En baie de Lancieux, la mer monte et reprend en partie ses droits

Escales
Samedi 6 août 2022 à 11h27

©Mairie de Lancieux

"L'an dernier, la mer est presque arrivée au pied de ma maison lors des grandes marées. On pouvait presque prendre un bain", raconte Jean-François Noël, habitant de la baie de Lancieux (Côtes-d'Armor), au coeur d'une expérimentation visant à anticiper la montée des eaux.

Classée zone Natura 2000, la baie bretonne est le théâtre d'une lutte centenaire entre l'homme et la mer. Depuis la construction d'une digue au XIIIe siècle par des moines, plusieurs centaines d'hectares de terres agricoles ont été gagnés sur la mer. Au fil des siècles, quatre digues ont été érigées, repoussant d'autant le trait de côte.

Pourtant, les perspectives planétaires d'élévation du niveau de la mer et de submersion semblent déjà une réalité à Lancieux. "Même si la mer ne monte que de 60 cm d'ici 2100, on sait que nos digues ne sont ni assez hautes ni assez résistantes. Aujourd'hui en période de grande marée, la mer lèche déjà le haut des digues", reconnaît Michel Aussant, conseiller municipal à Lancieux.

Face aux enjeux de demain, le Conservatoire du littoral (CdL), propriétaire d'une partie des terrains, a intégré la baie dans l'expérimentation "Adapto", menée depuis 2018 sur dix sites en France, afin d'imaginer des solutions locales "fondées sur la nature". Il s'agit notamment d'épauler les collectivités, dotées depuis quatre ans d'une compétence de prévention des inondations.

Le sujet est d'autant plus prégnant que l'une des digues s'est ouverte début 2020 sous l'effet conjugué du temps et de la houle, laissant l'eau reprendre sa place et les pâturages s'effacer devant l'obione et la salicorne, caractéristiques des marais salés.

"Nous l'avions déjà réparée à plusieurs reprises mais la vacuité de ce combat n'est plus à démontrer. On construisait avec de l'argent public ce que la mer s'amusait à démolir. Il fallait changer de paradigme", résume Gwenal Hervouët, délégué régional adjoint du CdL. Décision a donc été prise de ne pas reboucher la brèche et d'en faire "une opportunité".

- "S'adapter" -

"Aujourd'hui ce paysage façonné par l'homme n'est plus adapté au changement climatique. Entre la stratégie qui consiste à résister ou à s'adapter, le Conservatoire et les collectivités ont choisi de s'adapter, d'autant que reconstruire la digue actuelle coûterait plusieurs millions d'euros", assure Gaëtan Doineau, garde du littoral à la communauté de communes Côte d'Emeraude.

L'une des solutions consiste à accompagner le retour de la mer dans les zones anciennement poldérisées et à recréer une zone humide qui jouerait un rôle de tampon entre mer et terre en absorbant une partie de l'énergie des vagues lors des tempêtes. "Il ne s'agit pas pour autant d'attendre, bras croisés, que la mer monte", souligne M. Doineau.

Plusieurs mesures ont ainsi été prises pour prévenir les risques d'inondation à Beaussais-sur-Mer, voisine de Lancieux: déplacement d'un chemin et d'un poste de relevage des eaux usées, fermeture d'une route.

Une maison construite après la digue, qui s'est retrouvée les pieds dans l'eau en mai 2021, a dû être évacuée avant d'être rachetée par le Conservatoire du littoral.

Mais accompagner le recul du trait de côte n'est pas possible partout dans la baie. "On peut reculer et puis à un moment, il faut aussi se défendre", prévient Michel Penhouët, chargé de l'environnement à la communauté de communes.

La loi oblige en effet les collectivités territoriales à entretenir la digue côté Lancieux, dans la mesure où cette dernière protège une trentaine d'habitations, un camping et un golf. "On a bloqué une extension du camping vers la mer mais à terme, une nouvelle digue est envisagée plus en amont", indique Michel Aussant.

Déplacement, rachat, protection, "aux collectivités de faire leur choix", précise Gwenal Hervouët. Car faut-il construire une digue en 2050 qu'il faudra surélever en 2100? "Le problème c'est qu'on ne sait pas de combien ni à quelle vitesse la mer va monter", observe M. Penhouët.

Certains habitants ont toutefois l'impression d'avoir été "oubliés", comme M. Noël, qui, sans être opposé au projet, souhaiterait avoir la garantie que sa maison, construite au XVIIIe siècle, ne finira pas sous l'eau.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…