La course mondiale à l'hydrogène en mer passera par Nantes

Bateaux
Mercredi 28 septembre 2022 à 7h05

Les éoliennes en mer produisent de l'électricité. Elles pourraient aussi produire de l'hydrogène, comme veut le montrer au plus vite et avant tout le monde l'usine pilote flottante de Lhyfe, jeune pousse française aux ambitions mondiales.

L'enjeu est énorme, l'hydrogène étant à ce jour le principal moyen de verdir chimie, industries et transports lourds, à condition qu'il soit produit à base d'énergie bas carbone.

Lhyfe, créée en 2017 et dédiée à cet objectif, a donc présenté jeudi cette plateforme pilote, destinée à six mois de tests dans le port de Saint-Nazaire, avant de partir à 20 km au large des côtes françaises pour se connecter pendant douze mois à une éolienne.

"Cette plateforme de production en mer est une première mondiale, l'objectif étant de massifier à terme avec l'offshore la production d'hydrogène renouvelable", explique le PDG de cette entreprise de Nantes, Matthieu Guesné. "Aujourd'hui, l'hydrogène renouvelable beaucoup de gens en parlent, mais très peu en font. Nous voulons ouvrir la voie".

Sur la barge jaune citron de 300 m2, un conteneur abrite un électrolyseur, qui grâce à de l'électricité casse la molécule d'eau (H2O) pour produire l'hydrogène (H2). Le courant vient de l'éolienne et l'eau est de l'eau de mer dessalée sur place par un système de dessalement "classique" par membranes, embarqué dans un second conteneur.

- "Aller vite" -

Mais pourquoi des éoliennes offshore plutôt que sur terre ?

L'hydrogène produit peut être acheminé à terre par un gazoduc classique, moins onéreux que la connexion électrique lorsque l'on s'éloigne des côtes, argumentent les développeurs. Et contrairement au courant électrique, il se stocke facilement.

Les éoliennes marines sont bien plus puissantes que les terrestres aussi. "Et plus on en est loin des côtes, plus cela produit de l'énergie", ajoute M. Guesné.

L'électrolyseur flottant peut se connecter à des parcs existants. La demande d'hydrogène pourra aussi justifier des parcs dédiés, dit-on chez Lhyfe, où l'on attend d'Allemagne un prochain appel d'offres.

Dans l'intervalle, l'équipe devra s'assurer que l'électrolyseur, produit par l'américain Plug Power, résiste au gîte, aux vagues, à la corrosion et pourra encore optimiser la taille des équipements ou la maintenance.

Dans son usine de Vendée équipée de trois éoliennes terrestres, Lhyfe a déjà pu vérifier que produire de l'hydrogène avec de l'eau dessalée et une énergie intermittente, ça marche. Depuis un an, il alimente les bus de la Roche-sur-Yon, les chariots élévateurs de Lidl...

- "Changer un peu le monde" -

En mer, Lhyfe vise avec son démonstrateur une capacité de production de 400 kg/jour, soit 1 mégawatt (MW), l'équivalent d'un plein pour cent voitures. A l'horizon de 2030, il envisage de produire 3 gigawatts (GW).

"C'est le genre de projets pionniers qui peut changer un peu le monde et la vitesse avec laquelle les autres s'engagent," estime Ole Hoefelmann, directeur général de Plug Power.

Il évoque un autre grand projet d'1GW au Danemark. L'énergéticien suédois Vattenfall a annoncé de son côté développer en Ecosse un projet d'éolienne dédiée à l'hydrogène, mais la production n'est pas attendue avant 2025.

Chez Lhyfe, on "veut aller vite", explique le directeur technique.

Il aura fallu à peine 18 mois pour construire ce pilote baptisé Sealhyfe. Ce projet de plusieurs millions d'euros, qui a reçu l'aide de la Région et de l'Ademe, a aussi le soutien de tout un écosystème qui ces dernières années s'est créé autour de l'éolien offshore entre Nantes et Saint-Nazaire: le port, les Chantiers de l'Atlantique, ou encore l'école Centrale de Nantes qui accueillera le démonstrateur sur sa base expérimentale en mer.

Face au réchauffement du climat, "on est en retard", note Bertrand Alessandrini, chercheur et directeur du développement à Centrale. "Mais on a là une première mondiale, et on va le plus vite qu'on peut".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…