Le saumon chilien devrait être moins nourri aux antibiotiques

Vendredi 5 août 2016 à 12h33

Critiquée pour son recours intensif aux antibiotiques, l'industrie chilienne du saumon, deuxième plus importante au monde, a décidé cette semaine de réagir pour enrayer cette pratique, qui pollue l'environnement et pourrait créer de nouvelles maladies.

Critiquée pour son recours intensif aux antibiotiques, l'industrie chilienne du saumon, deuxième plus importante au monde, a décidé cette semaine de réagir pour enrayer cette pratique, qui pollue l'environnement et pourrait créer de nouvelles maladies.

Le projet, baptisé Pincoy - l'esprit masculin des mers selon la mythologie locale - associe producteurs, groupes pharmaceutiques et spécialistes de la nourriture pour poissons. "L'industrie chilienne est convaincue qu'il faut prendre des mesures concrètes de collaboration pour réduire drastiquement l'usage des antibiotiques", explique le communiqué conjoint annonçant le lancement du programme.

Le pays sud-américain est en effet montré du doigt par les défenseurs de l'environnement: "Nous utilisons au Chili 500 fois plus d'antibiotiques qu'en Norvège", premier producteur mondial, s'alarmait récemment, dans un entretien à l'AFP, Liesbeth van der Meer, directrice par intérim du groupe écologiste Oceana-Chili.

En juin, cette organisation a obtenu une victoire importante devant la justice, qui a forcé à rendre publics la quantité et le type d'antibiotiques administrés aux saumons chiliens. Le résultat est sans appel : en 2015, 557,2 tonnes de médicaments ont été injectés dans la production totale, de 846.163 tonnes, soit un taux d'antibiotiques de 0,066%, selon le Service national de la pêche et de l'aquaculture (Sernapesca). En 2010, le taux était deux fois moindre, à 0,031%, soit 143,2 tonnes de traitement sur une production de 466.857 tonnes.

Le projet Pincoy, auquel participent des groupes comme Skretting, AquaGen/Blue Genomics, Pharmaq, Centrovet, Cermaq, Blumar et Ventisqueros, mise notamment sur "la reproduction sélective", des régimes adaptés, des vaccins ou "une sélection attentive des jeunes saumons" pour avoir moins besoin de médicaments. L'idée est d'avoir "une perspective globale avec des aspects de prévention, mais aussi (en abordant) les facteurs génétiques et les aliments renforçant la santé des poissons", explique Alicia Gallardo, sous-directrice de la branche aquaculture de Sernapesca.

Si le saumon chilien a tant besoin d'antibiotiques actuellement, c'est pour lutter contre la bactérie Piscirickettsia salmonis, dangereuse pour ce poisson élevé dans les eaux du sud du pays où il a été introduit artificiellement il y a des décennies. En 2015, la bactérie, qui cause le Syndrome Rickettsial septicémique (SRS), a été responsable de 78,9% de la mortalité par maladie ou usage de médicaments chez les saumons chiliens. Pour l'instant, les vaccins et thérapies se sont montrés peu efficaces face au SRS. "Il n'existe pas de solution unique pour faire face aux épidémies de SRS et en fait, la menace de cette maladie sera toujours présente", reconnaît Ronald Barlow, directeur général de la filiale chilienne du groupe néerlandais Skretting. Mais le traitement donné aux poissons finit par se diffuser dans l'environnement, risquant de contaminer la communauté bactérienne autour des élevages et de créer une résistance aux antibiotiques.

Pour les organisations écologistes, le danger est de donner ensuite naissance à des super-bactéries, capables de provoquer des maladies incurables.

Avec un chiffre d'affaires annuel de 3,5 milliards de dollars, l'élevage de saumons est l'une des principales sources de travail dans de nombreuses régions du sud du pays, générant plus de 70.000 emplois directs et indirects. Ses premiers clients sont les Etats-Unis, le Japon, la Russie et le Brésil.

Derrière son usage intensif d'antibiotiques, il y a au Chili le traumatisme de plusieurs crises sanitaires: en 2007, le virus de l'anémie infectieuse du saumon (ISA) avait dévasté une partie de la production. Début 2016, la prolifération d'algues nocives a provoqué la mort par asphyxie d'environ 100.000 tonnes de poisson. Les saumons contaminés ont ensuite été déversés en pleine mer, entraînant une vaste pollution de la zone selon les pêcheurs chiliens, alors confrontés à une "marée rouge" d'algues nocives, responsables de la mort de milliers de saumons, de sardines, de baleines et de machas, un coquillage typique de la région.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.