Sam Davies : « Je me sens prête pour mon premier nouveau bateau »

Courses
Mardi 2 août 2022 à 7h09

©Marin Le Roux / polaRYSE / Initiatives-Cœur

Skipper IMOCA depuis 2007, la navigatrice a longtemps attendu d’avoir un nouveau bateau et c’est aujourd’hui chose faite. Sam Davies prend les commandes d’un plan Sam Manuard mis à l’eau ce week-end à Lorient. Le nouvel Initiatives-Cœur, d’un rouge vif et étincelant, porte les couleurs de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque et est financé par le même collectif de sponsors que sur son précédent bateau. La Britannique se lance ainsi dans l’aventure d’un quatrième Vendée Globe.

À 47 ans (elle en aura 50 lorsqu'elle prendra le départ du prochain Vendée Globe en 2024), Sam Davies estime que cette attente n'a pas seulement valu la peine, c’était pour elle un temps d’apprentissage essentiel.

"Je n'ai pas l'impression d'avoir attendu longtemps ou que j’aurais dû avoir cela avant, car je n'aurais probablement pas été à la hauteur ou je n'aurais pas eu l’équipe qui m’accompagne aujourd’hui", déclare-t-elle à l’IMOCA, alors que son nouvel Initiatives-Cœur est amarré depuis samedi matin au ponton de Lorient La Base. "J'ai l'impression que je peux maintenant rendre hommage à ce bateau grâce à tout ce que j'ai appris. C'est ce qui est cool dans ce sport, on ne cesse jamais d’apprendre et de s’améliorer", ajoute-t-elle.

Certains skippers IMOCA considèrent leurs bateaux comme des machines impersonnelles, sans personnalité ou esprit. D'autres sont plus sentimentaux et Sam Davies est certainement de ceux-là. En regardant son nouveau pur-sang, construit dans les moules de L'Occitane En Provence (maintenant Bureau Vallée), elle commente : "Il va dormi dehors pour la première fois de sa vie ce soir..."

Alors, qu'est-ce qui motive cette navigatrice hors du commun qui a reçu beaucoup d’éloges pour la manière dont elle a terminé son dernier Vendée Globe hors course après avoir réparé son bateau au Cap ? Sam Davies aime tout simplement la voile et son appétit pour ce sport ne faiblit pas.

"Je pense que c'est ma passion pour ce sport et je suppose que c'est aussi ma connaissance et le sentiment d’être capable de faire de mieux en mieux", confie-t-elle. "En course au large, l'expérience compte pour beaucoup et je suis naturellement assez patiente. Il n’a donc jamais été question de faire le tour du monde en bateau pour ensuite trouver autre chose à faire. Je veux toujours faire quelque chose du mieux que je peux et cela demande du temps, du travail et de l'engagement."

Elle affirme que le temps n'a pas diminué son enthousiasme, ni affecté de manière significative sa capacité à courir au plus haut niveau. "Tout change avec le temps et je pense que cela nous fait faire les choses différemment", explique-t-elle. "La forme physique est vraiment importante pour ce que nous faisons donc je continue à faire du cardio et du fitness mais, par exemple, je ne vais plus courir car mes genoux ne sont plus aussi en forme qu’avant. Cependant, ce n'est pas la force physique qui fait la différence et cela explique aussi pourquoi la voile est un sport mixte, où hommes et femmes courent ensemble dans la même catégorie. J'écoute beaucoup plus mon corps qu’avant. Je fais plus attention parce que je sais que je veux continuer à faire cela pendant encore quelques années. Alors, je prends soin de moi pour être toujours en capacité de pousser mon bateau aussi fort que possible."

Sam Davies est claire : le prochain Vendée Globe est son véritable objectif, mais elle est également certaine qu'elle continuera à naviguer après cela. Elle affirme que la course autour du monde en solitaire, à laquelle elle a déjà participé trois fois avec une quatrième place en 2008-09, reste pour elle une "affaire inachevée".

"Mon seul objectif aujourd’hui est de faire un très bon résultat sur le Vendée Globe", affirme-t-elle. "Je ne regarde pas au-delà pour l’instant parce que c'est très difficile de savoir ce qu’il se passera. Je mets tout mon enthousiasme et mon énergie pour y arriver", ajoute-t-elle. "Je n'ai aucune idée de ce que j'entends par "un très bon résultat", car la flotte IMOCA évolue beaucoup et cela dépend probablement de la composition de la flotte dans deux ans. Ce qui est important pour moi, c’est déjà de terminer la course et de la terminer d'une manière dont mon équipe et moi pouvons être fiers."

Pour elle, son classement au prochain Vendée Globe pourrait ne pas être l'élément sportif le plus important. Dans une flotte de plus en plus compétitive où les skippers terminent désormais à quelques heures d'intervalle après 80 jours en mer, elle explique que son temps de course pourrait être la meilleure preuve de sa performance.

"La performance ne sera pas seulement à voir dans le classement, mais peut-être plutôt dans le nombre de jours que je mettrai pour boucler le tour", déclare-t-elle. "Avec ce bateau, j'ai un peu l'impression que le grand défi des trois prochaines années est de faire en sorte que nos bateaux atteignent des vitesses moyennes plus élevées au large et nous n'avons pas encore vraiment trouvé comment le faire, c'est le défi des trois prochaines années."

Bien que le nouveau bateau soit basé sur le design de l’ex-L'Occitane En Provence, avec son étrave ronde caractéristique - dite 'scow' -, la navigatrice et son équipe ont apporté de nombreuses évolutions, en collaboration avec l’architecte Sam Manuard. Parmi les points clés, nous pouvons citer la conception des foils, la répartition du poids et le développement toujours en cours du cockpit et de l'intérieur où l’équipe met l’accent sur la "préservation du skipper”, comme dit Sam.

Ayant navigué pendant plusieurs années sur un IMOCA à foils de première génération avec une étrave de forme plus conventionnelle, la skipper britannique est impatiente de voir à quel point les nouveaux développements améliorent les performances. "La forme innovante de la coque du nouveau bateau est assez intéressante", explique-t-elle. "Je n'ai jamais navigué sur un ‘scow’, mais j'en ai entendu beaucoup de bien, alors j'ai vraiment hâte de pouvoir comparer à ce que je connais. Nous avons évidemment nos nouveaux foils qui, en théorie, sont beaucoup plus tolérants que les anciens. Encore une fois, ces deux dernières années, il y a eu des améliorations massives sur les formes de foils et j'ai hâte de voir les différences et les sensations à l’utilisation."

Le nouveau bateau est forcément une nouvelle pression pour Sam Davies qui va devoir montrer qu'elle peut être compétitive avec une machine plus ou moins de la même génération que les foilers aux mains des meilleurs marins de la Classe. Mais cela ne l'inquiète pas. "Je ne suis pas la seule à avoir une nouvelle machine donc nous sommes tous dans le même bateau, pour ainsi dire", remarque-t-elle. "C'est vraiment excitant car ces dernières années, j’ai parfois été frustrée de ne pas pouvoir suivre la tête de flotte car mon ancien bateau n’était pas assez puissant pour cela."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…