JO Voile - jour 2 : une journée qui compte

Courses
Lundi 26 juillet 2021 à 14h13

©Sailing Energy

Ce deuxième jour de course est marquée par la double performance de Thomas Goyard en RS :X qui signe pas moins de deux victoires et se hisse à la 4e place du classement provisoire. De son côté, avec une nouvelle victoire de course, la championne olympique en titre Charline Picon se maintient à la 1ère place, à égalité de points avec l’anglaise Emma Wilson. Jean-Baptiste Bernaz qui a joué aux avant-postes hier a vécu une journée plus compliquée et se classe également 4e. Du côté du laser féminin, Marie Bolou gagne 13 places et grimpe 19e au général provisoire grâce à une belle 5e place sur sa première course. Le niveau de performance des tricolores est remarquable tant les conditions étaient intenses pour les meilleurs planchistes et laséristes mondiaux qui ont dû composer avec une météo complexe : un vent de terre plus dense et aléatoire, du courant et toujours une chaleur très élevée. Dès demain les duos de 49er, Lucas Rual / Emile Amoros pour les hommes et Albane Dubois / Lili Sebesi chez les femmes entrent en course alors que les athlètes de RS :X Charline Picon et Thomas Goyard bénéficient d’une journée de repos bien méritée.

Réactions : Charline Picon, RS :X Classement provisoire : 2 / 27 (1- 6 – 2- (9) – 1 - 4)

« Je vais bien, je suis toujours dans le match. C’était pourtant une journée qui pouvait vraiment être piège dans le sens où cela fait longtemps que l’on n’a pas eu du vent de terre comme ça… d’autant qu’il était plus fort que prévu avec jusque 18 nœuds de vent. Ce sont des conditions que j’aime bien depuis quelques temps donc la vitesse était là. Mais sur la première manche j’ai loupé un gros coup, à cause de vents instables, des risées, des bandes de vent. C’est difficile de contrôler toute la flotte. La Chinoise et l’Anglaise ont fait de belles journées mais je gagne quand même une manche, j’en fais une autre où je suis 4e et une moins bonne. Le but c’est d’être toujours dans le match car certaines concurrentes ont marqué des points. Les conditions vont encore changer, on est à la moitié de la compétition. Demain nous sommes en repos, il ne faut pas perdre le rythme mais ça ne peut pas faire de mal. Hier on a eu une journée intense à cause de la chaleur. Comme pour le triathlon, la voile est un sport d’extérieur et les conditions sont extrêmes ici : on prend vraiment cher. Trois manches de 25 minutes sous ces chaleurs, sur 4 journées, il faut imaginer que c’est très physique. On va voir comment les concurrentes tiennent et comment je vais tenir. Normalement je suis préparée pour ça. Hier je me disais que peut être qu’un jour je passerais la ligne d’arrivée en vomissant. Mais à mi-championnat le but c’était de se placer car en voile on ne sait jamais à quelle sauce on va être mangées. Tout reste à faire ! Là je vais aller faire descendre ma température dans une cryothérapie qu’on a installé sur la marina. La nourriture et l’hydratation sont vraiment très importantes. J’ai aussi des bottes de récupération et de la kiné. Cette nuit je n’ai pas très bien dormi… mais je suis une maman, c’est pas tellement un drame une mauvaise nuit ! »

Thomas Goyard, RS :X Classement provisoire : 4 / 25 ((13) – 5 – 3 – 13 – 1 – 1)

« Deux supers manches aujourd’hui. Je suis super content d’avoir gagné des manches aux Jeux Olympiques, ça fait plaisir ! J’espère que je vais rééditer ces belles performances ces prochains jours. On va avoir d’autres conditions pour le 3e jour. Sur la première manche j’ai eu des soucis techniques avec mon strap qui s’est arraché alors que je l’avais revissé juste avant.. mais c’est une belle journée quand même !»

Marie Bolou, ILCA 6 Classement provisoire : 19 / 44 ( (28) – 27 – 5 - 15)

« Belle première manche avec du vent. Malgré un départ moyen j’étais très concentrée pour aller vite et du bon côté avec de bons choix tactiques. Ca a plutôt bien marché même si le dernier bord commençait vraiment à être compliqué. Deuxième course plus dure avec du vent très aléatoire qui a joué sur les nerfs de pas mal de concurrentes. Mais j’ai réussi une belle remontée sur le dernier bord. C’est finalement une journée correcte dans des conditions difficiles même si c’est un vent que j’aime bien. Chaque manche est longue et dure près de 50 minutes, c’est physiquement difficile. Aujourd’hui j’ai repris confiance en moi et réglé les quelques petits problèmes du premier jour. On fait de bonnes séances de récupérations le soir avec un staff qui a mis en place un protocole très efficace ! »

Jean-Baptiste Bernaz, ILCA 7 Classement provisoire : 4 / 35 (1- 9 - (13))

« C’était dur aujourd’hui avec un vent de terre un peu aléatoire et le courant y a mis du sien aussi, donc le plan d’eau était vraiment compliqué à exploiter. Sur la première manche je ne prends pas un super départ et je me retrouve sur un côté qui n’est pas le bon. Je galère à revenir et fais quelques fautes qui me coutent deux 360° mais je reviens quand même bien dans le coup. La deuxième manche je prends un super départ, mais le courant s’inverse et sur le 2e bord pas mal de concurrents me passent devant. Finalement c’est une journée moyenne, mais une journée qui va compter. Je suis toujours aussi rapide, je suis bien dans le coup. C’est pas une journée parfaite, mais c’est une journée sauvée. Je me sens bien, on est bien dans la compétition. Il fait chaud donc la récupération est importante d’autant que demain on part sur une journée avec 3 manches. »

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.