Voile : un tour du monde à l'envers pour remettre le monde 'à l'endroit'

Courses
Jeudi 17 juin 2021 à 17h13

©AFP

Faire du neuf avec du vieux: apôtre de l'économie circulaire, le skipper Romain Pilliard prépare pour l'hiver prochain un tour du monde à l'envers avec le trimaran sur lequel Ellen MacArthur avait battu le record à l'endroit il y a 15 ans.

Dans la classe Ultime, le somptueux multicoques de 23 mètres conçu en 2003 pour et par la navigatrice britannique fait désormais figure d'ancêtre. Son record du tour du monde en 71 jours en 2005 a vite été battu, et François Gabart l'a fait descendre, en solitaire, à 42 jours en 2017.

Ce grand trimaran blanc, passé de mains en mains, a échoué en 2010 dans le port de Brest, où il est resté à l'abandon pendant six ans.

"On s'est dit que ce bateau devait naviguer", raconte Romain Pilliard, 45 ans, ancien équipier d'Ellen MacArthur. Avec l'aide de mécènes et de sponsors, "on a investi pour le racheter et surtout pour le remettre en état".

Dès le départ, le projet "Use It Again !" (Réutilise-le, comme il est écrit sur la grand-voile) se veut une démonstration d'économie circulaire, qui vise à limiter la consommation et le gaspillage en optimisant la production, l'usage et le recyclage des biens. Un thème cher à Ellen MacArthur, qui a quitté le monde de la voile pour créer une fondation pour développer l'économie circulaire.

En 2018, Pilliard et "Remade-Use it Again!" terminent 4e de la Route du Rhum dans la catégorie Ultime, loin derrière les cadors mais épargnés par les avaries qui en ont poussé beaucoup à l'abandon.

"C'est un bateau très sûr", explique Pilliard.

Sur l'eau, il gronde et craque mais reste bien plus stable, même quand ses flotteurs s'envolent au-dessus des vagues, que tant d'autres Formule 1 des mers qui lessivent leurs skippers comme dans le tambour d'une machine à laver.

Cela sera-t-il suffisant pour s'attaquer au tour du monde contre les vents et courants, encore jamais réussi par un multicoque ? "C'est le record le plus difficile, le plus extrême, le plus long", reconnaît Pilliard.

"Mais on veut montrer que ce bateau dépassé peut encore faire un record que les bateaux modernes ne pourraient plus faire parce qu'ils sont trop fragiles", ajoute-t-il. En somme, "un tour du monde à l'envers pour tenter de remettre les choses à l'endroit".

Seule une poignée de skippers l'ont bouclé, dont le dernier en date, et le plus rapide: Jean-Luc Van Den Heede en 122 jours en 2003. La dernière tentative remonte à 2017, mais Yves Le Blevec avait chaviré au Cap Horn.

Tous étaient partis en solitaires, alors que Pilliard prévoit de s'élancer en double, avec un coéquipier qui doit le rejoindre en juillet.

"Mais ce n'est pas parce qu'on sera deux qu'on va aller forcément plus vite". Ainsi passer le Cap Horn pourrait nécessiter d'attendre plusieurs jours une fenêtre entre deux dépressions. "Et dans un tour du monde à l'envers, le bateau s'use et souffre tellement qu'il faut en garder sous le pied".

L'heure est donc aux préparatifs techniques, avec le souci constant de privilégier l'existant, le recyclé et le reconditionné.

Ainsi, ses voiles ont été taillées dans d'anciennes voiles, à l'exception de la grand-voile, commandée pour la Route du Rhum, et qui après une expertise minutieuse vient d'être déclarée encore apte au service.

Parallèlement, Pilliard a récupéré des rouleaux entiers de tissus déclassés chez un fabriquant d'airbags et destinés à l'enfouissement alors qu'ils sont parfaits pour protéger les voiles et les winches. Et les vieux haubans vont partir chez un recycleur néerlandais qui en fera des gants pour températures extrêmes.

"Le principal défi de l'économie circulaire, c'est la mise en relation. Les solutions ne sont pas forcément dans ton secteur d'activité", explique le skipper.

Pour promouvoir cette manière de sortir du "tout jetable", il multiplie les rencontres et interventions avec des scolaires, des universitaires, des entreprises innovantes, des ONG... Et il prévoit de poursuivre le débat une fois en mer.

Le projet se veut "une démonstration par l'exemple. On veut montrer qu'on peut faire autrement. On ne dit pas qu'on fera mieux, mais on fait différemment, parce que le monde doit faire différemment", plaide-t-il.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.