JO-2020: Manon Audinet et Quentin Delapierre, vent nouveau sur la voile

Courses
Mardi 27 juillet 2021 à 11h28

Manon Audinet et Quentin Delapierre, à Paris, le 12 mai 2021 ©FRANCK FIFE AFP/Archives

Qualifiés pour l'épreuve olympique de voile en catamaran Nacra 17, dont les régates débutent mercredi à Enoshima, Manon Audinet et Quentin Delapierre n'espèrent rien d'autre "qu'une médaille", dans cette discipline qui se veut plus spectaculaire.

Le retour des bateaux volants: attractions de la dernière édition du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire et sans escale, les "foils" font leur apparition aux Jeux. Ces ailerons sous la coque, qui donnent l'impression que le bateau vole au-dessus de l'eau, sont un argument majeur du nouveau spectacle que veut proposer la voile à Tokyo et une nouvelle donne que veut exploiter le duo français. Parmi les dix séries olympiques de voile, seul le Nacra 17, un catamaran d'environ cinq mètres, déjà présent en 2016 à Rio, dispose de cette innovation. Pour les JO de Paris-2024, dont les épreuves de voile seront disputées à Marseille, la planche à voile sera elle aussi dotée d'un foil. "Les foils ont changé beaucoup de choses, notamment sur la deuxième partie des régates, face au vent. Cela demande beaucoup d'explosivité et de coordination entre le barreur et l'équipier", explique à l'AFP Manon Audinet.

Les deux marins vont vivre leur première expérience olympique, à 29 ans et moins de trois ans après s'être associés dans le Nacra 17. Leur ascension rapide, jusqu'à devenir vice-champions d'Europe en octobre 2020, a bousculé la hiérarchie de cette catégorie, dominée alors en France par Billy Besson et Marie Riou, présents à Rio. Quentin Delapierre découvrait même le bateau il y a deux ans, même s'il dispose déjà de solides références avec deux victoires sur le Tour de France à la voile, en 2016 et 2018. Manon Audinet est beaucoup plus familière du bateau, et avait déjà remporté une médaille d'argent européenne en Nacra 17 en 2013. "En course, les tâches sont réparties. Quentin est plus à sortir la tête et à faire la tactique, moi je dois m'occuper des réglages. Après, on communique tout le temps, et on peut inverser les rôles quand l'occasion le demande, c'est plutôt facile", explique Manon Audinet. "On échange nos places parfois lors des entraînements pour se rendre compte de l'expérience de l'autre", poursuit Quentin Delapierre.

Parmi les 20 équipages, les tricolores font partie des prétendants à une médaille sur le bassin d'Enoshima, petite île située à une heure de train de Tokyo où ils avaient frappé un grand coup en remportant une Coupe du monde en août 2019. Ils ont face à eux notamment le duo argentin Santiago Lange/Cecilia Carranza Saroli, qui tentera de conserver son titre acquis à Rio. Depuis 2019, peu de compétitions ont eu lieu et même si les entraînements, délocalisés dans l'archipel des Canaries, ont pu continuer pendant le deuxième confinement, les repères en compétition manquent et la dernière officielle, dans les eaux près de Santander début mai, s'est conclue sur une 7e place. Une médaille olympique permettrait au duo de prendre une autre stature et de continuer de mieux faire connaître les compétitions de voile olympique. "Avant, l'accès aux foils était élitiste, aujourd'hui on le retrouve aussi pour le grand public. Sportivement, on a changé d'ère dans notre sport, on est dans la phase de démocratisation", veut croire Quentin Delapierre. Tous deux accompagnent cette évolution avec une présence plus importante sur les réseaux sociaux et avec des vidéos léchées pour mieux faire connaître leur discipline. "On essaie de s'inspirer du surf. On partage plein de valeurs, on évolue dans le même milieu mais on n'est pas aussi compétent qu'eux pour faire vivre l'expérience sportive. On essaie de montrer aux gens ce qui nous intéresse dans la performance", explique encore le barreur.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.