Mini Transat EuroChef 2021 : Melwin Fink poursuit son échappée belle

Courses
Mercredi 6 octobre 2021 à 14h21

Ce mercredi, l’ensemble de la flotte de la 23e Mini Transat EuroChef compose avec un flux de nord-est très instable, à la fois en force et en direction. Les 84 concurrents toujours en mer doivent donc non seulement optimiser leurs choix de voiles mais aussi et surtout réussir à être bien en phase avec le vent. A ce petit jeu, Melwin Fink (920 – SignForCom) se montre particulièrement à l’aise et réalise, depuis hier, une trajectoire quasi parfaite. Pour preuve, il a porté son avance sur l’Autrichien Christian Kargl (980 – All Hands on Deck) à 140 milles, et celle sur le peloton à plus de 220 milles. Sauf avarie, le jeune navigateur allemand file donc tout droit vers la victoire à Santa Cruz de La Palma où il est attendu demain, entre 10 heures et 12 heures.

©Vincent Olivaud / Mini Transat EuroChef
Ce mercredi, l’ensemble de la flotte de la 23e Mini Transat EuroChef compose avec un flux de nord-est très instable, à la fois en force et en direction. Les 84 concurrents toujours en mer doivent donc non seulement optimiser leurs choix de voiles mais aussi et surtout réussir à être bien en phase avec le vent. A ce petit jeu, Melwin Fink (920 – SignForCom) se montre particulièrement à l’aise et réalise, depuis hier, une trajectoire quasi parfaite. Pour preuve, il a porté son avance sur l’Autrichien Christian Kargl (980 – All Hands on Deck) à 140 milles, et celle sur le peloton à plus de 220 milles. Sauf avarie, le jeune navigateur allemand file donc tout droit vers la victoire à Santa Cruz de La Palma où il est attendu demain, entre 10 heures et 12 heures.

Bonne nouvelle : les fichiers météo du jour ont évolué par rapport à ceux d’hier, et les marins de la Mini Transat EuroChef devraient bénéficier de plus de pression que prévu sur la route des Canaries. Les routages, qui laissaient entrevoir une arrivée jeudi soir pour le leader en bateaux de Série, laissent ainsi à présent envisager un passage de ligne demain en de fin matinée pour le skipper allemand. Ses adversaires, eux, sont désormais attendus à partir de vendredi matin, avec des arrivées en grappes jusqu’à lundi soir. En détail, Christian Kargl devrait se présenter sur la ligne entre 5 heures et 10 heures le 8 octobre. Les suivants, Hugo Dhallenne (979 – YC Saint Lunaire) et Julie Simon (963 – Dynamips) entre 11h30 et 15h30. Le petit groupe plus en arrière, constitué de Loïc Moisand (955 – Stratos), José Linares (860 – Vamos Vamos), Gautier Verdon (879 – TGS France), Thomas Grandin (138 – Poch’trot), Rémi Lamouret (880 – Gironde au Large), Pierre Meilhat 485 – Le Goût de la Vie), Nicolas Guibal (758 – Les œuvres de Pen Bron) et Francesco Renella (446 – Koati) devrait, lui, en finir dans la soirée de dimanche. Les derniers concurrents, parmi lesquels Camille Bertel (900 – Cap Ingelec), Pilar Pasanau (240 Gemese – Peter Punk), Marc-Eric Siewert (614 – Absolute Sailing Team) et Benjamin Costa (796 – Mini Malist), devraient, pour leur part, boucler les 1 350 milles du parcours dans la journée de lundi.

Bien en phase

En attendant, la concentration est de mise car le vent de nord-est qui accompagne la flotte souffle entre 12 et 20 nœuds, avec parfois d’importantes bascules. Dans ce contexte, il faut donc réussir à adapter au mieux son plan de voilure, à soigner au mieux ses réglages puis à déclencher ses empannages aux moments les plus opportuns. Melwin Fink, qui a débordé la latitude de l’archipel de Madère en milieu de nuit dernière, semble maîtriser impeccablement sa trajectoire. Le navigateur âgé de 19 ans, qui a fait ses armes en voile légère avant d’engranger de nombreux milles au large sur le bateau familial - notamment en mer Baltique -, est parfaitement dans le bon tempo. Ces dernières heures, cela lui a notamment permis de creuser l’écart avec son dauphin, l’Autrichien Christian Kargl, et ainsi de porter son avance à 139 milles ce mercredi à la mi-journée, contre 103 milles hier au même moment.

Victor d’Ersu (985 – Babouchka) contraint à l’abandon

Derrière, Hugo Dhallenne cravache fort lui aussi. Ces dernières 12 heures, il a repris l’avantage sur Julie Simon grâce à un décalage d’une cinquantaine milles de milles plus à l’Est que sa concurrente. Sa position lui permet de profiter de davantage de pression. Il est d’ailleurs actuellement le plus rapide de la flotte avec une vitesse moyenne de 11,6 nœuds. Pour lui, comme pour les autres, l’enjeu est naturellement de réussir à réduire au maximum l’écart avec le leader et de rester le mieux placé possible avant la deuxième étape. Un deuxième acte auquel Victor d’Ersu (985 – Babouchka) ne participera malheureusement pas. Le Malouin, entré en collision avec un bateau de pêche lundi matin au large des côtes portugaises, a réalisé un état des lieux complet de sa monture ce matin après avoir rejoint le port de Cascais. Les nombreux dégâts structurels constatés l’ont contraint à signifier à la Direction de course son abandon officiel dans cette 23e Mini Transat EuroChef.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…