En Guadeloupe, libérer les mangroves pour réduire le risque de submersion

Escales
Samedi 14 mai 2022 à 7h09

©sous licence cc / Denis Brothier

Libérer les mangroves des entreprises qui s'y sont installées progressivement et illégalement, c'est l'une des missions du conservatoire du littoral en Guadeloupe pour redonner vie à ces forêts humides afin de réduire le risque de submersion.

"En 67 ans, la forêt humide de Jarry est passée de 320 à 180 ha, soit une perte de plus d'un tiers d'espace naturel", s'inquiète Angélique Gourdol, chargée de mission au conservatoire du littoral de Guadeloupe.

Dans le même temps, Jarry est devenue la "troisième plus grande zone industrielle de France", selon l'Insee. 31.000 salariés, le port autonome de Pointe-à-Pitre, de nombreuses entreprises industrielles et commerciales.

"On a coutume de dire que c'est le poumon économique de l'île", rappelle Angélique Gourdol, qui pilote un projet appelé Ja-Riv lancé en 2016.

"Contraction de Jarry et de Rivage", le projet vise à récupérer les terrains appartenant au Conservatoire, mais occupés illégalement par des entreprises, installées là au fil du temps, parfois depuis plusieurs dizaines d'années, a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse.

Le Conservatoire vise 13 hectares. "Nous en avons déjà libéré 4 et nous visons l'ensemble de ces espaces d'ici 2026", précise -t-elle. "L'objectif c'est de restaurer ces terrains en forêt marécageuse ou en mangrove, et d'implanter un sentier piéton qui ferait tout le tour de la zone centrale, soit près de 9 km".

Et les entreprises participent, bon gré mal gré. "Certaines vont jusqu'au contentieux administratif, mais globalement ça se passe bien : on négocie en bonne intelligence pour allier au mieux la contrainte économique des sociétés et l'impératif écologique", sourit Angélique Gourdol.

Généralement l'argument de la loi foncière suffit à convaincre les sociétés concernées. En effet sur ces terrains, passés du domaine public maritime au Conservatoire du Littoral en 2010, l'entreprise doit avoir un titre de propriété ou une autorisation d'occupation non expirée, sinon elle est hors la loi.

"Mais il n'y a pas que ça, souligne Angélique Gourdol. Ces terrains sont régulièrement inondés. Certains pensent qu'en construisant des digues, cela sera plus sécuritaire, mais nous pouvons expliquer et prouver qu'en enlevant du remblais on réduit le risque de submersion".

- Submersions chroniques dès 2030 -

D'autant que la Guadeloupe, où les inondations de cette fin avril ont fait au moins un mort, est très concernée par ce risque, encore accru par le dérèglement climatique. "Dans des territoires d'îles hautes, comme la Guadeloupe, la zone de Pointe-à-Pitre, Jarry, le Raizet, qui concentre la majeure partie de la population, des infrastructures et des activités économiques du territoire sont installées à moins de 80 cm d'altitude", indiquait, dans une conférence en janvier à Paris, Virginie Duvat, autrice du volet du 6e rapport du Giec sur les petites îles.

"Ce qui fait qu'en plus des submersions de tempêtes, on s'attend à ce que la submersion soit chronique et répétée en 2030 et jusqu'à 180 jours par an, en 2060", précise-t-elle.

"Longtemps déconsidérées, les mangroves ont fait l'objet d'une attention croissante à partir des années 2000 du fait de nombreux services qu'elles fournissent : protection des côtes contre la houle et l'érosion, purification de l'eau, nurserie pour les poissons, habitat essentiel pour l'avifaune et les crustacés ou encore stockage de carbone", rappelle l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) dans un communiqué sur les mangroves.

Francesco Fautra a repris, avec ses frères, la société de son père. "Nous avons des activités dans la récupération et la collecte de déchets, dans le BTP et le transport de personnes", dit-il. Pour libérer et restaurer les espaces illégalement occupés par son père, il doit investir plus de 400.000 euros. Sans l'aide technique et financière du conservatoire, "cela chiffrerait à plus d'un million".

Pour lui, c'est à la nouvelle génération de "corriger les erreurs du passé et d'assumer celles des gens qui nous entourent. La mangrove a été colonisée par les hommes à une époque où peut-être on ne connaissait pas tout. Mais, notre génération est sensibilisée à ces problématiques. Aucun d'entre nous ne pourra dire qu'on ignorait les enjeux".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…