer la transformation de ces paysages", explique Thierry Botti, de l'Observatoire des sciences de l'univers à l'Institut Pytheas, commanditaire de ce projet avec la Fondation Camargo et le ministère de la Culture.

Ici le logo de Star Wars émerge, incongru, parmi quelques algues. Là une canette de Coca-Cola échouée sur le sable. Plus on s'approche de Marseille, plus les détritus sont présents.

Comme toujours ou presque chez l'artiste breton, le parti pris est celui du noir et blanc, en hommage aux pionniers américains du genre, O'Sullivan ou Jackson: "Le noir et blanc, c'est la tradition de la photographie de paysages. On ne sait pas où on est, sur une autre planète, ça stimule l'imagination", argumente le photographe, préférant évacuer "le côté exotique de la couleur".

"La mer, l'océan, ce n'est pas un aquarium, un espace scénarisé, formaté, avec la faune ou le plongeur en évidence", insiste Nicolas Floc'h.

Alors que ces photos attendent désormais le public, loin de Marseille, jusqu'au 11 juillet à Bruxelles à la Fondation Thalie, puis en novembre dans le cadre de "Paris Photo" à la galerie Maubert, Nicolas Floc'h va replonger.

Après les calanques ou la côte d'Opale (Hauts-de-France), ce sera à nouveau la Bretagne, avec l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer). Et toujours ce but, derrière les photos: montrer l'impact sur les écosystèmes marins du réchauffement climatique et de l'activité humaine.

"Avec les photographes américains de la Grande Dépression (au début des années 1930), la crise se lisait sur les visages. Là elle se lit dans les paysages. C'est d'autant plus visible que les migrations des écosystèmes sont six fois plus rapides dans l'eau que sur terre", alerte-t-il.

Mais l'amateur de noir et blanc sait élargir sa gamme pour son autre projet, "La couleur de l'eau". Une traque qui l'a mené jusqu'à Taïwan, en attendant le Golfe du Mexique, en 2022.

Là encore "c'est l'invisible -les phytoplanctons- qui rend visible", expliquait l'artiste: "Une eau très pure tire vers le violet magenta. Et cela peut aller du rouge sang au bleu en passant par l'orange, le jaune ou le vert".

Croisée avec les données scientifiques, cette exploration picturale aide à analyser l'évolution biologique du milieu marin: "Les chercheurs complètent ces photos avec les images satellites et en déduisent des informations sur la composition de l'eau, le cycle du carbone et la santé de l'océan", se félicite l'artiste.

Au Frac, un gigantesque damier, du bleu turquoise au vert émeraude, illustrait les différentes teintes de l'eau des calanques: "Plus on s'éloigne des terres, plus elle est bleue, a constaté le plongeur. Près de Marseille, le vert est lié aux rejets de la ville, qui provoquent des floraisons de phytoplanctons".

"Au-delà de la beauté esthétique du travail de Nicolas, il y a le regard des chercheurs", insiste M. Botti, auprès de l'AFP: "Et ce vert, nous y voyons d'abord un témoignage de la pollution".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.