L’île de Batz, jardin des mers

Mardi 31 mai 2016 à 7h32

On peut être encerclé par la mer et vivre des richesses de sa terre. L’île de Batz, idéale pour une escapade romantique est ainsi faite : une dose de paradoxe que l’histoire a forgé dans un cercle vertueux.

On peut être encerclé par la mer et vivre des richesses de sa terre. L’île de Batz, idéale pour une escapade romantique est ainsi faite : une dose de paradoxe que l’histoire a forgé dans un cercle vertueux.

Nul besoin de partir loin pour une escapade romantique de quelques jours dans un petit coin de paradis. Bordée par 14 kilomètres de côtes, l’île de Batz, séparée de Roscoff par un couloir où les courants violents sont rois, jouit d’un microclimat qui lui a permis de se spécialiser dans la culture maraîchère. Alors que le XVIIIe siècle voyait la société batzienne se découper de manière binaire, les hommes étant marins, les femmes travaillant à la terre, c’est à la fin du XIXe que la Nord-Finistérienne amorça un virage à 180 degrés : cabotage en berne, et orientation agricole au diapason d’une grande partie du Léon. Et de cette orientation est née la véritable originalité de Batz, terre maritime, île agricole.

Aujourd’hui, ce petit morceau de terre de 320 hectares que les Bretons appellent « Enez Vaz », fait partie de ces endroits préservés, où il fait bon vivre tout au long de l’année, où authenticité rime avec hospitalité. D’ailleurs, sur ce petit joyau des îles du Ponant, le tourisme se conjugue à toutes les saisons. Dès mars, le climat du Gulf Stream offre un véritable festival de couleurs et de senteurs. Les dunes, recouvertes d’armérias roses sur fond de mer, offrent aux visiteurs un spectacle de toute beauté. L’été, randonnées romantiques à pieds ou à cheval, balades en kayak, en voilier ou en « tax’île », sans oublier les baignades dans les criques de sable blanc raviront les visiteurs. Mais l’île de Batz conserve aussi ses atouts à l’arrivée de l’automne. Au programme, pêche à la ligne ou à l’épuisette, observation des oiseaux, couchers de soleil ou tempêtes hivernales, chaque saison offre son lot de plaisirs.

Le miracle Delaselle

Pour découvrir l’île de Batz, ses massifs dunaires, ses plages de sable fin, ses landes ou côtes rocheuses, rien de tel que s’aventurer en dehors des sentiers battus, sur les chemins de traverse ou le long du littoral. Si les plages de sable fin et les criques font partie des atouts de l’île de Batz, le patrimoine insulaire à d’autres trésors à dévoiler, à commencer par le jardin Georges Delaselle, où cohabitent sur quatre hectares plus de 2000 espèces de plantes exotiques. Créé au début du XXe siècle par un assureur parisien passionné de botanique et tombé amoureux de l’île, ce jardin est un lieu atypique où tout pousse et tout survit, y compris les espèces a priori les plus inadaptées : palmiers, plantes grasses, figuiers de Barbarie. Il abrite également une nécropole de l’âge de bronze, ainsi qu’un calvaire du XVIIe siècle. Mais attention, il n’est ouvert que d’avril à octobre. Repris par le Conservatoire du littoral après 30 ans d’abandon, ce jardin est situé sur la pointe de Penn ar C’hleguer battue par les vents, il est toujours abrité par les cyprès et autres pins noirs plantés par Georges Delaselle.

Autre point d’intérêt, les ruines de la chapelle Sainte-Anne, classées monument historique, ou encore le phare de l’île, plus récent, qui vaut également le détour. Construit en 1836 en granit insulaire, il offre un beau panorama sur l’île et ses environs aux visiteurs qui gravissent ses 198 marches. Ouvert uniquement pendant les vacances scolaires et les week-ends en avril, mai, juin et septembre, il se visite tous les jours pendant la période estivale. Enfin, on citera le « Trou du serpent ». À la pointe ouest de l’île, ce chaos granitique naturel serait, selon la légende, l’endroit où Saint Paul Aurélien précipita dans les flots le dragon qui terrorisait les habitants de l’île de Batz.

Informations pratiques :
En fin de journée, détendez-vous au Bigorneau Langoureux pour boire un très bon verre de vin, et vous pourrez ensuite déguster des fruits de mer au restaurant Les Herbes Folles. Le bâtiment est situé face à la mer, près d'une grève encore sauvage. On apprécie le calme et le coucher de soleil en été.



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.