Biodiversité: au secours de la grande mulette, en voie de disparition

Escales
Jeudi 8 juillet 2021 à 14h35

Depuis son canoë, à l'ombre des peupliers qui bordent la Garonne à Saint-Nicolas-de-la-Balerme (Lot-et-Garonne), Vincent Prié prélève des échantillons de l'eau du fleuve. Son but : détecter la présence de la grande mulette.

Cette moule d'eau douce, dont la coquille peut atteindre la taille de la main, figure sur "La Liste rouge des espèces menacées en France - Mollusques continentaux de France métropolitaine", publiée mercredi par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

"La grande mulette n'est pas connue mais elle est encore plus menacée que le panda", affirme le biologiste, attaché au Muséum national d'Histoire naturelle.

Autrefois présente à l'ouest d'une ligne du Danemark à l'Italie, la grande mulette a presque disparu des cours d'eau d'Europe : "Son aire de répartition a diminué de 95%", dit le scientifique. Aujourd'hui, on la retrouve dans le sud-ouest de la France, "surtout dans la Charente, en plus de petites colonies dans la Vienne, la Dronne, l'Adour, la Save et l'Ebre en Espagne."

Devenu spécialiste du mollusque après l'avoir observé lors d'une plongée dans la Charente, Vincent Prié traque la mulette aux quatre coins du pays. "Historiquement, il y avait des grandes mulettes dans la Garonne mais nous n'en avons jamais retrouvé", confie-t-il.

Penché sur son embarcation, le chercheur prépare de petites bombonnes pour recueillir les prélèvements d'eau. "L'idée, c'est d'analyser ces échantillons pour voir si la mulette est là", dit-il.

Les flacons sont reliés à un système très artisanal qui permet de pomper l'eau du fleuve mais la manipulation se base aussi sur une technologie de pointe : l'ADN environnemental (ADne).

"Tous les êtres vivants laissent une trace dans la nature, un peu comme nous quand nous perdons de petits bouts de peau", explique M. Prié.

Les échantillons seront envoyés au laboratoire Spygen, en Savoie, le plus compétent en France pour réaliser ce type de séquençage ADNe. "Cette technologie constitue une révolution dans l'analyse des écosystèmes", se réjouit le biologiste, par ailleurs conscient de la faible probabilité de détecter la présence de l'animal.

Parmi les principales causes de disparition de la grande mulette, Vincent Prié met en avant le colmatage des lits des cours d'eau : "Des sédiments s'écoulent des terres agricoles et viennent combler les espaces entre les cailloux au fond de la rivière". Or, la moule se développe précisément dans cette partie du fleuve lors des huit premières années de son existence.

Autre possible raison : la disparition des poissons-hôtes comme la lamproie marine et l'esturgeon d'Europe. Ces poissons jouent un rôle clé dans la reproduction de la grande mulette en transportant les larves. "Ces espèces sont en forte diminution du fait de l'artificialisation des cours d'eau avec la construction de barrages", observe-t-il, "nous sommes face à une extinction en cascade".

Cela inquiète le chercheur : "Nous observons très peu de jeunes. Dans la Save, il pourrait ne plus y avoir de mulettes dans cinquante ans", alors que le mollusque filtre l'eau pour se nourrir, ce qui permet aux plantes de mieux pousser et à l'écosystème de se développer.

Vincent Prié aimerait pouvoir "multiplier ce type d'analyses pour avoir une idée plus précise de leur distribution sur le territoire."

Un Plan National d'Action (PNA) en faveur de l'animal a été mis en place en 2012 et doit être relancé pour la période 2021-2031. Vincent Prié a participé à la conception d'une feuille de route mais "le PNA dit ce qui devrait être fait. C'est bien, mais nous avons aussi besoin de moyens et de mesures concrètes".

De retour sur la terre ferme, il range soigneusement ses précieux échantillons avant de se diriger vers l'Aiguillon, quelque 50 km en aval, pour en réaliser d'autres : "Préserver des cours d'eau naturels, sans intervention humaine : voilà le meilleur moyen de sauver la grande mulette", dit-il.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.